Pour une floraison, c’est une floraison…

Dimanche 19 septembre 2010 // Divers

La dernière étude menée par « Nomen », cabinet de conseil en marques et identités, fait état d’un véritable « boom » : au deuxième trimestre 2010, 23 890 marques françaises ont été déposées, soit 23,2% de plus qu’entre avril et juin 2009.

Une hausse « inhabituellement élevée ». Une « hausse » dans tous les secteurs clefs de notre économie, une « hausse » qui serait un bon signe et dont nous nous réjouissons.

Oui, dans tous les secteurs !

Voire dans un « secteur », qui, lui, ne nous réjouit guère. Chez nos « Princes »… les « marques déposées » se bousculent !

Nous n’en demandons pas tant…

Et face à cette floraison, fort de notre inébranlable fidélité, usons du vieux « droit » de « remontrance » !

A « Prince de France », « Prince Jean de France », « Prince Jean », nous répondons : France !

Est-ce bien des « marques » que les Français attendent de princes de la Maison de France ?

Du plus bel effet l’entrefilet « En coulisse », en dernière de couverture du quotidien « La Tribune » des 27,28 et 29 août 2010…

PRINCE DE FRANCE, MARQUE DEPOSEE ?

Charles-Philippe d’Orléans, duc d’Anjou, a déposé le 17 juillet à l’Inpi la marque Prince de France. De quoi agacer son cousin, Jean d’Orléans, qui se trouve être le dauphin du prétendant au trône reconnu comme tel par la plus grande partie des royalistes français. D’abord, le prince de France, c’est lui. Et surtout, il a, lui, déposé en 2008 les marques Prince Jean de France et Prince Jean qu’il exploite depuis pour vendre des polos, des pulls et de la vaisselle.

Nous n’entendons pas jouer les « puristes ». Son Altesse Royale le prince Charles-Philippe d’Orléans recevait le 8 décembre 2004, du Chef de la Maison de France, l’investiture du « duché d’Anjou » et relevait ainsi une antique Maison. Grand Maître de l’Ordre Militaire et Hospitalier de Saint Lazare de Jérusalem, il ne ménage pas sa peine au service des œuvres de cet ordre et c’est fort bien. Nous ne pouvons pas préjuger de l’usage qu’il sera fait avec une marque « Prince de France », mais tenons à rappeler que la qualité de « Prince de France » ne se dépose pas…

Naître prince n’est pas un choix. Dame Providence est l’absolue maîtresse des cartes. Etre pleinement prince de sa Maison découle de la seule volonté de celui qui est né prince. La qualité de prince de la Maison de France, distinction due au sang et au seul sang, impose des devoirs. Il n’y a pas de « police » spécifique verbalisant tel prince ou telle princesse, pour infraction au préjudice de cette qualité princière. Il y a l’éventuel rappel à l’ordre par le Chef de la Maison, le « jugement » que peuvent porter les princes de même qualité et le jugement populaire…

Malheureusement le « mal » a été fait dès 2008 par le prince, celui-là même qui de par sa naissance, porte les plus hautes espérances des royalistes français et qui s’est adressé à tous les Français dans une livre que nous avons présenté :

Nombreux sont les Français qui ont retenu dans ce livre les réflexions « d’un prince jeune, fidèle à ses ancêtres et résolument moderne » qui s’adressait à eux en rappelant que « C’est en retrouvant sa vocation que la France retrouvera confiance… »

Nous en convenons tous.

Mais la vocation de la France ? Répondrez-vous…

Et nombreux sont nos lecteurs qui s’interrogent sur le bien fondé des « marques » de Prince… : Est-ce bien là, la vocation d’un prince qui nous rappelle sans cesse « Je pense en prince chrétien, j’agis en prince français ».

Les « principes » auxquels est attaché Son Altesse Royale le prince Jean de France sont longuement développés dans son livre. Ils ont été bien accueillis. Mais nombreux sont aussi les Français qui attendent des engagements forts et visibles. Les Français ne sont pas en manque de déclarations d’intention…

Dans nos temps difficiles, une « marque » par ci, une marque par là, ne peuvent que brouiller les messages… ce d’autant que bien des confusions s’installent : « résolument moderne » ? Dans ce domaine aussi, les Français ne manquent pas d’appels à la modernité…

Et pour ne pas nous dérober penchons-nous sur les « produits » labellisés « Prince Jean ».

Aucun doute n’est possible quant à la passion de la France de notre prince. Cette passion est partagée par bien des Français et des amis de la France. Le prince Jean voulait-il traduire concrètement cette passion ? Bravo et encore bravo !

 « Cette question, nombreux êtes-vous à la partager ! Elle m’habite aussi, très spécialement, depuis toujours.

Oui, la France, nous la voulons plus grande, ouverte et belle. Envers et contre tout, nous la voyons aussi poursuivre toujours l’excellence et diffuser partout le meilleur d’elle-même et de sa production.

Le but est simple : c’est la prospérité des siens et l’agrément d’un plus grand nombre.

A ma mesure, je voudrais contribuer à ce mouvement, qui est ancien, mais prend chaque jour un tour nouveau.

La marque Prince Jean, que je crée aujourd’hui, voudrait traduire diverses formes d’ « excellence française ».

Puisse-t-elle aussi aider à en susciter et à favoriser l’expansion. » http://www.princejean.fr/

De l’excellence française ! Voilà qui nous va droit au cœur. Depuis plus de six ans nous tentons de faire connaître cette excellence française dans tous les domaines possibles et ne sommes pas avares de « Lys d’or » : « Un lys d’or pour Monsieur Jacques Marie ! C’est un monsieur, peu ou pas connu.

Principal actionnaire de la société Tricotage des Vosges, il en est le PDG. Des Vosges, vous connaissez les bonbons. Il vous faudra connaître les chaussettes… Le marché de la chaussette a baissé de 14% en deux ans. 46% des ventes se font dans le circuit dit alimentaire. Comprenez que le gros de ces ventes se fait dans les super/hypermarchés ?

Tricotage des Vosges résiste, et fabrique 8,5 millions de chaussettes par an, dans son usine de Vagney, petite ville des Vosges de 3000 habitants, où elle emploie 260 habitants.

Contrairement à ses concurrents français ou étrangers, Monsieur Jacques Marie ne délocalise pas dans des pays à faible coût de production.

Que nous dit Monsieur Marie ? : « Bien qu’étant au moins 15% plus cher que nos concurrents, nos clients apprécient nos créations, notre disponibilité, le fait que nous puissions les livrer très rapidement, ce qui n’est pas le cas des fabricants "délocalisés", et, bien sûr, la qualité de nos produits qui ont notamment la réputation d’être bien finis et de faire appel à des matières naturelles » ; Tout est dit !

Monsieur Marie est ancien PDG des chaussettes DIM, et fabrique désormais les DIM, sous licence, dans son usine de Vagney… » http://www.lesmanantsduroi.com/articles2/article726.php

Rubrique Lys d’or

http://www.lesmanantsduroi.com/70_Humeurs/72_Lysdor.php

Nous étions donc pressés de découvrir cette excellence française…

Et que découvrons-nous ? Aurions-nous trop distraitement visité le site « Prince Jean » ? Les fabricants, les artisans seraient-ils trop modestes et donc auraient-ils refusé d’être cités voire félicités ?

Ouvrons la « famille » des textiles : http://www.princejean.fr/catalogue_Textile,Polo,Textile,44,4,0.htm


Vous avez dit Polo ?

Quelles « références » ! Polo Calvin, Polo Rock River, Polo Linwood…

S’agit-il là, bien sûr, de références subliminales pour la défense de la francophonie chère à notre prince ?

Vite, rendons-nous à la cristallerie pour nous regonfler le moral. Nos attentes sont comblées bien que nous ne soyons pas « Romantique » : « Une collection de verres et carafes en cristallin, réalisée par la maison La Rochère 1475, plus ancienne Verrerie d’Art encore en activité (située en Haute-Saône), ayant comme particularité de ne pas comporter de plomb, respectant ainsi les conventions internationales sur l’environnement. Gamme de produits soufflée à la bouche d’une rare finesse en total adéquation avec notre positionnement. »

http://www.princejean.fr/catalogue_Cristallerie,Verre,Cristallerie,42,3,0.html

De l’excellence française ? Elle mérite toujours de s’enseigner ! Un lien avec les Maître verriers de La Rochère eut été geste princier. « Vaisselle » ?

Nous sommes au « cœur » de la porcelaine ! « Avec raffinement et sobriété, découvrez la gamme porcelaine Prince Jean développée par la maison Porcelaine des Palloux manufacture La Reine qui met en œuvre toute son expertise au service d’une qualité irréprochable. »

http://www.princejean.fr/catalogue_Porcelaine,Vaisselle,Porcelaine,41,2,0.html


« Porcelaine des Palloux manufacture La Reine » ? Saint-Yriex, La Seynie…

Souvenons-nous…

« Suite à la découverte du kaolin en 1764, la première manufacture de porcelaine dure est édifiée en 1774 par le Comte de La Seynie, sur ses terres, à Saint Yrieix-La-Perche en Haute-Vienne. La marque de fabrique est représentée en lettre cursive par LS et un point, ou LS entrelacée (1).

Le Comte de la Seynie (Jean-Baptiste Du Garreau De La Seynie), avec ses deux cousins Du Garreau De Grésignac et De Beaupoil de Saint Aulaire, la dirigent jusqu’en 1789. Ils s’adjoignent les services de Fournerat, ancien pharmacien de la manufacture du Comte D’Artois à Limoges, qui deviendra par la suite la renommée Manufacture Royale.

Histoire mouvementée que celle de cette manufacture… qui aboutit en 1993 : « En 1993, Paul Marquet et son fils, Jean-Paul, deviennent propriétaires. En 1993 la manufacture prend le nom de : « Manufacture La Reine ». » http://manufrancois.free.fr/index_fichiers/Page399.htm

Un lien avec cette belle histoire n’aurait pas pris bien de place… Et à « Palloux » il y a un beau musée, peut-être devrions-nous dire : il y avait un beau musée…

Le quotidien La Montagne, ne s’inquiétait-il pas ?

Le musée de porcelaine de Paul Marquet, sur le site des Palloux à Saint-Yrieix ("Manufacture de la Reine"), est à vendre.

Nous l’avons déjà écrit, il s’agit d’une très belle collection privée amassée durant des dizaines d’années.

Faute d’acheteur (Paul Marquet estime qu’elle vaut 920.000 euros), la collection commence malheureusement à se disperser.

Son propriétaire a déjà vendu des pièces à des particuliers.

Un temps intéressée, la mairie de Saint-Yrieix a fait machine arrière compte tenu du contexte économique.

« Pour autant, explique Daniel Boisserie, le maire, nous ne désespérons pas pouvoir accueillir une partie de la collection dans notre futur espace muséographique ». http://www.lamontagne.fr

Nos temps sont difficiles tout autant que la « modernité »…

Le prince Jean ne peut pas, seul, défendre et soutenir toute l’excellence française ! C’est aussi à nous, à chaque français, de le faire connaître et de le défendre…

Pouvions-nous nous consoler un peu avec la rubrique « Tableaux » ?

« Tableaux » ? De « Chasse », « Panneaux et nature morte » ou préférez-vous « Paysage et Architecture » à moins que vous préfèreriez vous tourner vers « Portraits » ou « Scènes de Genre » ?

« Passionné de peinture ancienne et fin connaisseur des collections des rois de France, le Prince Jean, en partenariat avec des artistes peintres talentueux (peinture à l’huile), propose de faire réaliser d’excellentes copies des tableaux qui ont décorés les châteaux royaux ; à partir du catalogue non exhaustif figurant sur ce site, ou selon vos souhaits personnels.

http://www.princejean.fr/catalogue_Tableaux,Chasse,Tableaux,40,1,0.html

Ah ! Chasseur, nous n’avons pas résisté… Des copies… Nous ne doutons pas de leurs qualités. Mais le prince Jean est chasseur et nous gageons qu’il n’ignore pas le talent des artistes français contemporains qui excellent dans cet art ! De même pour les « Nature morte » ou les « Paysage », de France pour sûr !


« Huile sur toile De Jean-Baptiste Oudry » pour l’original… Et donc copie, d’après le grand Jean-Baptiste Oudry

Longue est la liste des noms de cette « excellence française » et bien que ne pouvant qu’en oublier et non des moindres, tentons…


Trois grands Gascons Saintongeois - Œuvre de l’artiste Stéphane Alsac
http://www.stephane-alsac.com/tableaux-originaux/gascons-saintongeois/


Ah ! Monseigneur… La bécasse !
Ou…


« Allez les Poitevins » !

Il n’est que de constater la vitalité de l’ « Association des Artistes Animaliers » pour être convaincu de l’ « excellence française » ! http://www.arthemis-asso.com/

A.A.A. ! Que ces trois « A » atteignent la renommée des « Cinq A » de l’Association amicale des amateurs d’andouillette authentique

Oui Monseigneur, longue est la liste de nos artistes français !

Pourquoi ne pas les associer à votre passion de la France en les soutenant par votre seul nom ?

Nos temps sont difficiles…

Nous souhaitons que tous nos princes, « Fils de Saint Louis », soient couronnés de succès dans leurs entreprises, tout particulièrement dans tout ce qui témoigne de la passion de la France. Mais pour y associer tous les Français, pour que tous les Français s’y reconnaissent, nul besoin de déposer des « marques ». Un seul « cri » suffit : « France ! »

Avec la même foi que nos « anciens » qui « criaient » Montjoie ! Saint-Denis !

En humble fidélité.

Site :

Visitez : http://www.gensdefrance.com/gdefrance1/


Son Altesse Royale le Prince Charles-Philippe d’Orléans duc d’Anjou

Site : http://www.ducdanjou.com/index.php
Archives : Toujours faire confiance dans l’avenir…

13 juillet 1842 : Mort d’un grand Prince.

8 décembre 2004 : Renaissance d’une grande Maison.

Sur le chemin de la Révolte, ce 13 juillet 1842, les chevaux s’emballent.

Peu de temps après le Duc d’Orléans se meurt.

Musset en est très affecté et Victor Hugo voit ses rêves s’envoler dans ce galop furieux. La France pleure.

Depuis 1830, le Français était devenu la langue de communication entre l’Orient et l’Occident...


Le verre soufflé bouche

Lire : http://www.larochere.com/art-de-la-table/nos-savoirs-faire/le-verre-souffle-bouche.html

Répondre à cet article