Cher(e)s ami(e)s internautes.

Merci pour votre fidélité ; les écrits quotidiens seront absents tout le mois de septembre. Vous pouvez cependant parcourir tous les dossiers créés depuis plus de 10 ans et qui figurent sur le site.

Dés le mois d’octobre il vous sera proposé un mensuel auquel vous pourrez participer en me faisant parvenir votre perception des affaires politiques, familiales, sportives ou autres.

Rien ne sera censuré, hormis des articles injurieux et calomnieux.

Je suis attaché aux valeurs chrétiennes, aux valeurs dites républicaines et à une monarchie parlementaire.

Vous pouvez nous contacter en cliquant sur ce lien >>

Sur la route propre du tour.

Mercredi 24 août 2011 // Divers

Faire le tour de France à bicyclette à vers champs et collines, quoi de plus bucolique, et de surcrgît garanti contre toute émission de gaz à effet de serre. Mais voilà, quand il s’agit de la Grande Boucle, les choses se compliquent. Avec 10 à 12 millions de spectateurs qui se pressent au bord des routes pour voir passer les coureurs mais aussi la caravane publicitaire et les nombreux véhicules d’accompagnement, la question de la prise en compte de l’environnement se pose.

Pour cette édition 2011, le Tour de France cycliste traverse une vingtaine de sites remarquables. Le 6 juillet denier, il faisait étape au Cap Fréhel, dans les Côtes d’Armor, classé parmi les sites Natura 2000. L’Association Bretagne Vivante a accusé ASO, la société organisatrice, de ne pas avoir respecté le cahier des charges et l’Etat, de ne pas l’y avoir enjoint. La direction du Tour s’en défend en assurant avoir produit la déclaration d’incidences imposée à tous les organisateurs de manifestations sportives de grande ampleur se déroulant dans un site Natura 2000. Elle indique même avoir fait modifier le plan de vol des hélicoptères afin de ne pas s’approcher trop près des falaises où nichent des oiseaux protégés.

En fait, les responsables du Tour de France sont de plus en plus soucieux de ne pas ternir l’image de l’épreuve par un manquement en ce domaine : un Tour propre, c’est la lutte contre le dopage, mais c’est aussi un environnement sauvegardé.

Tout d’abord, le Tour demande aux participants d’adhérer à la charte éthique « Cyclisme et Environnement » promulguée par l’Union cycliste internationale (UCI), reprenant en cela une recommandation du Comité, international olympique (CIO) qui fait de la protection de l’environnement la trolsi leur de l’olympisme.

Au-delà des grands principes, le Tour accorde une importance particulière à l’élimination des nombreux déchets produits par les spectateurs fortement aidés en cela par les innombrables papiers et objets distribués généreusement par la caravane publicitaire. Depuis 2007, le ramassage et le recyclage des déchets à chaque ville étape constitue pour l’organisateur une priorité. Son partenaire, Eco Emballages, diffuse de nombreux messages de sensibilisation à ce sujet et remet mais est-ce bien prudent une documentation sur le recyclage des déchets. A l’arrivée, des petits véhicules, fonctionnant avec des batteries au gel, distribuent également 50.000 sacs poubelles recyclables. Eco Emballages assure aussi le suivi global de la propreté du Tour, en liaison avec les collectivités locales visitées, l’Assemblée des départements de France (ADF) et l’Association régionale pour l’environnement (ARPE) de Midi-Pyrénées étant également partenaires.

Pour Christian Prudhomme, directeur du Tour de France, « on a pris des mesures particulières pour faire en sorte que le Tour ne soit pas victime de son succès : nous avons prévu des systèmes de nettoyage ; il s’agit de sensibiliser les gens avant le passage de la course, de faire en sorte qu’ils jettent dans les poubelles puis dans les bennes, afin de rendre après le passage du Tour le site tel qu’il était auparavant, pour qu’on puisse longtemps encore revenir dans ces sites magnifiques ».

Il n’y a donc plus seulement le maillot du meilleur sprinter à être vert : tout le Tour s’y met en se voulant éco-responsable. A chacun aussi de faire preuve désormais, dans ce dotnainomme dans d’autres, d’esprit civique.

Répondre à cet article