Si la Gendarmerie, et la Police nous assurent la sûreté dans le respect de nos Lois, la Justice en France est une institution arbitraire.

Samedi 21 novembre 2009 // La France

Nos gendarmes et nos policiers assurent la première de nos libertés « la sécurité des personnes et des biens ». Les Gens d’Armes protégeaient les citoyens sous notre bonne vieille Monarchie, mais la justice, en particulier celle de l’Eglise notamment, pratiquait l’inquisition, faisant mourir dans des conditions horribles les condamnés à mort.

La France du troisième millénaire souffre d’insécurité, nos forces de l’ordre ne peuvent s’aventurer dans des endroits, véritables ghettos, cette menace de risques permanents se concrétisent de jours en jours, mais la « Justice » démoralise de par son comportement celles et ceux qui de jour comme de nuit risquent leur vie, pour que le bon peuple puisse dormir, et travailler, ce qui n’est pas une mince affaire.

Si l’ordre et la sécurité doivent êtres maintenus, nous ne pouvons admettre que les geôles de la République regorgent d’êtres humains qui sont embastillés sans même avoir étaient jugés, nos juges n’hésitent pas à « détruire » des familles entières, et des citoyens en les livrant pieds et mains liés à la vindicte populaire ; Ils n’hésitent pas à briser la vie d’enfants, de mères, de pères, d’épouses, et de maris ; Tous en « tôle » puisque que la rumeur, la délation, ou la présomption d’innocence, prime avant toutes condamnations fondés sur la culpabilité de celui que ces messieurs.

A juste titre, nous citoyens de France, ne pouvons accepter que des animaux soient maltraités, dans des camions, ou des baraquements où il ne peuvent même pas se coucher, mais peu importe à nos juges si des humains présumés innocents vivent à quatre sur dix mètres carrés, couchés sur des paillasses infectées de cafards, de rats, et où, vu le manque de place, ils doivent expulser leurs matières fécales, et leurs urines devant leurs camarades de cellule.

Avoir massacré un Roi qui avait embastillé quatre prisonniers dans une l’immense forteresse relève d’un immonde régicide lorsque l’on constate les horreurs des prisons de la république. Est-il possible que la justice de France oblige les détenus, ou même de simples citoyens mis en garde à vu à se mettre tout nu, et toute honte bue à se faire mettre le doigt plusieurs fois par jour dans le « cul », et pour les femmes, subir plusieurs fois des touchés internes du vagin, mais aussi des touchés « rectal » il faut vraiment que notre justice soit complètement taré et vicieuse pour obliger nos forces de l’ordre à faire subir à des êtres humains pareilles humiliation.

Par centaines, des jeunes » délinquants » sont mis en prison pour des motifs souvent très graves, les forces de l’ordre font un travail considérable, et cela, au risque de mettre leur vie en péril ; Mais que fait la justice, elle décide de les enfermer dans un centre pénitentiaire avec des voyous de la pire espèce, ce qui ne fait qu’amplifiait la haine des jeunes. Parfois, alors qu’elle se comporte de façon impitoyable envers des citoyens ayant commis des fautes vénielles, quitte à les mettre en prison sans jugement, elle fait savoir aux forces de l’ordre que le jeune délinquant arrêté le matin, sera libre en fin de journée ; Comment ne pas comprendre la saturation de nos Gendarmes et de nos policiers. Si nous avons autant de jeunes voyous, à qui la faute ? à une société qui leur refuse le droit au travail, privilégiant le travail d’esclave dans des pays où règnent des dictatures sanguinaires, et où la vie d’un être humain, a moins d’importance qu’un animal, et nous, citoyens de France et de Navarre, cautionnons cette politique économique, pour ce que l’on appelle « la Réal-Politique » ; Une honte pour tous nos dirigeants.

Comment ne pas admettre que les diverses politiques de la ville, ont eu pour effet de construire des bâtiments immondes, sorte de guet-apens, où s’entassent une jeunesse sans espoir, vivant dans la promiscuité, aux côtés de parents » souvent originaires d’Afrique du Nord », mais ayant servit notre patrie dans deux guerres mondiales, puis en aidant les « Métropolitains » à lutter contre le F L N à qui le Général de Gaule avait juré sa perte ; La France et l’Algérie, sont une même nation avait dit le Général, elle s’étend de Dunkerque à Tamanrasset ; » Vive l’Algérie Française ». Nos Frères harkis sont morts pour avoir cru en De Gaule, en la France, en sa justice.

40 ans après ce conflit, où le Chef de la France libre se discrédita, les fils de ces patriotes musulmans, ne sont reconnus par personne, il serait grand temps de s’occuper de ces Français, et s’ils font des « conneries », inutiles de les mettre en prison, car c’est le moyen le plus sur pour en faire des assassins en puissance. Il me semblerait judicieux d’utiliser les bâtiments désaffectés de l’armée ; les délinquants du nord de la France iraient dans le sud, et ceux du sud dans le nord ; ces jeunes devraient êtres entourés tout autant par des gardiens, que par des éducateurs, et des psychologues. Pour les plus récalcitrants, ils seraient de bon sens, d’envisager de les faire voyager sur un navire militaire, là, ils ne pourraient pas s’évader, et devraient affronter les désagréments qu’ils méritent sans pour cela vivre comme des rats dans des geôles surpeuplées.

Peut importe la nationalité, s’ils sont Français, ils purgent leur peine tout en travaillant dignement, et s’ils sont étranger, ils font de même, mais sont immédiatement expulsés vers leur pays d’origine. Le Général de Gaule qui fut l’homme qui a su dire non, ce grand patriote, est devenu lamentable en promettant à nos armées, et aux peuples vivants en A F N de maintenir l’Algérie au seins de notre Nation, il est directement responsable de la mort de nos soldats, et de ceux de la rébellion, il est aussi responsable de la mort de nos Harkis, de la débâcle des « Pieds Noirs » et de la torture, car par ses paroles, il a couvert d’horribles atrocités commises par nos militaires. Le Général de Gaule disposait en Algérie de 500 000 soldats devant pacifier nos trois Départements. En laissant ce territoire aux mains du F L N, sans prendre les précautions qui s’imposaient, on peut dire qu’aujourd’hui les « BEURS », et leurs familles paient les conséquences dramatiques de sa politique en dans nos département d’Algérie.

Les Arabes qui soient disant feraient notre malheur, en sont les victimes, et ce sont eux que notre justice envoie en prison. Ni le peuple ni nos politiques ne veulent comprendre le pourquoi des choses, dommage !. Tout délinquant doit être puni, mais ce n’est pas en le mettant dans des prisons surchargées, des prisons indignes de notre Patrie, que l’on va améliorer les regards que porte sur nous toute une génération laissée pour compte de notre société de consommation, l’ostentation de certain, devient obséquieuse, elle favorisent les rancoeurs de pauvres citoyens qui observent une autre jeunesse, celle des bourgeois qui font étalage de leur richesse, ces « aristocrates » d’aujourd’hui, sont plus odieux que ceux qui servaient la France aux cotés de leur Roi les armes à la main.

Faire un travail manuel ou cérébral, contribuer à servir l’écologie, ou venir en aide aux forces de l’ordre après une formation, avoir un esprit civique, un esprit de servir, plutôt que de détruire. Envisager d’envoyer ces jeunes à l’étranger, accompagnés de jeunes souhaitant travailler ailleurs, dans le cadre de la coopération, serait une bonne chose, exporter notre savoir, c’est exporter notre langue, et une partie de notre culture.

La justice en France est d’une lenteur traumatisante, comment la justice peut-elle accepter que des hommes ou des femmes, voir de jeunes adolescents soient emprisonnés des mois sans avoir été jugé, ce scandale digne de l’inquisition devrait arriver à un familier de nos gens de robe, ces individus qui forment un état dans l’état, feraient grise mine, avec en prime une dépression car ils sont davantage habitués à faire du mal que du bien. La décision que vient de prendre le Président Nicolas Sarkozy, celle de supprimer les juges d’instructions est exemplaire ; Elle démontre qu’à la tête de l’Etat nous avons un homme qui a le sens du devoir.

La justice est à la fois une idée et une chaleur de l’âme. Sachons la prendre dans ce qu’elle a d’humain, sans la transformer en cette terrible passion abstraite qui a mutilé tant d’hommes.

Mais pour eux, comme pour ceux qui blanchissent l’argent dans les casinos, les gros trafiquants de drogue, les gros racketteurs, les proxénètes, les roitelets locaux, les politiques carriéristes ! la justice est bonne fille.

Ayant lu le livre de Nicolas Sarkozy consacré à Georges Mandel, j’ai pu comprendre que le racisme et l’anti-sémitisme, étaient , non la force des armées, mais une des forces de nos élus pour justifier des équivoques, des ambiguïtés, cela va de Alfred Dreyfus, à la famille Villemin etc. justice, justice ! Il en va ainsi de par le monde, mais en France les propos racistes ou antisémites prennent plus d’amplitude s’ils sont tenus par un pauvre bougre que par un bourgeois ayant des relations. La république des copains et des coquins, dans son essence, est une doctrine de l’injustice, elle est fondé sur le sacrifice du faible, de l’innocent et l’acceptation de ce sacrifice. La justice, qui est son émanation, et le contraire, elle provoquera un jour une révolte.

Le regard méfiant que l’on porte sur les citoyens ayant une peau différente de la nôtre, démontre le racisme d’une partie de notre population. S’ils ont fauté, ils méritent une punition, si par contre, ils se comportent en citoyens respectant les lois et les coutumes de la France, ils ne doivent en aucun cas souffrir de cet « obstacle », que ce soit pour une demande d’emploi, ou pour répondre aux questions posées par un éventuel contrôle de police, là aussi, c’est à la justice de définir les règles, les forces de l’ordre appliquent uniquement les ordres judiciaires » des bavures peuvent exister, c’est triste, mais la justice fait payer aux gendarmes et aux policiers les instructions donner aujourd’hui, et hier.

Vous vous appelez « José Bové », vous voulez faire bouger des traités portant sur des accords que les trois quarts des citoyens dénoncent, pour cela vous » bousculez un Mac Do », la justice vous enferme. Vous faite partie de la F N S A, vous envahissez les Bureaux d’un Ministre, vous le détruisez, la justice ferme les yeux. Là aussi, deux poids et deux mesures. Il serait prudent de ne jamais couper le cordon qui lie le Ministère de la Justice avec les Procureurs ; Si les juges doivent êtres impartiaux, donc avoir leur indépendance vis-à-vis du politique, ce n’est pas le cas des Procureurs ; Cependant, la justice ne doit pas êtres un Etat dans l’Etat, le Gouvernements des juges peut préfigurer la venue d’une Dictature.

Les mises en prisons doivent être prises par deux juges, et un représentant du Ministère de la Justice.

Il y a ceci de déloyal dans l’attitude de la Justice sur le terrain, que si elle laisse, en principe, son adversaire tirer le premier, elle sait fort bien que celui-ci, par un échange de courtoisie dont elle abuse, ne la blesse jamais elle-même, mais décharge son arme sur une tierce personne. L’arme de l’adversaire déchargée, la Justice tire à son tour, sans peur. Les balances de la Justice trébuchent, et pourtant l’on dit : Raide comme la justice. La Justice serait-elle ivre ?

Répondre à cet article