Point Presse UMP.

Samedi 11 octobre 2008 // La France

L’UMP lance les Ateliers du changement

Conférence de presse du 29 septembre 2008 En présence de Patrick Devedjian, Secrétaire Général. Et des Porte-parole Frédéric Lefebvre, Chantal Brunel, Dominique Paillé. Les réponses à la crise internationale, le show de Ségolène Royal au Zénith et le lancement des Ateliers du changement étaient au programme de la conférence de presse de l’UMP cette semaine.

Les ateliers du changement.

Force de propositions, l’UMP a lancé sa nouvelle formule d’ateliers thématiques baptisés « Ateliers du changement ». Ils se dérouleront à raison d’une séance de travail hebdomadaire pendant trois semaines et se termineront par une réunion de restitution des travaux. Véritables séances de travail ouvertes à plusieurs types d’experts, les ateliers du changement débuteront le 15 octobre sur le thème suivant : « Refonder le capitalisme sur l’éthique de l’effort et du travail ».

Frédéric Lefebvre a annoncé que l’UMP avait déjà commencé un cycle de consultations avec les autres partis européens qui seront présents lors de ces ateliers avec des experts reconnus ainsi que des praticiens. Il a également souligné qu’il accompagnera Christine Lagarde, Ministre de l’Economie, aux Etats-Unis le 10 octobre, afin de rencontrer les autorités américaines qui gèrent la crise financière actuelle et notamment le Président du FMI.

Le premier atelier a pour thème : « comment inventer les nouvelles règles du jeu, en matière de régulation internationale et d’encadrement des rémunérations du capitalisme financier ».
La seconde réunion de travail aura lieu le 22 octobre et sera consacrée à la question de l’attractivité et de la compétitivité de l’économie française. Patrick Devedjian se rendra auparavant en Chine avec la volonté de renforcer l’attractivité de la France dans les pays à forte croissance. Le 29 octobre, lors de la troisième semaine de travail, « l’action économique de l’Etat « sera en question.

L’UMP a décidé, grâce à Internet, d’ouvrir largement la consultation à tous les Français qui ont une expertise à créer eux-mêmes au sein de leur entreprise des ateliers pour faire des propositions, l’atelier du 5 novembre sera dédié à recueillir toutes les propositions venant de l’extérieur du parti. La synthèse de ces 4 ateliers sera restituée le 12 novembre. Il s’agira et « de propositions concrètes de réponse à la crise du capitalisme financier », a ajouté Patrick Devedjian.

Intensifier la lutte contre la fraude.

Chantal Brunel a tenu à s’exprimer sur le déficit annoncé de 9 milliards d’euros des comptes sociaux (vieillesse, maladie, famille et accidents du travail) et a demandé à ce que la lutte contre la fraude soit intensifiée. L’UMP souhaite que les fichiers sociaux et fiscaux soient interconnectés afin de croiser les données et éviter les fraudes, notamment celles liées à la Couverture Médicale Universelle (CMU) et à la Carte vitale. Chantal Brunel rappelle également que « la lutte contre les fraudes est dans l’intérêt de tous les Français » qui n’ont pas à payer pour les falsifications de certains Français.

Le « show » de Ségolène Royal.

Dominique Paillé a tenu à saluer « la grand messe de la fraternitude » donnée par Ségolène Royal au Zénith samedi dernier. Il a souligné qu’il s’agissait « d’une jolie mise en scène mais toujours pas de scénario en vue », « Ségolène Royal était au rendez-vous du maquillage mais pas des propositions ».

Frédéric Lefebvre a, quant à lui, rendu hommage à Dominique Besnehard, agent d’artistes et soutien de Ségolène Royal, pour « avoir su organiser la reconversion de Ségolène Royal qui a décidé d’arrêter de faire de la politique ». Il a ajouté qu’en des moments de crise internationale où chacun devrait appeler à l’unité nationale, comme l’ont compris Michel Rocard ou Pierre Moscovici qui se sont fait rappeler à l’ordre au sein de leur parti, Ségolène Royal n’a qu’une idée en tête : la course au poste de premier Secrétaire du PS.

Crise financière américaine : la France en limite les effets.

S’agissant de la crise financière américaine, Patrick Devedjian a rappelé que les mesures prises par le Gouvernement depuis 2007 ont permis d’atténuer les effets de la crise en France. Les socialistes, qui ont voulu remettre le débat sur le temps de travail au cœur de l’actualité avec l’annonce des mauvais chiffres du chômage, ont été mal inspirés, selon Patrick Devedjian, pour qui l’ensemble des mesures des Nicolas Sarkozy sont destinées à « encourager le travail et à créer de la croissance » ; car le travail crée le travail.

Frédéric Lefebvre s’est félicité de « l’opération-vérité menée par le Gouvernement actuel », et a rappelé que lors de précédentes crises, les Gouvernements antérieurs, notamment de gauche, n’avaient pas jugé bon d’informer les Français de l’état de la situation.

Il a également rappelé que le Gouvernement de François Fillon n’avait jamais déclaré que la crise ne passerait pas les frontières de la France, mais plutôt spécifié que le système bancaire français était plus solide que le système américain. Le Président de la République réunira prochainement l’ensemble des acteurs financiers pour travailler avec eux à une réponse gouvernementale. Frédéric Lefebvre a également rappelé que les banques françaises fonctionnent avec un important dépôt et que la France est organisée avec des fonds spécifiques qui répondent à ce genre de problèmes. Enfin, il a souligné que la BNP était la banque ayant le meilleur ratio mondial, autrement dit, la mieux cotée au monde.

Polémique sur les avantages liés à la fonction de Président du Sénat.

Concernant l’attribution à vie d’un appartement à Christian Poncelet, Président du Sénat jusqu’au 1er octobre, l’UMP, à l’image de Xavier Bertrand qui s’était exprimé ce week-end, se dit « étonnée et souhaiterait que les avantages en nature soient révisés à la baisse », a déclaré Chantal Brunel. L’UMP fait confiance au Sénat et à son prochain Président pour remédier à cette situation.

Répondre à cet article