Cher(e)s ami(e)s internautes.

Merci pour votre fidélité ; les écrits quotidiens seront absents tout le mois de septembre. Vous pouvez cependant parcourir tous les dossiers créés depuis plus de 10 ans et qui figurent sur le site.

Dés le mois d’octobre il vous sera proposé un mensuel auquel vous pourrez participer en me faisant parvenir votre perception des affaires politiques, familiales, sportives ou autres.

Rien ne sera censuré, hormis des articles injurieux et calomnieux.

Je suis attaché aux valeurs chrétiennes, aux valeurs dites républicaines et à une monarchie parlementaire.

Vous pouvez nous contacter en cliquant sur ce lien >>

TCHAD.

Mercredi 14 mai 2008 // L’Afrique

Les célèbres et croustillants récits de Tokinon Alphonse Gong ont révélé au grand jour avec des détails précis comment Ahmat Yacoub fut recruté par le président Idriss Deby Itno, afin d’infiltrer et faire exploser tout regroupement de mouvements d’opposition au dictateur Déby. En avril 2007, Tokinon Alphonse Gong publiait sur les sites tchadiens l’information suivante : « depuis 1996, Ahmat Yacoub est un agent au compte du gouvernement de Déby. Son numéro matricule est le 11472 ; son nom de code : Wara. C’est avec ce pack 007 que cet individu a été injecté dans l’opposition tchadienne. Son but est de traquer, intégrer et exploser tout groupe ou organe susceptible de mettre en mal le système d’Idriss Déby. Un compte est ouvert à la BNP Paribas, le reste se passe de commentaire et sera révélé en temps voulu, avec une bonne dose de volupté et de consistance ».

Nous constatons le même scénario de sabotage depuis quelques semaines après le repli stratégique des Forces de résistance nationale à l’Est faisant suite à leur marche triomphale et audacieuse sur N’Djaména les 2 et 3 février dernier car la réorganisation de ces Forces s’impose. La chronologie des événements démontre suffisamment cette oeuvre de démolition des Forces de résistance par Ahmat Yacoub.

Dans un communiqué de presse en date du 25 février 2008 co-signé du général Mahamat Nouri, du colonel Soubiane et Abdelwahid Aboud, fut annoncée la création d’une nouvelle alliance militaire, dénommée Alliance nationale (AN).

Pendant que le Peuple martyr exprimait sa joie en acclamant les Forces de résistance nationale à leur entrée dans N’Djaména ou à la création de l’AN, un groupuscule maléfique était triste et mettait tout en oeuvre pour anéantir ces victoires et cette espérance. C’est ainsi que dans la foulée de la publication annonçant la création de l’AN, ce groupuscule qui serait piloté par Ahmat Yacoub, diffusait le 1er mars 2008 un pseudo communiqué d’un certain Mahamat Yacoub Abakar, prétendu porte-parole unique de l’Alliance nationale. Ce faux communiqué avait pour objectif de faire éclater cette nouvelle alliance en suscitant les antagonismes tribaux et régionaux. Un mensonge d’une rare gravité a été distillé par ce groupuscule qui a par ailleurs lancé un appel aux pays voisins du Tchad et à l’Occident chrétien de combattre les islamistes de l’AN.

Il est de notoriété publique que les Forces de résistance de l’AN sont issues des différentes communautés nationales, leurs leaders ont été jusqu’à une date récente des ministres, des officiers, des soldats, des hauts fonctionnaires dans l’administration tchadienne. Ils sont connus de tous et ne sont nullement des mercenaires islamistes à la solde du Soudan. Un Communiqué de démenti officiel fut apporté par l’AN le 2 mars 2008 battant en brèche l’imposture de ce groupuscule, de cet individu prétendu porte-parole unique de l’Alliance nationale mais qui ne figure par ailleurs nulle part dans l’organigramme de la direction des Forces de résistance nationale.

Le 4 mars 2008, le site Dabio de Ahmat Yacoub revient à la charge avec un article intitulé « Tchad : Les Ouaddaïens se retirent de l’UFDD et les négociations se poursuivent ». L’accent est mis sur les animosités tribales en aiguisant le clivage entre Ouaddaïens et les autres communautés nationales. Cet article annonça également le retrait de l’UFDD des Ouaddaïens du RND dirigé par le colonel Fizani, soutenu par les colonels Tounissi, Hissène Brahim et le commissaire Khalil. Afin de préparer l’opinion internationale à compatir avec les victimes ouaddaïens du RND des Soudanais, l’article spécifie : « Les Soudanais exercent de fortes pressions sur les Fizani et au cas où ils refusent de revenir à la "légalité", ils se verront privés des vivres ». Les Ouaddaïens victimes des islamistes soudanais à l’instar du dictateur Déby, le terrain est merveilleusement préparé pour le soutien du groupe anti-soudanais et proche des rebelles soudanais qui s’agite en Occident. Au demeurant, rappelons que le mouvement rebelle soudanais, le MJE du Dr Khalil, fut créé et armé par le dictateur Déby. Ce sont ces mercenaires qui combattent aujourd’hui aux côtés du dictateur et protègent le palais présidentiel.

L’Alliance nationale publia le 9 mars 2008 un communiqué de nomination des responsables au Comité militaire mixte, à la Communication et à la Brigade mixte. Pour contrecarrer cette avancée salutaire, nous assistâmes à un article du 10 mars 2008 publié sur le site Dabio, une filiale de d’Alwihda d’Ahmet Yacoub. Afin de préparer l’opinion, l’article est intitulé : « Tchad : Les Soudanais menacent les combattants ouaddaêns de représailles. Aux dernières nouvelles, une structure politico-militaire est en train de se mettre en place ».

Loin d’être réduit au silence, ce groupuscule se manifesta curieusement et par un nouvel article sur le site Dabio, daté du 11 mars 2008 et intitulé : « Tchad : Création d’un nouveau mouvement politico-militaire ». Ce mouvement est appelé, Union des Forces pour le changement démocratique (UFCD). L’auteur de l’article met l’accent sur la communauté tribale : « Selon une dépêche du maquis militaire, l’UFCD est composé de l’ancien RND, généralement des Ouaddaïens, retirés de l’UFDD du Général Nouri.

Nous avons encore en mémoire les assauts guerriers de Ahmat Yacoub contre les Arabes et notamment, Acheick Ibn Oumar qui était désigné alors vice-président de l’UFDD du Général Mahamat Nouri. Ahmat Yacoub écrivait déjà que le RND était le fer de lance de l’UFDD et que la vice-présidence devrait revenir de droit au colonel Hassaballah, un Ouaddaïen plutôt qu’un Arabe. C’était aussi au début de la création de l’UFDD. Quelles similitudes avec les agissements présents de cet individu, espion de Déby et destroyer de l’opposition tchadienne contre l’AN qui vient à peine d’être créée ! Il préparerait aussi insidieusement l’opinion de l’Occident qui n’est pas en odeur de sainteté avec le pouvoir de Khartoum de trouver un nouvel allié au sein de cette communauté ouaddaïenne qui serait aussi victime à l’instar du dictateur Déby des agressions d’islamistes soudanais et de l’AN. Ahmat Yacoub élaborerait parallèlement un ralliement séparé du mouvement ouaddaïen de l’UFCD au dictateur Déby comme en témoigne son article intitulé : « Tchad : « Libertés Sans Frontières » se dit prêt à lancer un projet de paix globale », publié sur son site Dabio le 10 mars 2008. En effet, la chronologie de ces publications et leurs agencements sont troublants !

Son récent voyage en Egypte selon certaines sources où il aurait rencontré certains membres du RND et des émissaires du président Déby, concourt à ce projet de division des Forces de résistance nationale. Rappelons que « l’Association Liberté sans frontières » créée par un espion de Déby, n’est pas habilitée à organiser une conférence de paix. En effet, le Tchad dispose déjà de nombreuses associations de droits de l’Homme qui ont eu leurs lettres de noblesse sous le feu de l’action au Tchad. Elles par conséquent sont plus compétentes et transparentes que cette obscure et dangereuse pieuvre de « Liberté Sans Frontières » (LSF) qui n’a aucune légitimité, et n’a reçu aucun mandat de Tchadiens pour une telle initiative.

A cet effet, ce spécialiste des mensonges, publie le mardi 11 mars 2008 sur son site Dabio cette imposture : « Ahmat Mahamat YacoubDabio, président de l’ONG "Libertés sans frontières"(LSF) nous a déclaré être en position de poser les fondamentaux d’un programme de développement économique et social de la région du Ouaddaï ». Rappelons ici que le banjos de Déby imite parfaitement son maître : le dictateur Idriss Déby ajouta un troisième nom Itno tandis qu’Ahmet Yacoub additionna aussi celui de Dabio.

Awadalkerim Ishaq écrit en mai 2007 sur les sites tchadiens cette précision : « Tout ce qu’il a fait, c’est d’avoir arnaqué certains waddaïens et arabophones, en leur soutirant de l’argent (2000 FF par personne) pour déposer une demande d’asile,qui n’aboutissait pas souvent d’ailleurs, beaucoup en savent quelque chose ». Cet escroc a déjà essuyé un rejet de sa demande de naturalisation par les autorités françaises pour ce comportement de délinquant. Dans cette lettre de rejet, une période d’observation de deux ans lui a été signifiée par l’administration hexagonale. A l’instar de Déby, qui, lui aussi, fut trempé dans le trafic de faux billets et de drogue, on pourrait constater que Ahmat Yacoub bénéficie aussi de l’immunité élargie de son Maître de N’Djaména.

L’Association LSF permettrait au dictateur Déby de financer les agissements de Ahmat Yacoub, et peut-être, d’organiser cette conférence de ralliements individuels. Les Tchadiens ont découvert le vrai visage d’Ahmat Yacoub et ne se laisseraient plus jamais prendre au piège de cette manoeuvre grossière de sabordage de l’opposition tchadienne. Les contacts sélectifs de certains compatriotes contactés directement ou indirectement par des intermédiaires douteux et autres... dont nous sommes informés démontrent clairement le travail de sape de cet individu. C’est dans cette optique que Mahamat Ismail Chaïbo, directeur général de la redoutable et criminelle police poritique (ANS) du dictateur Déby, aurait rencontré Ahmat Yacoub le samedi 8 mars à l’hôtel Méridien de Paris Porte Maillot. Cela rappelle la rencontre similaire de février 2007 comme l’écrivait Tokinon Alphonse Gong.

Répondre à cet article