Cher(e)s ami(e)s internautes.

Merci pour votre fidélité ; les écrits quotidiens seront absents tout le mois de septembre. Vous pouvez cependant parcourir tous les dossiers créés depuis plus de 10 ans et qui figurent sur le site.

Dés le mois d’octobre il vous sera proposé un mensuel auquel vous pourrez participer en me faisant parvenir votre perception des affaires politiques, familiales, sportives ou autres.

Rien ne sera censuré, hormis des articles injurieux et calomnieux.

Je suis attaché aux valeurs chrétiennes, aux valeurs dites républicaines et à une monarchie parlementaire.

Vous pouvez nous contacter en cliquant sur ce lien >>

Une civilisation en déclin.

Vendredi 20 janvier 2012, par Raymond MONEDI // Le Monde

1) UN DESARROI PLANETAIRE

Nous approchons de la fin du deuxième millénaire de notre ère et un malaise indéfinissable s’étend insensiblement mais inexorablement sur le Monde. Notre amertume et notre nostalgie sont d’autant plus grandes que nous avons la pénible impression de passer à côté d’un bonheur, qui sans l’inconscience et l’incompétence de nos dirigeants serait à notre portée. Nous sentons confusément que notre problème vient surtout du fait que nous ne savons pas maîtriser, gérer et profiter des richesses que nous avons acquises par notre travail, notre intelligence et notre volonté. Nous pressentons même que notre progrès risque de nous dépasser et de devenir dangereux pour l’Humanité.
Pour beaucoup, ce funeste pressentiment semblerait confirmer les sombres prophéties de Nostradamus pour les années 2 000. On peut ne pas croire à ces prédictions, mais on reste néanmoins confondu de celle annonçant le « péril jaune »,.....parce que justement ce fameux péril jaune, la Terre entière commence à le subir douloureusement. Non pas sous la forme d’un conflit armé, comme d’aucuns le supposaient, mais sous la forme d’une guerre économique et technologique sans précédent, que la Chine, le Japon et les petits dragons du Pacifique, ont lancée au reste du Monde. Conflit délibéré, dont le but inavoué est certainement la déstabilisation de l’économie mondiale. Et quoique de tempérament guerrier, les Asiatiques excellent dans cette guerre feutrée et invisible qui n’ose pas dire son nom, aux batailles souterraines et aux manipulations psychologiques, qui sied parfaitement à leur caractère quelque peu patelin et mielleux.

Ce sens, éminemment commercial et convivial est beaucoup moins développé en Occident. Dans nos Pays évolués et dits ‘riches’, nos qualités et facilités de vie ont généré plus de démagogie et de laxisme, que de courage ou de volonté. Et nos Dirigeants ont créé un climat de déréliction, dans lequel, n’ayant plus en référence les critères fondamentaux de leur éthique, les Hommes tombent dans la facilité, l’égoïsme et l’individualisme de castes, créent des lobbies et, comme le dit si bien François de Closets, demandent « Toujours Plus » de privilèges. Par cette implacable concurrence extérieure et ces exigences intérieures déraisonnables, qui provoquent une dégradation progressive des économies nationales, nos experts en économie, ne savent plus à quel saint se vouer. Trop d’importations à bas prix et trop d’inflation, rendent inefficace toute recherches de compétitivité et nos éminents gestionnaires sont complètement désemparés. Toutes leurs belles théories se révèlent impuissantes à gérer d’une manière satisfaisante, les richesses et les progrès créés par les Hommes. Leur désarroi est si grand, que pour eux tout changement, quel qu’il soit, prend des allures de catastrophes. C’est ainsi que, lorsque le dollar (étalon mondial) monte,.....c’est une calamité, et lorsqu’il baisse.......c’est un désastre ! Il en est de même pour le pétrole, dont les hausses affolent le système, et dont les baisses posent également des problèmes.

Cette incompétence des technocrates et des Princes qui nous gouvernent est grave et dangereuse, car leurs décisions hasardeuses peuvent avoir des répercussions mondiales terribles. C’est en effet, par leur incapacité et leur ignorance, qu’aujourd’hui, sur une population d’environ 5 milliards d’habitants sur Terre, un quart seulement mange à peu près à sa faim et vit décemment.

Qu’il est triste de faire le constat suivant : si aujourd’hui, grâce à un long et opiniâtre travail, si grâce à des efforts et à une volonté indéfectible de survivre et de progresser, nous sommes parvenus à une qualité de vie exceptionnelle (du moins dans les Pays dits développés) ....nous sommes en revanche, totalement infoutus de gérer l’économie mondiale. Nous commençons à maîtriser les ‘ions’, les électrons et autres protons ; nous avons inventé de nombreuses sciences en ‘ique’ ; nous explorons l’univers, nous allons sur la Lune, et la « navette spatiale » revient sur terre à la seconde prévue et au millimètre près, sur la ligne blanche de la piste d’atterrissage. Et nous faisons encore, tellement d’autres choses, ...... mais malgré cela, nous sommes tout à fait incapables de prévoir les répercussions économiques de nos actions et de répartir judicieusement nos richesses sur le plan planétaire.

Cela est impensable, inhumain et même monstrueux ! Car c’est bien cette impéritie notoire de nos clercs, qui est à l’origine de la crise mondiale qui sévit sur le monde depuis plusieurs décennies. Disons même qu’il s’agit d’un crime de lèse-humanité. En effet, par les morts d’Hommes dues à la famine dans les Pays pauvres, et par les ‘morts d’âmes’ dues au chômage et à la précarité dans les Pays riches, cette cruelle guerre économique qui peu à peu s’étend sur la Terre entière, se révèle être plus meurtrière encore qu’un conflit armé !

O liberté, liberté chérie ! S’il fut des temps où l’on pouvait, non pas comprendre, mais plus ou moins admettre les crimes faits en ton nom,..... comment aujourd’hui pourrait-on comprendre et admettre les crimes perpétrés au nom de l’incapacité et de la lâcheté humaine. Comment comprendre que, plus les Hommes récoltent les fruits de leur travail, plus ils s’entre-tuent pour leur partage. Mais loin de moi l’idée d’un partage égalitaire à la sauce totalitaire,......nous savons tous à présent, où peut nous mener le collectivisme ou un facile tiers-mondisme. Pourtant, il doit bien y avoir une voie réaliste et humaniste, entre un communisme sclérosé et un capitalisme exacerbé. Je suis intimement persuadé que si, au lieu de nous laisser emporter dans une folle et absurde fuite en avant, comme aspirés par la spirale d’une expansion démesurée, on s’arrêtait un temps pour réfléchir et méditer, on trouverait des solutions qui iraient dans le sens de l’évolution cosmique de la destinée de l’Humanité. Car c’est bien de cela qu’il s’agit aujourd’hui,....trouver un sens à notre destinée !

2) UNE GUERRE ECONOMIQUE

Quand on voit, alors que nous sommes à l’aube du troisième millénaire, des Pays ou plutôt des meutes humaines, se précipiter et s’entre-déchirer, comme si la curée avait sonné, on est en droit de se poser des questions sur la finalité de notre civilisation. Prendre ou voler, amasser, accumuler, entasser, toujours plus de richesses, d’avantages et de privilèges, ce ne peut tout de même pas être notre credo ! Car dans ce Monde impitoyable que nous avons créé au nom de théories, de philosophies et d’idéologies, aujourd’hui dépassées, nous subissons un combat souterrain aussi absurde qu’inutile, qui oppose l’Est et l’Ouest, c’est-à-dire les Pays industrialisés, mais qui ne fait qu’accroître le fossé qui sépare le Nord et le Sud. Et par la gravité de la situation actuelle, on pressent déjà l’éventualité d’un monstrueux clash mondial qui risquerait de remettre en cause l’avenir de notre planète,.... l’avenir de notre civilisation.

Cette situation explosive est due à l’incompétence des Dirigeants des Pays riches, qui se sont laissés enferrer dans une guerre économique, anachronique et suicidaire. Aujourd’hui en effet, grâce à nos progrès, nous pouvons nourrir la Terre entière, mais nos économistes désemparés, sont incapables de résoudre les problèmes du Monde ! Ils sont incapables de trouver la bonne clé de répartition,.....clé qui est beaucoup plus philosophique qu’économique.

Dans cette guerre économique que le Monde subit, plus aucune valeur morale, plus aucune éthique n’est prise en compte. C’est uniquement la loi du plus fort qui tient lieu de morale, et chaque Pays, se doit d’être fort et riche, afin de pouvoir préserver son indépendance. Disons même qu’à notre époque, au-delà de son arsenal militaire, la puissance d’une nation, ne se mesure qu’à sa force économique ! A présent, tout se résout à des équations, à des ratios et à des résultats économiques : PNB, PIB, Balances commerciales, Chômage, etc...... C’est ainsi, et nous ne pouvons que le déplorer, qu’il y a belle lurette que toute richesse, culturelle ou spirituelle, a cédé le pas a la richesse tout court, ....à l’ARGENT !

Karl Marx lui-même, opposé pourtant à l’économie, n’a rien fait d’autre que de tout ramener au matérialisme et de ne parler que d’argent,....de ne parler que d’Hommes travaillant, que d’Hommes comptant, accumulant, mais jamais d’Hommes,....pensant et aimant. Car sur le plan économique, il en a été échafaudé des scenarii, en vue de résoudre la crise. De Keynes ou de Galbraith, aux cycles de Kondratieff ; de la croissance zéro à l’expansion à tout va ; de la relance par la consommation à la relance par l’investissement, par l’inflation ou autre déflation. Que seront-elles un jour devenues, toutes ces belles théories qui devaient, chacune mieux que les autres,.....sauver le Monde.

Aujourd’hui, la « mode » est à l’exportation et tous les pays veulent exporter. Tout le monde voudrait bien importer très peu, mais exporter beaucoup ! Alors on casse les prix pour être compétitif, on trouve tous les subterfuges possibles et imaginables pour enlever des parts de marché à l’étranger. Un exemple frappant et porteur de risques potentiels, nous est donné par la fourniture, à une époque pas très éloignée, d’usines complètes, clés en mains, à des Pays du Pacifique. Pays qui à présent nous inondent de produits à très bon marché, et cela sans que leurs habitants vivent mieux pour autant. Comment ne pas comprendre que toute exportation de produits, équivaut en fait à une ‘exportation de Chômage’ dans le Pays destinataire. Sauf, bien sûr, s’il ne fabrique pas ces produits.

De plus il faut bien comprendre également, que tout le monde ne peut pas gagner au petit jeu de la balance commerciale positive. Car en effet, dans les échanges internationaux, ‘import-export’, lorsque des Pays vendent il faut bien que d’autres achètent,.....alors si les premiers, ont leur balance commerciale positive, les seconds ont obligatoirement la leur négative ! Et là, où la situation devient dangereuse, c’est que ce sont toujours les Pays pauvres ou en voie de développement, qui perdent à ce jeu bête et méchant ! C’est ainsi que nous creusons de plus en plus la faille qui sépare les Pays riches, des Pays du Tiers-Monde.

Il serait bien sûr totalement aberrant, qu’un seul Pays se mette à jouer les évangélistes ou les Chevaliers au grand cœur. Mais il doit bien y avoir quand même, une solution pour moraliser et réguler les échanges entre tous les Pays de la Terre. Il suffit peut-être d’y réfléchir vraiment, et de vouloir aussi, vraiment le faire !

Répondre à cet article