Cher(e)s ami(e)s internautes.

Merci pour votre fidélité ; les écrits quotidiens seront absents tout le mois de septembre. Vous pouvez cependant parcourir tous les dossiers créés depuis plus de 10 ans et qui figurent sur le site.

Dés le mois d’octobre il vous sera proposé un mensuel auquel vous pourrez participer en me faisant parvenir votre perception des affaires politiques, familiales, sportives ou autres.

Rien ne sera censuré, hormis des articles injurieux et calomnieux.

Je suis attaché aux valeurs chrétiennes, aux valeurs dites républicaines et à une monarchie parlementaire.

Vous pouvez nous contacter en cliquant sur ce lien >>

Zoom sur Mayotte.

Lundi 24 août 2009 // La France

Mayotte, bien que très en retard par rapport aux autres DOM-TOM, se développe à marche forcée depuis le milieu des années 1990 et apparaît comme un havre de richesse dans un environnement qui depuis 50 ans, au mieux, ne progresse pas. 200 000 habitants peuplent officiellement les 375 km2 de « l’île au lagon » en fait constituée de Petite Terre, où se situe Dzaoudzi, l’aéroport, la centrale électrique ... et de Grande Terre où vit la majorité de la population. Mais il faut ajouter les 30 à 80 000 clandestins en provenance d’Anjouan qui traversent sur des barques avec femmes, enfants et zébus les 70 km séparant les deux îles. Il n’est pas rare que les barques chavirent et les noyés sont nombreux. Les autorités tentent de lutter contre ces flux aux lourdes conséquences sociales : 16 000 reconduites à la frontière ont lieu chaque année.

Les défis à relever par Mayotte sont nombreux. Apprentissage de la langue française, amélioration de la scolarité, développement des infrastructures, développement économique qui ne peut faire l’impasse sur la coopération avec la République des Comores. Fin des particularismes législatifs et départementalisation. Les Mahorais se sont prononcés favorablement (à 95 %) sur ce dernier point le 29 mars 2009, ouvrant ainsi une période transitoire : le département existerait en 2011 ; l’égalité des prestations sociales serait acquise d’ici 20 à 30 ans, au rythme des progrès de la fiscalité, du cadastre.. Tensions sociales en perspective, peut-être aussi politiques avec les Comores indépendantes.

Si Mayotte est à 99% musulmane, elle est aussi l’une des deux paroisses catholiques de l’archipel des Comores placée sous l’autorité de l’administrateur apostolique de Moroni : le Vatican ne reconnaît pas la souveraineté de la France sur Mayotte.

La paroisse de Mayotte compte deux églises : St Michel à Dzaoudzi, édifiée en 1928 et Notre Dame de Fatima à Mamoudzou, ville principale de Grande-Terre, bâtie dans les années 1990. Le clergé est composé de deux religieux salvatoriens, le père André, polonais, curé, et le père Bienvenu, congolais, son vicaire. Deux messes dominicales sont célébrées à des horaires peu pratiques, ce qui ne rend pas aisée leur fréquentation pour les habitants de la brousse.

L’assemblée est composée de Malgaches, d’Africains souvent réfugiés suite aux conflits ensanglantant l’Afrique des Grands Lacs depuis 1994 (Rwanda, Congo...) et de métropolitains fonctionnaires et surtout militaires. Les célébrations à l’image des cérémonies africaines, mêlent cantiques en français, malgache et swahili. Selon ses disponibilités, l’aumônier militaire, le père Noël Terrai célèbre une messe ouverte aux civils le dimanche soir à 18 heures dans une enceinte militaire en brousse. Le Secours catholique est aussi présent et vient en aide à tous, quelle que soit la religion. Des actions d’alphabétisation sont menées vers des mineurs (6 à 18 ans) en situation irrégulière qui échappent au maillage de l’Education nationale.

Une petite Eglise catholique, à laquelle il convient d’ajouter une communauté protestante, vit donc au cœur d’un territoire musulman. Si la loi française la protège, il n’en pas de même à Grand Comore où les établissements catholiques, pourtant peu prosélytes et totalement humanitaires, sont parfois pris pour cible dans le contexte d’un islam en voie de radicalisation. Comme le dit avec humour le père Terrai : « Si vous êtes ennuyés par les tonitruants appels à la prière émise par les haut-parleurs des mosquées, imaginez qu’il s’agit de l’angélus... ».

Répondre à cet article