Cher(e)s ami(e)s internautes.

Merci pour votre fidélité ; les écrits quotidiens seront absents tout le mois de septembre. Vous pouvez cependant parcourir tous les dossiers créés depuis plus de 10 ans et qui figurent sur le site.

Dés le mois d’octobre il vous sera proposé un mensuel auquel vous pourrez participer en me faisant parvenir votre perception des affaires politiques, familiales, sportives ou autres.

Rien ne sera censuré, hormis des articles injurieux et calomnieux.

Je suis attaché aux valeurs chrétiennes, aux valeurs dites républicaines et à une monarchie parlementaire.

Vous pouvez nous contacter en cliquant sur ce lien >>

QUAND L’ENVIRONNEMENT VA BON TRAIN !

Mardi 2 août 2011 // L’Europe

Hambourg est la capitale européenne de l’environnement pour l’année 2011 et elle le fait savoir. Depuis avril dernier, elle a affrété un train dit « Le train des idées » qui, jusqu’en septembre prochain, marquera l’arrêt dans les gares de 18 villes européennes. Il était le week-end dernier en gare de Nantes, en provenance de Marseille avant de se rendre à Paris. Composé de six wagons (ou plus exactement de six conteneurs aménagés posés sur des wagons), le train présente une exposition sur le panorama des villes du futur, en montrant des expériences conduites ou projetées dans les villes visitées, qu’il s’agisse de la protection de la nature, du recours aux énergies renouvelables ou bien encore du traitement des déchets. Comme il se doit, l’exposition débute par une présentation de Hambourg dans laquelle la ville hanséatique présente ses projets de développement urbain.

Par une excursion virtuelle en bus dans la ville, le voyageur découvre les projets grâce auxquels Hambourg est devenue une capitale verte. Ainsi, le projet exceptionnel qui prend actuellement forme sur la plus grande île fluviale d’Europe, au centre de la ville où, d’ici 2050, le quartier Wilhelmsburg deviendra neutre pour le climat. Ou bien encore les trois tunnels anti-bruit qui, dans quelques années, augmenteront la qualité de vie dans l’Ouest de la ville où passe actuellement l’autoroute 7 : les tunnels hambourgeois permettront aussi de créer de nouveaux espaces verts et de relier les quartiers séparés. Hambourg est également la ville allemande qui possède le plus de réserves naturelles :16,7% de son territoire se compose de forêt et de lieux de promenade et d’espaces verts dont plus de 8% de la surface sont protégés. Même les quartiers très construits sont aérés par des parcs.

L’escale en gare de Nantes n’était pas fortuite. Après Hambourg cette année et Vittoria-Gasteiz l’année prochaine, la Cité des Ducs sera en effet la capitale européenne de l’environnement en 2013. Sa désignation est le résultat de plusieurs initiatives.

Ainsi Nantes s’est-elle fixée pour objectif de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 50% jusqu’à 2025. Pour atteindre cet objectif ambitieux, la ville a choisi une voie uquçi unique ep France ::150 foyers de la ville participent pendant une année entière à « L’Atelier Climat ». Dans le cadre de formations régulières, ils redécouvrent non seulement leur propre comportement mais contribuent également fortement au développement de la stratégie climatique de la ville. Le projeta pour objectif de sensibiliser les ha,bitants aux comportements dits « é ocitoyens ». Une analyse détaillée est en outre effectuée, par exemple grâce à des questionnaires collectés mensuellement et à la détermination des bilans CO2 individuels des participants. Grâce à ces données, la ville veut élaborer des mesures et des recommandations adaptées à leurs besoins individuels.

Autre initiative remarquée, la place faite aux transports publics. Nantes a été la première ville française à avoir réintroduit le tramway en 1985. Aujourd’hui, le réseau représente le plus long du pays avec 42 km. Des « navibus » et des bus, dont le’busway, gros autobus articulé circulant en site propre, complètent le système de transport public. L’ensemble de ce dispositif a, de fait, contribué à la réduction du trafic automobile, ce qui a déjà valu à Nantes de recevoir, en 2009, un prix de l’Union européenne pour sa gestion du trafic urbain durable.

Enfin, la qualité de vie et la qualité de l’air correspondent pour Nantes à des éléments fondamentaux en matière de planification urbaine. Nul besoin de faire plus de 300 m pour profiter d’une biodiversité sans pesticides : avec 57 m2 d’espace vert par résidant, Nantes totalise 3.366 hectares d’espaces verts. Depuis 2006, la ville a par ailleurs lancé un projet de reboisement de trois parcs urbains ; jusqu’en 2016, le Nord-Ouest, le Sud-Ouest et le Sud-Est de la cité devraient pouvoir profiter de 800 nouveaux hectares de surface boisée.

Le décor serait ainsi parfait si la propreté des rues était dans le même mouvement : nul doute que la germanique Hambourg ne soit mieux placée à ce sujet.

Répondre à cet article