Cher(e)s ami(e)s internautes.

Merci pour votre fidélité ; les écrits quotidiens seront absents tout le mois de septembre. Vous pouvez cependant parcourir tous les dossiers créés depuis plus de 10 ans et qui figurent sur le site.

Dés le mois d’octobre il vous sera proposé un mensuel auquel vous pourrez participer en me faisant parvenir votre perception des affaires politiques, familiales, sportives ou autres.

Rien ne sera censuré, hormis des articles injurieux et calomnieux.

Je suis attaché aux valeurs chrétiennes, aux valeurs dites républicaines et à une monarchie parlementaire.

Vous pouvez nous contacter en cliquant sur ce lien >>

SOCIALISTES : PREMIER BOUQUET.

Mercredi 27 avril 2011 // La France

Le Parti socialiste a présenté le 5 avril son programme pour la campagne présidentielle. Son Conseil national est unanime sur les propositions, mais nul ne sait comment et par qui elles seront présentées aux électeurs.

Si le programme du PS est aussi nul que son porte parole, ce n’est pas en 2012 qu’ils reviendront aux affaires. Hamont c’est la sinistrose. Nous pourrions attribué au porte parole d’Aubry cette citation : « Lorsque l’on se cogne la tête contre un pot et que cela sonne creux, ça n’est pas forcément le pot qui est vide. »

Le principal problème posé par le programme de « changement » présentée par Martine Aubry, c’est que le texte n’engage que le Parti socialiste. Il ne s’agit pas d’une lapalissade : tant que le Parti socialiste n’aura pas désigné son candidat, nous ne saurons pas ce qui sera retenu, ajouté et retranché !. dans le catalogue des propositions présentées par la hiérarchie. Mais l’observateur doit se satisfaire de ce premier bouquet en attendant la corbeille qui sera présenté par le candidat après la bataille des primaires ou chacun devra faire valoir ses propres idées pour se distinguer des autres. Le bref instant de clarification du programme va donc être suivi d’une certaine confusion aggravée par les querelles personnelles et les procès d’intention.

Lorsque Dieu a créé l’homme et la femme, il a bêtement oublié d’en déposer le brevet, si bien que maintenant le premier imbécile venu peut en faire autant. Des imbéciles, il y en a au PS ; Le bourgeois richissime Dominique S K veut nous faire avaler des couleuvres ; comment cet homme patron du front monétaire international pourrait être proche des classes laborieuses ? DSK se moque des électeurs. Martine, cette (loufoque) patronne des Socialistes est incapable de diriger la France ; Il est facile de critiquer Nicolas Sarkozy, ce dernier a prouvé qu’il était capable de prendre des décisions difficiles et courageuses tant en période de crises financières qu’en période troubles où les armes doivent venir au secours des opprimés ; Oui, le Président Sarkozy est un chef d’état indispensable à notre Patrie dans les cinq années qui viennent.

Le programme socialiste est un intéressant révélateur de la mentalité qui domine dans le premier parti de la gauche française. Depuis 1945, la France a connu un socialisme gestionnaire du capitalisme avec Guy Mollet, un parti de changement radical avec Françôis Mitterrand (mais qui a fait au bout de deux ans le « tournant de la rigueur ») un parti « moderniste » (sur le plan des
moeurs) avec Lionel Jospin. Depuis trente ans, le Parti socialiste accepte sans le dire la mondialisation libérale et souhaite mettre en place des mesures sociales destinées à atténuer les chocs viôlènts provoqués par la conçurrence internationale et par la politique monétaire suivie à l’intérieur de la zone euro.

De ce point de vue, la direction socialiste n’a pas changé : son aile gauche étant marginalisée depuis le départ de Jean-Luc Mélenchon, il reste sur sa ligne antérieure tout en multipliant les annonces tendant à prouver qu’il va amorcer de profonds changements dans la société française.

Comme il se doit dans les exposés de Sciences po et dans la communication politique, l’affirmation d’un principe est assortie d’atténuations qui permettent de ne pas trop heurter les clientèles annexes. Du côté de la continuité, on observe que le Parti socialiste continue de se situer dans la logique du libre-échange tout en proposant que l’Union européenne augmente les droits de douane sur les produits qui ne respectent pas les normes sociales et environnementale. Le Parti socialiste continue d’adhérer à l’objectif de l’équilibre budgétaire qui devrait être obtenu par une croissance plus forte, décrite sur le papier mais toujours difficile à envisager si les conditions générales des échanges ne sont pas transformées.

Les créations d’emplois-jeunes et les propositions sur l’éducation s’inscrivent dans les annonces destinées à des clientèles spécifiques.

Du côté du changement, on note une volonté d’annuler les niches fiscales et de créer un impôt unique prélevé à la source. Il y a aussi la conséquence de l’accident nucléaire japonais et des nécessités de l’alliance avec les Verts, qui se traduit par l’annonce d’une sortie de la « dépendance du nucléaire et du pétrole » qui méritera des compléments d’explication. sur les conditions de possibilité de cette double opération. Il est également question de fixer un maximum de rémunération pour les patrons-.- mais la mesure est limitée aux dirigeants des entreprises publiques...

On pourrait citer encore de nombreuses propositions, mais le risque est celui d’une dispersion qui est la marque de ce programme : on veut couvrir tous les domaines, répondre à toutes les demandes en oubliant que la tâche du président de la République est strictement délimitée par la Constitution.

Le programme socialiste peut être utilisé pour les législatives, mais on n’y trouve pas le grand dessein que doit présenter l’homme qui se présente devant la nation pour être en charge de l’essentiel. Ce n’est pas lui qui s’occupera des maternelles et de la police de proximité. C’est pourquoi le ( programme) socialiste est accueilli avec une certaine indifférence et ne parviendra pas à se placer au centre du débat politique comme naguère le fameux « Programme commun ».

Aujourd’hui si les socialistes veulent avoir une chance de gagner les élections présidentielles de 2012, ils doivent rassembler toutes les composantes de la GAUCHE, CELA PROMET !

Aubry, Besancenot, DSK, Dray, le ( couple) Royal, la liste des prétendants souhaitant rouler entourés de motards et de cheveaux n’est pas exhaustif... Reprenons l’espoir de revoir Nicolas Sarkozy servir la France et le monde jusqu’en 2017.

Répondre à cet article