Cher(e)s ami(e)s internautes.

Merci pour votre fidélité ; les écrits quotidiens seront absents tout le mois de septembre. Vous pouvez cependant parcourir tous les dossiers créés depuis plus de 10 ans et qui figurent sur le site.

Dés le mois d’octobre il vous sera proposé un mensuel auquel vous pourrez participer en me faisant parvenir votre perception des affaires politiques, familiales, sportives ou autres.

Rien ne sera censuré, hormis des articles injurieux et calomnieux.

Je suis attaché aux valeurs chrétiennes, aux valeurs dites républicaines et à une monarchie parlementaire.

Vous pouvez nous contacter en cliquant sur ce lien >>

VIEUX DÉMONS ET ANCIENNES RANCUNES.

Mardi 20 décembre 2011 // L’Histoire

Il aura fallu la crise économique actuelle pour que la vieille germanophobie française pointe à nouveau le bout de son nez dans le débat public. Entre Arnaud Montebourg évoquant Bismarck à propos de la politique d’Angela Merkel et le député Jean-Marie Le Guen comparant Sarkozy à Daladier au retour de Munich, les vieilles images, les anciens clichés remontent à la surface de façon particulièrement déplaisante, et inopportune alors que la coopération franco-allemande est plus que jamais de l’ordre de l’urgence.

A vrai dire, ils n’avaient jamais totalement disparu. On n’oublie pas si facilement trois guerres et une occupation particulièrement impitoyables. A cela il faut ajouter les horreurs nazies devenues emblématiques de la barbarie moderne. La germanophobie fran- çaise est certes irrationnelle, mais ses racines ne peuvent être évacuées d’un revers de main. Nous touchons à la mémoire collective, à l’histoire qui s’inscritdans le passé familial ou dans notre pagsage quotidien. Pensons simplement au monument aux morts de chacun de nos villages et de nos villes.

Cette germanophobie a eu longtemps ses justifications intellectuelles qui ne se limitent pas à Barrès ou à Maurras. Aux premiers jours du procès de Nuremberg, le démocrate-chrétien François de Menthon, procureur français, avait expliqué que le nazisme et ses horreurs avaient été rendus possibles par une certaine prédisposition de l’esprit allemand. Les stéréotypes de l’Allemand épris d’ordre et de romantisme ténébreux ont la vie dure.

Même si, on doit l’espérer, elle ne peut que s’affaiblir jusqu’à disparaître au fil des générations, la germanophobie demeure une donnée de la mentalité française, une donnée qu’il ne faut ni dénier ni surestimer. Cette germanophobie est dangereuse car elle risque de polluer les jugements à droite comme à gauche. Jouer avec elle dans un but politicien est pour le moins irresponsable.

L’Europe n’a pu être construite que grâce à la réconciliation franco-allemande. Ce n’est pas un hasard si De Gaulle et Mitterrand l’ont voulue et poursuivie. Ces deux chefs d’Etat savaient ce qu’était l’Histoire.

Face aux vieux démons et aux anciennes rancunes, la solidité du couple franco-allemand est aujourd’hui vitale pour les deux peuples. Il importe que nos hommes politiques ne l’oublient jamais.

Répondre à cet article