Cher(e)s ami(e)s internautes.

Merci pour votre fidélité ; les écrits quotidiens seront absents tout le mois de septembre. Vous pouvez cependant parcourir tous les dossiers créés depuis plus de 10 ans et qui figurent sur le site.

Dés le mois d’octobre il vous sera proposé un mensuel auquel vous pourrez participer en me faisant parvenir votre perception des affaires politiques, familiales, sportives ou autres.

Rien ne sera censuré, hormis des articles injurieux et calomnieux.

Je suis attaché aux valeurs chrétiennes, aux valeurs dites républicaines et à une monarchie parlementaire.

Vous pouvez nous contacter en cliquant sur ce lien >>

Pour qui la note ?

Dimanche 29 janvier 2012 // Le Monde

L’endettement des pays développés se généralise : Grèce, Espagne, Italie, France, USA, Israël, Japon...

On estime que le montant des dettes publiques des pays européens en difficulté qui ne sera pas remboursé serait de l’ordre d’environ 800 milliards d’euros. Les prêteurs qui en feront les frais sont nos banques et nos compagnies d’assurance qui détiennent nos économies en comptes ou en assurances-vie. Si les banques perdent de l’argent, nous serons aussi concernés, évidemment. La sortie de la Grèce de l’euro ou même de l’Europe ne diminuerait en rien sa dette libellée en euros et ne lui donnerait aucun moyen rapide et efficace pour redresser son économie. Une dévaluation de la drachme n’aurait qu’un petit effet positif sur le tourisme.

Même si les dépôts et le capital des assurances-vie sont sauvegardés, leur rémunération sera amputée afin de renflouer les compagnies. Signalons qu’en cas de faillite des banques, les dépôts sont garantis jusqu’à 100.000 euros et les assurances-vie jusqu’à 70.000 euros. Qui donc va financer la garantie ? L’argent ne sortira pas d’une pochette- surprise ! Ce seront l’épargnant et le contribuable, donc chacun de nous. Au final, l’augmentation des impôts est le seul remède, Bien sûr, il aurait fallu commencer par là, répartir équitablement l’effort et ne pas prêter sans garanties. C’est le contraire qui a été fait !

Le déficit de la France était de l’ordre de 50% des recettes en 2010. Les prévisions pour 2011 l’estiment à 35% (seulement dirait M. Fillon !). C’est inimaginable pour une entreprise ou un particulier ! Mais, pour ne pas affoler les citoyens, on s’exprime en pourcentage du PIB ; 8%, cela fait moins peur ! Se voulant rassurants, de dangereux « experts en politique » s’opposent à l’équilibre et fourbissent leurs arguments. L’un propose de ne pas prendre pour base la dette globale mais le remboursement annuel, tandis que l’autre met en avant la fin de la démocratie si le Parlement veut obligatoirement voter l’équilibre. On suggère aussi de calculer l’équilibre sans les investissements, tout en sachant qu’il faudra bien les financer un jour ! L’argument le plus bête est de rappeler que l’Etat est un riche propriétaire. C’est sûrement vrai !

Mais s’il faut donner notre patrimoine en paiement de nos dettes à l’étranger, quel est donc l’avenir pour la France ? La Chine a racheté le port du Pirée pour assainir la dette grecque. Vendrons-nous Versailles le sommet de notre gloire avec le Roi soleil Louis XIV ; Reste aussi, le Panthéon, l’Arc de Triomphe voire la Tour Eiffel ?

Déjà les émirs du pétrole ont acquis des palaces parisiens ; ils figurent dans le capital de l’industrie du luxe, dans les organisations et les clubs sportifs ; ils lorgnent la télévision. La sidérurgie française appartient déjà à un groupe indien !

Les Grecs ont maquillé la dette. Les banquiers et les gouvernements se sont laissé abuser. Qui sera sanctionné pour ces fautes graves ? Personne évidemment, puisque nous avons été nous-mêmes aveugles face aux déficits colossaux de la France.

Si 68% des Français s’opposent à l’aide à la Grèce, ils n’échapperont pas à l’inéluctable. En effet, pertes des créances, rachat par la Banque Centrale Européenne, soutien direct ou indirect.., c’est toujours la poche du contribuable qui se vide. Après la Grèce, il y aura l’Italie, puis bien d’autres dont, certainement, la France. En conclusion, soyons certains que les bas de laine des Français vont être vigoureusement purgés

Répondre à cet article