Cher(e)s ami(e)s internautes.

Merci pour votre fidélité ; les écrits quotidiens seront absents tout le mois de septembre. Vous pouvez cependant parcourir tous les dossiers créés depuis plus de 10 ans et qui figurent sur le site.

Dés le mois d’octobre il vous sera proposé un mensuel auquel vous pourrez participer en me faisant parvenir votre perception des affaires politiques, familiales, sportives ou autres.

Rien ne sera censuré, hormis des articles injurieux et calomnieux.

Je suis attaché aux valeurs chrétiennes, aux valeurs dites républicaines et à une monarchie parlementaire.

Vous pouvez nous contacter en cliquant sur ce lien >>

LE PAYS RÉEL

Pour Toulouse toujours plus.

Vendredi 19 mars 2010, par Jean de La Faverie // La France

Quatrième commune la plus peuplée de France, Toulouse fait preuve d’un dynamisme économique qui ne s’est jamais démenti au fil du temps.

Toulouse comme bien d’autres territoires français pourrait cumuler les superlatifs : l’ancienne Cité Mondine, en référence à la dynastie des comtes de la Ville (la célèbre lignée des Raymond) connaît une forte croissance démographique, sans doute la plus élevée de France. L’aire urbaine a doublé en trente ans, passant de 500 000 habitants en 1975 à 1,2 million en 2006. Sixième ville la plus visitée de France derrière La Rochelle et Lyon, elle concentre également un bassin économique de première importance pour un produit intérieur brut de plus de 30 milliards d’euros. La Ville rose, dénommée ainsi en raison de la couleur du matériau prépondérant dans l’architecture locale, la brique de terre cuite, a échappé à la révolution industrielle du XIXe siècle, ce qui l’a tenue à l’écart des secteurs traditionnels (chimie, métallurgie...), des grandes décisions politiques et aussi des crises économiques. Sa réputation de ville à la pointe de la technologie s’est renforcée avec l’arrivée de l’aéronautique pendant la Première guerre mondiale, notamment parce qu’elle était suffisamment éloignée des lignes de front.

Cette spécialisation s’est renforcée avec la venue du Centre national des études spatiales (CNES) dans les années 1960. Aujourd’hui la Ville rose est devenue la capitale européenne de l’Aéronautique et de l’Espace, le siège d’Airbus Industries, d’EADS et de nombreuses entreprises du secteur informatique : Atos Origin, Unilog, Steria...

UN PÔLE D’ATTRACTIVITÉ

Qualité de vie, proximité des commerces, climat agréable en font un pôle d’attractivité. Au classement annuel des villes où il fait bon vivre, Toulouse décroche toujours une place sur le podium. Ici aussi, les atouts sont nombreux avec une architecture de tout premier plan. La Cité Mondine est la ville française qui compte le plus d’hôtels particuliers datant de la Renaissance (notamment grâce au commerce du pastel) et le plus de carillons intra-muros. Célèbre pour l’église Saint-Sernin classée au patrimoine mondial en 1998, elle conserve également l’amphithéâtre romain de Purpan-Ancely, l’un des seuls édifices pratiquement intacts de l’époque romaine. Les habitants bénéficient aussi d’une offre culturelle et sportive de qualité.

Toulouse possède 368 installations sportives réparties sur 70 sites et jusqu’à 3 500 000 usagers par an d’inscrits dans les clubs qui siègent souvent aux avant-postes des championnats de France. Est-ce étonnant, si la ville occitane a été jugée la plus sportive de France par le magazine sportif L’Équipe en octobre 2007 ? Jumelée avec de nombreuses villes ( Tel-Aviv, Atlanta, Kiev, Bologne, Elche, en Espagne, Chongqing en Chine et Rosario, en Argentine), Toulouse a également noué des accords de coopération avec d’autres grands centres urbains - N’Djamena, Saragosse, Hanoï, Saint-Louis du Sénégal, Sâo José dos Campos et Düsseldorf.

Sur plan politique, la ville est de sensibilité de gauche en raison d’un électoral traditionnel issu des familles espagnoles antifranquistes. Lionel Jospin et Ségolène Royal étaient arrivés en tête au premier tour des élections présidentielles de 2002 et 2007 avec respectivement 20,23 et 36,15% des voix.

UN NOUVEAU DÉFI

La présidente du Conseil régional Poitou-Charentes avait même battu Nicolas Sarkozy au second tour avec 57,60 % des suffrages (46,94 % au plan national). Lors des municipales de 2008, la gauche est parvenue, après une parenthèse de 37 ans, à reconquérir le Capitole. Le nouveau maire Pierre Cohen (PS) vient de lancer le chantier principal de son mandat : la fabrique urbaine. Autrement dit, comment bâtir le Toulouse de demain en se posant de simples questions. Où construire ? Comment agencer au mieux logements, emplois, commerces, transports et équipements ? Quelles formes architecturales adopter ? Comment réconcilier la ville et la nature ?... Plus qu’un programme, c’est un vrai défi qui est lancé pour cette ville-phare qui a pour devise « Per Tolosa totjorn mai » : « Pour Toulouse, toujours plus »..

Répondre à cet article