Cher(e)s ami(e)s internautes.

Merci pour votre fidélité ; les écrits quotidiens seront absents tout le mois de septembre. Vous pouvez cependant parcourir tous les dossiers créés depuis plus de 10 ans et qui figurent sur le site.

Dés le mois d’octobre il vous sera proposé un mensuel auquel vous pourrez participer en me faisant parvenir votre perception des affaires politiques, familiales, sportives ou autres.

Rien ne sera censuré, hormis des articles injurieux et calomnieux.

Je suis attaché aux valeurs chrétiennes, aux valeurs dites républicaines et à une monarchie parlementaire.

Vous pouvez nous contacter en cliquant sur ce lien >>

Un tour d’horizon qui mérite toute notre attention...

Dimanche 8 mai 2011, par Emmanuel Barbier // La France

La France a-t-elle encore une politique étrangère ?

La question fait rire les rares hommes de la mémoire longue...

De l’Iran à l’Irak en passant par la Libye, demain peut-être en Syrie...

Il y eut aussi en d’autres temps le Mexique...

Avec le temps la France peaufine sa vassalité veule...

Piqûre de rappel par Emmanuel Barbier dans « Sed contra »...

Sarko sur Damas, fauteur d’ordre ?

Neauphe-le-Château...

Quand le Shah est tombé en Iran, avec la complicité active du Président Giscard qui chouchoutait l’ayatollah Khomeini à Neauphe-le-Château, puis quand Saddam Hussein a été renversé en Irak, sous le feu de la plus puissante armée du monde, assistée par les chasseurs français, personne chez nous n’a douté une seconde que l’avenir des Iraniens et des Irakiens allait en être sensiblement amélioré…

Irak...

Nous avons donc eu la dictature démoniaque, sanguinaire et préhistorique des ayatollahs en Iran, puis la guerre civile entre Chiites et Sunnites en Irak, avec en prime (dans les deux pays) l’ouverture sine die de la chasse au chrétiens !

Reste encore debout la Syrie ? Haro sur la Syrie ! A Damas aujourd’hui – c’est insupportable – qu’on soit musulman ou chrétien, homme ou femme, syrien ou étranger, on est bien reçu et on circule librement partout, sans le moindre danger. Même les processions catholiques des fêtes de Pâques sont discrètement protégées par la police et l’armée, au cas où…

Le père Elias Hanout salue des enfants devant l’Église catholique grecque-melkite Saint-Elias à Ezraa, petite ville perchée sur la plaine de Houran au sud de la Syrie. (photo : Armineh Johannes).

J’en ai fait personnellement l’expérience à plusieurs reprises, contrairement aux présidents Giscard, Chirac et Sarkozy qui n’ont jamais voulu s’y rendre, de peur de dîner avec le Diable et surtout de se faire mal voir par Serge July, Jean Daniel ou Edwy Plenel, dans les journaux français !
 
Un chef d’Etat coupable… de faire régner la paix !

De quoi donc le président syrien Bachar al-Assad serait-il coupable aujourd’hui ?

D’avoir gardé des vues hégémonistes sur le Liban, comme ses prédécesseurs ? De se comporter en Pilate, gouverneur de Judée, de Palestine et de Phénicie, qui considérait déjà la région comme proprement ingouvernable hors “l’option militaire” imposée par l’Empire romain ? De faire régner la paix de l’ordre dans un vieux pays arabe, avec un parti unique, une police omniprésente et une armée aux ordres du Parti Baas dont il est issu ?

Force est bien d’en conclure que le Président Sarkozy, à l’instar de ses deux prédécesseurs, raisonne ou plutôt déraisonne ici comme les Américains.

A chaque fois en effet qu’un allié potentiel de l’Occident se présente, et surtout à chaque fois qu’il parvient à s’installer au pouvoir, la Maison Blanche s’empresse de s’allier avec ses adversaires pour l’éliminer !

Un peu d’histoire, si vous permettez…

Dans leur propre sous-continent, dès l’an 1912, Washington joue au Mexique la carte d’une coalition de Bolcheviques et de Francs-Maçons contre la plus grande population catholique du monde, au Sud du Rio Grande, qui aurait pu lui fournir un allié puissant : en 1940, les derniers villages de résistants Cristeros sont bombardés dans les montagnes mexicaines par l’aviation de la glorieuse US Army...

La persécution mexicaine

En 1926, le gouvernement du président Plutarco Elías Calles prend la décision de "descatolizar" (décatholiser) le Mexique. La France avait déjà eu cette prétention. L’Espagne l’aura quelques années plus tard.

Plutarco dit vouloir ouvrir son pays à la modernité. Il entreprend une féroce persécution contre l’Eglise catholique. Une des premières mesures est la suppression du culte catholique. Cette mesure est insupportable pour des millions de mexicains et mexicaines. Pour défendre leur religion et la liberté de culte des milliers de paysans et rancheros se révoltent et en viennent aux armes pour entamer la -ce qu’ils appelleront - "última cruzada" dernière croisade de l’Occident

En février 1945, Roosevelt cède la totalité de l’Europe centrale à la domination de Staline au terme des accords de Yalta : déstabiliser le Mexique, affaiblir l’Europe, la vieille passion de rester seul maître du monde industrialisé continue de jeter dans la misère ou l’esclavage politique des nations entières, qui n’avaient rien demandé aux Américains... !

La part trop belle faite à l’Empire Soviétique porte ses conséquences en Asie, en Afrique, puis en Amérique centrale, où de petites dictatures familiales, qui culminaient à cent victimes par an, cèdent la place à des régimes militaro-socialistes capables de faire disparaître plus de mille opposants en une seule journée.

On l’a vu en Corée, au Vietnam, au Cambodge, mais aussi à Cuba, au Pérou et au Nicaragua, qui menaçaient pourtant de près le sanctuaire nord-américain...

Au fil des années soixante-dix, dans l’intention contraire de soutenir le régime pro-occidental de Saigon, les Etats-Unis d’Amérique aboutissent au même résultat, livrant aux milices du Parti, aux génocides et aux goulags 90% des nations du Sud-Est asiatique...

Vous allez me dire que le Mur de Berlin est tombé, et que nos problèmes de sécurité se situeraient plutôt aujourd’hui du côté du Proche et du Moyen-Orient ?

Eh bien, c’est exactement pareil ! Semper idem. On part du même principe de cow-boy mal dégrossi (damner le pion à la vieille Europe), et on recommence les mêmes absurdités, le même jeu de massacre contre l’Occident...
 
La politique du pire, contre l’ordre établi

  • Qui a soutenu la victoire des ayatollahs sanguinaires contre la monarchie éclairée du Shah d’Iran ?
  • Qui a fabriqué Ben Laden et ses premiers commandos terroristes pour les lancer en Afghanistan ?
  • Qui a nourri, armé et financé les bouchers talibans de Kaboul contre toutes les autres forces en présence sur le territoire afghan ?
  • Qui a décidé, opéré et maintenu, dans des conditions d’impréparation politique intégrale, l’occupation militaire de l’Irak ?
  • Qui a “supporté” jusqu’à une date récente de son autorité morale, de ses hélicoptères de combat, de ses avions de chasse et de ses gros deniers l’occupation suicidaire, par l’armée de Tsahal, des territoires palestiniens ?

Je conclus : la politique mondiale des Etats-Unis d’Amérique est dans l’impasse depuis Wilson. Elle joue à l’aveuglette mais sans coup férir aux quatre coins du globe contre les intérêts du monde libre qu’elle prétend défendre… Jusqu’au moment où c’est le sanctuaire américain lui-même qui se trouve attaqué, dans la chair de ses propres enfants. Comme à Pearl Harbour.

Les Yankees en effet ne commencent à douter d’eux-mêmes, en matière de lutte contre le terrorisme, qu’à partir du 11 septembre 2001... Pour les gens qui pensent dans leur tête plutôt que dans celle des médias, c’est le jour où il est devenu impossible de nier que les polices politiques d’un Batista, d’un Somoza, et plus encore les dictatures à l’orientale d’un Shah d’Iran, d’un Saddam Hussein en Irak ou d’un Parti Baas en Syrie restaient politiquement préférables pour tout le monde à l’explosion des réseaux terroristes issus du fanatisme et de la théocratie…

Bref, la politique extérieure des Etats-Unis d’Amérique et des gouvernements qui la soutiennent constitue depuis près d’un siècle une sorte de catastrophe planétaire contre l’ordre établi : un ordre bon, médiocre ou franchement mauvais, mais établi. On pouvait compter sur lui pour tenir les pires démons en place, quitte à ce que ce soit souvent par la peur et la violence aussi.

Mea culpa (maxima ?)

Au mois de juin 2008, dans Sedcontra.fr, nous écrivions ceci : “Mais il se trouve qu’il y a des limites à tout. Même à la stupeur fondamentale et sans doute héréditaire des présidents yankees. Bush est en train d’entrapercevoir, à la suite de ses meilleurs conseillers, que la super-puissance américaine a trouvé ici son contradicteur absolu : l’économique et le militaire réunis, dans leur mode de fonctionnement occidental, ne pèsent d’aucun poids durable face à des organisations clandestines nihilistes qui maîtrisent toutes les techniques modernes du terrorisme, mais abominent souverainement nos uniformes, nos valeurs et nos lois... Il se rapproche de Poutine et Sarkozy, qui l’ont déjà compris. – Et donc, lorsque Nicolas Sarkozy invite le président syrien à notre défilé du 14 juillet, sans lui faire la leçon sur le “déficit de démocratie” dont souffriraient ses sujets (c’est préférable aux massacres entre Frères dans les pays voisins), c’est lui qui fait de la realpolitik, du dialogue, de la diplomatie intelligente, lui qui plaide pour la paix, et se sont ses deux prédécesseurs qui manifestent ici leur Alzheimer précoce, leur ignorance coupable ou leur mauvaise foi. ”

C’était hélas, pour l’essentiel, une mauvaise interprétation. Nicolas Sarkozy ne fait plus de realpolitik au Proche et au Moyen-Orient. Il n’inspire plus de diplomatie intelligente, malgré la "sage" promotion d’Alain Juppé au ministère des Affaires étrangères. Il ne plaide plus pour la paix.

Nicolas Sarkozy en la matière pense avec ses… [NDLR : un mot censuré], il pense avec ses pieds : il déraisonne en pur produit Américain, persuadé que les Libyens qui survivront à nos tirs seront nécessairement demain tous plus heureux qu’avant !

Celui qui signe ici est un incorrigible optimiste et en demande pardon aux sages lecteurs de Sedcontra. On l’y reprendra à coup sûr, mais il s’en excusera d’autant !

http://www.sedcontra.fr/

Répondre à cet article