TOGO-JAPON.

Faure Gnassingbé à la conquête des opérateurs économiques nippons.

Jeudi 4 août 2011 // Le Monde

Photo de famille de Faue G avec l'Empereur japonais

Faure Gnassingbé à la conquête des opérateurs économiques nippons

Faure Gnassingbé, le président togolais, a effectué durant la première quinzaine de juin une visite officielle au Japon qui s’est soldée entre autres par l’annulation totale de la dette bilatérale du Togo, évaluée à environ 10 milliards de yen soit 55 milliards de F CFA.

En dehors des entretiens avec les officiels, le chef de l’Etat togolais a surtout multiplié les rencontres avec les milieux économiques japonais. Premier chef d’Etat à effectuer une visite officielle depuis le tsunami de mars dernier, Faure Gnassingbé a marqué ses hôtes japonais par sa capacité à trouver les mote justes quelques trois mois après les terribles évènements qui ont endeuillé le peuple japonais. Bref, une offensive de charme au cour de l’empire du soleil levant, réussie de bout en bout.

Même s’il a perdu récemment au profit de la Chine son rang de deuxième puissance économique mondiale, le Japon demeure un modèle économique très prisé. La vitalité de son secteur privé continue d’inspirer de nombreux pays qui recherchent à l’instar du Togo des exemples à suivre pour amorcer un vrai décollage économique.

Au cours de son séjour nippon qui s’est étalé du 7 au 12 juin, Faure Gnassingbé et sa délégation ont eu pour interlocuteur privilégié la JETRO, la puissante organisation japonaise du commerce extérieur, l’interface entre le Japon et le reste du monde en matière d’investissements. Tout au long des séances de travail interactives, le même message a été martelé : « le Togo va beaucoup mieux. Le climat politique est apaisé. Le Togo a un énorme potentiel. Venez investir chez nous ».

Face aux investisseurs japonais, le président togolais a tenu un langage inhabituel qui a fait la part belle « aux affaires » et beaucoup moins à l’aide au développement. Faure Gnassingbé a ainsi présenté le Togo en pleine reconstruction, les opportunités d’investissement, le processus d’assainissement du cadre macro-économique, l’atteinte du point d’achèvement de l’initiative PPTE (Pays Pauvres Très Endettés), l’achèvement des programmes macroéconomiques avec le FMI et la Banque mondiale, le processus de modernisation de la justice et de l’administration publique. Tout a été fait pour assurer sis "r interlocuteurs que « le Togo sera une bonne destination pour les investissements étrangers » avec en toile de fond l’adoption d’un nouveau code d’investissement.

Pour le chef de l’Etat togolais, le Togo est à présent prêt pour bénéficier de toutes les initiatives de la TICAD(1l en faveur de l’investissement privé. La détermination des autorités togolaises à promouvoir les investissements privés a été réaffirmée au cours des tête-à-tête qui ont ponctué la visite officielle.

Le chef de l’Etat togolais a ainsi eu une Remise de chèque au Représentant de le Croix Rouge japonaise des entretiens bilatéraux notamment avec Hiroshi Watanabe, président de la Banque japonaise de coopération internationale (JBIC), Tasuo Hayashi, président de la JETRO ainsi que madame Sadako Ogata, présidente de l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA). Il s’est également entretenu avec Akio Dobash, responsable du département Afrique subsaharienne du patronat japonais. C’est avec intérêt que ces patrons d’institutions de financement public et privé et du monde des affaires ont pris connaissance des opportunités qu’offre le Togo dans le domaine des transports, des mines, de la zone franche industrielle, des infrastructures portuaires et de la fiscalité.

En signe de soutien aux efforts du Togo dans son programme de bonne gouvernance politique et économique, un accord a été signé entre les ministres des affaires étrangères des deux pays pour l’annulation totale de la dette bilatérale du Togo évaluée à 10 milliards de yen soit 55 milliards F CFA. Le Japon intervient au Togo dans divers domaines notamment l’éducation, les infrastructures, l’agriculture, l’eau, l’assainissement, ainsi que la protection de l’enfance.

Voyage de conquête des investisseurs mais aussi d’expression de compassion et de solidarité envers les populations victimes du tremblement de terre, du tsunami et de l’accident nucléaire du 11 mars 2011. Le président togolais, Faure Gnassingbé, premier chef d’Etat africain à fouler le sol nippon depuis ces tragiques évènements, a réitéré la compassion et la solidarité du peuple togolais à l’empereur Akihito, au gouvernement et directement aux sinistrés en se rendant sur les sites d’accueil à Sendai situé à une centaine de kilomètres de Tokyo. Il a à cet effet remis une enveloppe de 200 000 dollars US à la Croix Rouge japonaise comme contribution du peuple togolais ami à la prise en charge des sinistrés.

Les autorités togolaises intensifient donc les offensives en vue de nouer des partenariats stratégiques pour consolider la relance économique qui mobilise désormais le Togo. Il faut souligner qu’après le Japon, Faure Gnassingbé s’est également rendu pour quelques jours à Singapour.

Répondre à cet article