Cher(e)s ami(e)s internautes.

Merci pour votre fidélité ; les écrits quotidiens seront absents tout le mois de septembre. Vous pouvez cependant parcourir tous les dossiers créés depuis plus de 10 ans et qui figurent sur le site.

Dés le mois d’octobre il vous sera proposé un mensuel auquel vous pourrez participer en me faisant parvenir votre perception des affaires politiques, familiales, sportives ou autres.

Rien ne sera censuré, hormis des articles injurieux et calomnieux.

Je suis attaché aux valeurs chrétiennes, aux valeurs dites républicaines et à une monarchie parlementaire.

Vous pouvez nous contacter en cliquant sur ce lien >>

RD CONGO et RWANDA : Non à une nouvelle agression !

Mardi 14 février 2006, par NKANSA’S Nenthor // Agenda

RD CONGO et RWANDA : Non à une nouvelle agression !
NKANSA
La RD CONGO - ex-Zaïre - avec plus de 5 pays voisins, occupe une position stratégique dans le continent. Elle est au centre même de l’Afrique. Avec une superficie totale de 2.345.000 Km², la RD CONGO est un sous-continent : sa superficie représente 4 fois celle de la France, 76 fois celle de la Belgique et ... 89 fois celle du Rwanda voisin.

Ses nombreuses richesses du sous-sol lui ont amené bien des malheurs. Personne ne veut voir la grande République se développer. Eh pourtant ! son décollage économique entraînera aussi celui des autres voisins, puis celui de toute l’Afrique. La contribution de la RD CONGO en Afrique et dans le monde moderne est évidente. Elle a fourni l’uranium qui a servi à fabriquer la première bombe atomique, elle fut la première nation à représenter l’Afrique noire à la coupe du monde de football, sa capitale a servi de cadre pour le plus grand combat de boxe poids-lourds (entre Ali et Foreman), la Belgique de Léopold II doit beaucoup à son ancienne colonie, la RD CONGO exporte son énergie électrique vers d’autres pays africains et de la planète, elle accueille - au nom de son hospitalité légendaire - des milliers des réfugiés politiques et économiques. Lors de son accession à la souveraineté nationale et internationale, la RD CONGO était une grande puissance économique. La monnaie locale d’autrefois représentait le double de la devise américaine. Les fonctionnaires de l’Etat n’avaient rien à envier à leurs collègues étrangers. Le pays était respecté par tous, africains et occidentaux.

Aujourd’hui, la RD CONGO n’est plus que l’ombre d’elle- même. Minée de l’intérieur par des rebellions interminables, le pays ne fait que régresser. Ces rebellions ou plutôt agressions sont soutenues - financièrement et matériellement - par de grandes puissances étrangères. Ces dernières voient d’un mauvais œil la volonté du pays de se développer. Il faudrait, à tout prix, l’empêcher dans sa démarche. C’est la raison pour laquelle les agressions se multiplient et semblent se ressembler. Que vient faire le Rwanda dans notre pays ? Pourquoi est-ce que le sang des congolais coule ainsi ? Que fait donc la « Communauté internationale » ? Jusqu’à quand le Rwanda foulera à pied notre dignité nationale ? Voilà autant des questions que plus d’un congolais se pose. NON, LA RD CONGO N’EST PAS UN JARDIN D’ENFANTS ENCORE MOINS UN POULAILLER. Il nous faudrait maintenant laver cet affront et honorer le blason terni du Congo de Kasa-Vubu et Lumumba.

Nous lançons un appel, à l’échelle mondial, à tous les congolais - artistes, étudiants, professeurs, journalistes, diplomates, chercheurs, historiens, ... - à dénoncer cette violation de notre souveraineté. Que chacun de nous puisse défendre, autant que possible, le pays. Car, il s’agit bien du SANG CONGOLAIS qui coule à longueur de journées à l’est du pays. Disons tous, d’une même voix, : « NON A L’AGRESSION DE NOTRE CHERE PATRIE. LE CONGO EST UNE GRANDE NATION QUI MERITE RESPECT ET ESTIME ». Mettons fin à cette humiliation. Il en va de la stabilité même du continent.

Au voisin de l’Est, nous rappelons juste que dans la tradition africaine, tout différend se règle par un dialogue franc et sincère autour d’un verre de vin. L’Africain, encore moins le congolais, n’a pas la culture du sang dans ses veines. Unissons-nous au contraire pour le bien-être futur de notre continent, berceau de l’humanité. En ce début d’année 2005, c’est maintenant à nous Africains de donner l’exemple. Nous réclamons la paix et l’amour entre Africains.
Paris, le 05 janvier 2005

NKANSA’S Nenthor

Ecrivain - journaliste indépendant

Répondre à cet article