Tchernobyl n’a pas terminé son ouvrage.

Mercredi 4 mai 2011 // Le Monde

Après la catastrophe survenue à la centrale nucléaife de Tchernobyl, le 26 avril 1986, une grande partie du territoire de la Polésie [région située dans le nord de l’Ukraine], très riche en cours d’eau et en lacs, est devenue inhospitalière pour ses habitants. Des rivières importantes comme le Pripiat, l’Ouj, le Sakhan, la Braguinka, la Glynnitsia passent par la zone d’exclusion, où s’étend le réservoir de Kiev (d’une superficie d’environ 23 kilomètres carrés) destiné à stocker l’eau nécessaire au refroidissement de la centrale. Tous ces plans d’eau ont été fortement contaminés par des éléments radioactifs. Des années après l’accident, le troisième plus grand bassin hydrographique d’Europe, après celui de la Volga et du Danube, celui du Dniepr, continue de recevoir de l’eau chargée en radionucléides.

Si l’on s’est souvent intéressé à la pollution radioactive des sols, aux mutations engendrées par les radiations et à leur impact sur l’agriculture, l’opinion publique, en revanche, est moins au fait des conséquences de cet accident sur les eaux, qu’elles soient mouvantes ou stagnantes. Or, durant l’été 1986, immédiatement après la catastrophe, des chercheurs de l’Académie des sciences de la république socialiste soviétique d’Ukraine avaient effectué des analyses dans le réservoir de Kiev. Ils avaient alors reçu une très forte dose de radiations. Dès le milieu de l’été 1986, l’activité du césium 137 se situait entre 200 et 30 000 becquerels par litre [par comparaison, la concentration maximale acceptable recommandée par le Canada est de 10 becquerels par litre]. La concentration d’autres radionucléides était de 200 à 260 becquerels par litre. En absorbant cette formidable quantité de matières radioactives, le réservoir de Kiev ajoué un rôle essentiel de tampon et a ainsi protégé les réservoirs situés en aval, essentiels pour la fourniture d’eau potable et l’arrosage agricole.

Qu’en est-il aujourd’hui, vingt-cinq ans exactement après l’accident ? En nous fondant sur les résultats d’années de recherches entreprises par les spécialistes de l’institut d’hydrobiologie de l’Académie des sciences d’Ukraine, nous allons nous efforcer de passer en revue la situation radiologique du réservoir de Kiev.

Il s’avère que l’écosystème aquatique a été plus particulièrement touché durant les deux semaines qui ont suivi l’explosion du réacteur de la centrale de Tchernobyl. Pendant cette période, la radioactivité bêta était de 370 kilobecquerels par litre dans les eaux du Pripiat. A l’intérieur de la zone d’exclusion, ces dernières restent fortement contaminées de nos jours.

Dans le lit des cours d’eau, les radionucléides se désintègrent, notamment le strontium 90. Le niveau de référence, pour mesurer l’activité du strontium 90, est celui relevé dans les eaux du lac Glyboké, à 6, kilomètres de Tchernobyl. En 1997, l’activité du strontium 90 y était en moyenne d’environ 100 becquerels par litre. En 2009, elle se situait encore à 98 par litre. Or, conformément aux normes établies en 2006 par la Commission nationale de lutte contre la radioactivité, le niveau acceptable de radioactivité se situe à 2 becquerels par litre, ce qui vaut également po’r le césium 137. Le fond du lac Glyboké est couvert de vase dont la densité de contaminàtion est la suivante : strontium 90,26000 becquerels par mètre carré ; césium 137, environ 5 600 kilobecquerels. Le lac Glyboké est littéralement condamné, à tel point que ses eaux sont considérées par les autorités comme un déchet radioactif.

Dans l’écosystème aquatique, les radionucléides sont en permanence en migration biogéochimique. Ils s’accumulent dans le fond des plans d’eau. En s’introduisant dans la chaîne alimentaire, le césium 137 s’accumule principalement dans les organismes du niveau trophique supérieur, chez certaines espèces de poissons prédateurs, comme les silures, les sandres et les brochets. Le niveau acceptable chez les poissons est théoriquement de 35 becquerels par kilo pour le strontium 90 et de 150 becquerels par kilo pour le césium 137. En 2010, chez les rotengles, qui se nourrissent principalement de végétaux, d’insectes et de vers de vase, on a relevé des niveaux de strontium 90 se situant entre 180 et 16 000 selon les sites : i8o près du réservoir d’eau de refroidissement de Tchernobyl ; le relevé de 16 000 provient justement du lac Glyboké. Pour le césium 137 chez les rotengles, les chiffres sont de 760 becquerels par kilo dans le Pripiat et atteignent 12 000 dans le Glyboké.

Des roseaux contaminés en masse

Il faut, dit-on, se méfier de l’eau qui dort. L’écosystème aquatique dissimule des processus d’une grande complexité. Le haut niveau de contamination par les radionucléides est à l’origine d’un vaste éventail d’anomalies qui peuvent sembler imperceptibles au grand public : baisse de l’immunité, anomalies du système reproducteur avec apparition de poissons partiellement ou complètement stériles, anomalies morphologiques, détérioration de la chaîne alimentaire et évolutionnaire. En 2000, pour la première fois en Ukraine, on a signalé un phénomène de contamination massive des roseaux dans la zone d’exclusion. Attaqués par un parasite, Steneotarsonemusphragmitidis, un tarsonème [une famille d’acariens], les roseaux contaminés, face à l’infestation, ont muté et perdu leur capacité à se reproduire. On pourrait croire que la contamination de la faune et de la flore aquatiques n’affecte pas les humains. Mais il faut savoir qu’en Ukraine la population est une grande consommatrice de poissons de rivière. Brèmes, gardons, poissons-chats et silures sont vendus en grandes quantités sur les marchés, frais ou fumés. Par conséquent, l’impact sanitaire de cette pollution ne saurait être négligé.

Toutefois, il faut faire une distinction entre les eaux stagnantes et les cours d’eau. Grâce à l’écoulement des eaux, le processus de renouvellement radioécologique se déroule beaucoup plus rapidement dans les rivières à fort débit, comme le Pripiat. En 2010, l’activité des radionucléide% dans l’eau était de o,i à 0,01 becquerel par litre. La contamination des poissons de la rivière par le strontium 90 se situait à environ 5 becquerels par kilo chez les perches et jusqu’à 171 becquerels par kilo chez les rotengles ; pour le césium 137, de 37à135 becquerels par kilo chez les perches.

Quand reviendra la flore ?

Le bassin hydrographique du Dniepr a été contaminé par les particules radioactives présentes dans l’air et par les retombées des produits de fission de l’uranium, par les eaux des affluents, mais aussi par l’écoulement des eaux pluviales en provenance des territoires contaminés. Dans les premiers mois et les années qui ont suivi l’accident, la concentration maximale de césium 137 chez les populations de poissons de ce bassin se situait entre 30 et 6 000 becquerels par kilo. De 1989 à 2003, les analyses ont noté une` réduction constante de la contamination chez les populations d’animaux aquatiques.

En 2010, ces chiffres se situaient en moyenne à un centième de becquerel par litre, soit à peu près le niveau d’avant l’accident. En revanche, en amont, où les fonds sont beaucoup plus vaseux et les eaux plus stagnantes, les concentrations restaient élevées, en particulier dans le cas du césium 137, ce qui a une influence sur la contamination de la faune aquatique locale. Entre 2003 et aujourd’hui, la moyenne de l’activité du césium 137 chez les poissons ne dépassait pas 5070 becquerels par kilo dans les lacs et étangs de cette zone, des chiffres inférieurs au seuil autorisé. Mais, chez certaines espèces, on a mesuré une activité dépassant les niveaux en question. Ainsi, en 2009, chez des brochets, on a relevé jusqu’à 165 becquerels par kilo et, en 2010, jusqu’à 220 becquerels par kilo chez des cyprinidés.

Dans le réservoir de Kiev, la radioactivité constatée chez les végétaux, les mollusques et les poissons reste supérieure au niveau précédant la catastrophe. Les fonds vaseux de certains plans d’eau sont toujours considérés comme des déchets radioactifs. Or, à cause de l’arrêt de l’exploitation de la centrale de Tchernobyl, ce réservoir a perdu sa vocation première. Toute activité industrielle ayant cessé sur le site, le réservoir est menacé d’assèchement, et l’on court le risque d’une contamination sévère par voie atmosphérique. Dans combien de temps cette zone asséchée sera-t-elle envahie par les herbes et la forêt ? La faune et la flore qui s’installeront sur cet écosystème fortement contaminé seront affectées par un niveau de radioactivité nettement supérieur à la normale.

Encore aujourd’hui, il est difficile d’imaginer à quel point la tragédie de Tchernobyl continue d’avoir une influence quotidienne non seulement sur l’écosystème de la Polésie, mais aussi sur l’ensemble du bassin hydrographique du Dniepr, un bassin vital pour l’Ukraine moderne, pour ses activités agricoles et industrielles, mais surtout pour la santé de sa population.

Répondre à cet article