Se fier à personne !

Mercredi 30 mars 2011 // Le Monde

Colonel Kadafi Un grand homme risque de nous quitter, entendons « risque de quitter la grande scène internationale ».

Un grand penseur, un ami des hommes, précisons des femmes aussi…

Et nous resterions là les bras croisés ? Impossible !

Aurait-il été pris d’un subit coup de folie, qu’importe…

Comment se fait-il que tous ses amis se taisent ? L’émotion peut-être ?

Nous comprenons que les mots manquent à tous ces grands ou moins grands de ce monde, écrasés par la douleur. Quoi de plus terrible que la crainte de perdre un être cher ?

Nous comptions pourtant sur eux tous qui l’ont tant et tant aimé… On ne peut se fier à personne… Réparons !

Gloire au Guide K…

Oui, des êtres meurent. Très certainement des femmes, des enfants, des vieillards, des « coupables », des « innocents ». Des chevaux nous dit-on ont été massacrés ou sont morts de faim… (Erreur me souffle mon complice Portemont… Les chevaux c’est en Egypte, au pied des Pyramides !).

Oui, la Libye est à feu et à sang. A cause de la « folie meurtrière » d’un certain Monsieur K. Une folie qui aurait fondu sur lui sans crier gare ? Ni vu ni connu ?

C’est terrible ! Un Berlusconi qui le serrait si fort dans ses bras il y a peu encore n’aurait rien vu venir ?

Pas même un petit tressaillement de folie ?

Un Sarkozy qui lui tenait si bien la main, itou ?

Et le « French Doctor » ? Pas même bon à lui prendre le pouls miné déjà, peut-être, par la folie ?

Si les fins limiers nous trahissent à qui se fier ?

Et dire qu’aujourd’hui tous ses amis déjà brisés par le malheur ne trouvent qu’un seul mot à lui dire : « Assez ! » « Arrêtez le massacre ! « Stop ! » »

Que lui disaient-il avant ?

Oui, l’art politique est difficile ! Maintenir des relations d’Etat à Etat n’est pas chose aisée. Faut-il encore que celui qui en a la charge soit préparé longtemps à l’avance, qu’il s’inscrive dans le temps long en toute indépendance pour le seul bien commun de son peuple, en respectant aussi quelques principes essentiels… Qu’il soit étranger à tout effet d’annonce et calcul bas…

Affaire de « régime »…

Discours télévisé du 4 Avril 2006 à Tombouctou. Après avoir démontré que la venue du prophète a effacé toutes les autres religions rendant ipso facto relaps tout ce qui n’est pas musulman, Kadhafi nous développe une vision de l’avenir.

Quelques parties de parties de la traduction :

  • « Mahomet est le prophète de tous. Il a remplacé toutes les religions antérieures. Tout le monde doit être musulman »
  • « Nous avons 50 millions de musulmans en Europe. Il y a des signes qu’Allah accordera la victoire à l’Islam en Europe, sans épée, sans fusil, sans conquête. Les 50 millions de musulmans d’Europe l’auront transformé en continent musulman d’ici quelques décennies. Allah mobilise la nation musulmane de Turquie et l’ajoute à l’union Européenne ».

Lors de la cérémonie d’ouverture, Kadhafi a fait monter à la tribune un représentant du « Forum des rois, sultans, chefs et princes traditionnels d’Afrique », une association qu’il a créée en Libye il y a deux ans.

Vêtu du costume traditionnel des rois akans et muni d’un sceptre, l’Ivoirien Jean-Gervais Zié, chef de village dans la région de Gagnoa, a demandé à l’UA de créer une structure consacrée à ses alter ego. Selon un membre de la délégation ivoirienne, le « Guide » aurait versé 1 million de dollars à l’association en 2008, et plus encore en 2009.

Le 2 février 2009… Une grande élection !

Après quoi, le chef de l’Etat libyen a fait passer à ses pairs présents au sommet un message demandant à être officiellement appelé "roi des rois traditionnels d’Afrique" après avoir été "adoubé" par un groupe de chefs traditionnels il y a quelques semaines en Libye….

Elle a pour nom l’Union africaine et compte 53 états membres, soit tous les états du continent africain, à l’exception du Maroc... Une Union qui porte haut des grandes valeurs... Et qui, certainement pour cette raison a élu Mouammar Kadhafi, le grand guide libyen, pour président...

Un président qui a été invité à ce titre au dernier G8 et qui a été invité à prendre la parole.

Une parole qui vaut son pesant...

Le terrorisme ? L’éradiquer ? Le « Frère Guide » a réponse à tout :

La matrice du Mal est en Suisse. Supprimer le Mal ? Il suffit de lui couper les cordons de la bourse et donc de démanteler la Suisse. Une opération chirurgicale simple : la Suisse romande à la France, la Suisse alémanique à l’Allemagne, la Suisse « italophone » à l’Italie...

Généreux donneur de conseils et recommandations en tout genre, le « Frère Guide » à également conseillé Nicolas Sarkozy : pour être un grand président, il devrait accorder de substantielles « réparations » à l’Algérie... s’inspirant en cela du grand

Berlusconi qui en septembre 2008 signait un accord incluant le paiement d’une dette de 5 milliards de dollars sur 25 ans.

Accord signé dans les jardins d’un ancien palais du gouverneur italien de Benghazi, alors sous l’occupation italienne...

Et, « realpolitik » (?) oblige, il y a eu une poignée de main « historique »...

Ce fut vraiment un beau « G8 » !

Afin de bien comprendre la qualité de ces échanges, il n’est pas vain de rappeler que l’Union Africaine est une organisation, aux dires des spécialistes, calquée sur l’Union européenne.
Nous voilà donc rassurés !

« Nous sommes heureux de pouvoir t’accueillir en Italie. Avec l’ambassadeur libyen, nous avons cherché le meilleur endroit où installer ta tente », a déclaré Berlusconi a l’adresse du Guide Libyen.

Tout lire sur la lune de miel Berlusconi – Kadhafi :

Reçu hier en grande pompe par Silvio Berlusconi, Kadhafi a donc planté sa tente, avec son plafonnier en cristal de Venise, dans le plus vaste parc de Rome, à la Villa Doria Pamphili...
La suite : http://www.lexpress.fr/actualite/monde/quand-kadhafi-rend-visite-a-berlusconi_766906.html

A « La Première Conférence Internationale sur le Livre Vert » tenue à Tripoli du 25 au 26 octobre 2009

« Et un magnifique cortège se forme. On parcourt les avenues de Tripoli. Quelle esthétique ! Quel entretien ! Les belles avenues ! Rien à envier à des parcours urbains de certaines villes des pays européens comme la Belgique, l’Allemagne ou la France. La réponse : l’administration ou la conscience libyenne concernée travaille très bien. […]On franchit quelques postes militaires de contrôles. Sur les visages de ces soldats "bérets rouges" libyens, je lis des expressions de la joie, du bonheur, des convictions pour leur pays...Ils sont très bien habillés. Ces soldats femmes et hommes du grand peuple de la Grande Jamahiriya Libyenne sont des patriotes et des personnes de convictions. Je le vois du premier coup d’oeil. Et ils introduisent notre délégation sous une grande tente ayant la couleur du sable du désert libyen et des lustres de grande classe. On s’asseoit sur des chaises très confortables. Quelques minutes s’écoulent et le Guide Kadhafi arrive. Il a un costume blanc et une chemise "ya mayi ya pondu", expression lingala qui veut dire de couleur verte. C’est important pour un journaliste du Mouvement Ngambo Na Ngambo de dire cette couleur verte en Lingala. C’est celle de notre espoir. Il est là. Oui, le Guide Kadhafi est là devant nous, avec nous sous cette tente qui symbole aussi les valeurs d’hospitalité et d’humilité du peuple de la Libye. On sent qu’une puissance est là et l’ambiance a changé. »

http://www.mouvement-ngambo-na-ngambo.org/index.php?option=com_content&view=article&id=183:le-guide-kadhafi-nous-a-recus-chez-lui-a-tripoli-a-la-direction-generale

Un bien bel anniversaire en septembre 2009…

Quatre-vingt appareils militaires, dont deux Rafale de l’armée française, se sont livrés à des parades aériennes dans le ciel de Tripoli, ornée pour l’occasion de milliers d’ampoules multicolores et dont les murs ont été placardés de centaines de photos et de slogans à la gloire de Kadhafi.

Etaient notamment présents le président vénézuélien Hugo Chavez, le président palestinien Mahmoud Abbas, le président soudanais Omar el-Béchir, l’émir du Koweït, cheikh Sabah al-Ahmad Al-Sabah, le président yéménite Ali Abdallah Saleh, le ministre espagnol des Affaires étrangères Miguel Angel Moratinos ou encore le secrétaire d’Etat français à la Coopération Alain Joyandet.

Plusieurs chefs d’Etat africains ayant participé lundi à un sommet de l’Union africaine sur les conflits en Afrique participaient aussi aux festivités aux côtés d’autres invités, comme le chef d’Etat serbe, Boris Tadic ou la présidente philippine Gloria Arroyo.

Les festivités interviennent après un double succès diplomatique retentissant du colonel Kadhafi, qui a obtenu le 20 août la libération d’Abdelbaset al-Megrahi et des excuses suisses dans l’affaire ayant visé son fils Hannibal dans ce pays.

"Megrahi ne participe ni de près ni de loin aux festivités", a cependant souligné une source officielle.

Avant de fêter la révolution qui l’a conduit au pouvoir le 1er septembre 1969, le colonel Kadhafi a célébré dimanche une autre victoire : le premier anniversaire du traité d’amitié conclu avec l’Italie pour solder son passé colonial, avec en prime des excuses inédites de Rome et des compensations de cinq milliards de dollars.

Il a posé en compagnie du chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi la première pierre d’une autoroute de 1. 700 kilomètres devant longer les côtes libyennes.

http://www.jeuneafrique.com/actu/20090901T214219Z20090901T191718Z/libye-kadhafi-celebre-en-grande-pompe-ses-40-ans-au-pouvoir.html

Le dimanche 29 août 2010, Kadhafi, à Rome, devant Berlusconi et huit cents jeunes filles voilées, recrutées sur la base de 80 € et d’un silence total, admoneste l’Europe et l’invite – ou bien le lui ordonne-t-il ? – à se convertir à l’islam, après avoir donné à toutes ses dames une leçon de Coran !

Venu célébrer avec son ami Silvio Berlusconi le deuxième anniversaire du traité d’amitié du 30 août 2008, qui a mis fin au contentieux sur la période coloniale, Kadhafi a donné dimanche soir puis lundi après-midi deux leçons sur l’Islam respectivement à 500 puis 200 femmes, sélectionnées par une agence d’hôtesses et rémunérées à hauteur de 80 euros.

La présidente du Centre italien féminin, Maria Pia Campanile, a critiqué cette "rencontre entre le dictateur-sultan libyen Kadhafi et un groupe consistant de jeunes filles recrutées à condition d’être jeunes, belles et de se taire".

http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5hrtXQQyHCfo_MNOqdObsMDmOK26w

Répondre à cet article