Pas de crise dans le « Culot »…

Mercredi 18 mars 2009 // L’Europe

Pas de crise dans le « Culot »…

Vous rassurer : les grands de ce monde ne manque pas de culot ! Ils l’ont manifesté sans retenue lors de leur dernière « sauterie » qui s’est tenue à Davos.

Notre frère d’armes Bernard Lhôte nous le confirme. Il a tendu l’oreille au travers des cris d’orfraies du Bal des Voleurs…

Portemont, le 23 février 2009

Le Bal des Voleurs

De grands comiques les Grands de ce Monde ! réunis à Davos, station helvétique huppée, transformée pour eux en forteresse défendue par des brigades de policiers, ces « hyper-protégés » entourés de leurs gardes du corps osent déclarer que le pire danger, c’est le protectionnisme !

Franchement on ignorait qu’il fut cause de la catastrophe économique en cours… Banni qu’il est depuis des lurettes, on pensait que c’est son contraire, le libéralisme, qui a provoqué la cata-du-siècle à peine commencé, la cata et le siècle.

Ils ont un de ces culots, tous ces responsables politiques et financiers de la crise ! Il en faut pour stigmatiser le protectionnisme, alors qu’ils profitent de l’accueil de la Suisse…

Le pays développé le plus sécurisé, le plus protectionniste des pays développés, et très prospère malgré cela, ou… à cause.

Un pays aux frontières et aux coffres bien gardés.

Tant et si bien que les dits Grands aiment y placer sous protection bancaire leurs petites fortunes.

N’est-ce pas un tantinet suspect que les plus ardents contempteurs du protectionnisme économique soient les individus les plus protégés de la planète, eux et leurs économies ?

Qui ont le plus intérêt à ce que les portes et les fenêtres des maisons restent toujours ouvertes ? Les voleurs… Et qui exigent impérieusement la suppression des frontières ? Les capitalistes libres-échangistes.

Chiche, messieurs-dames… de la politique et de la finance !

Ouvrez les grilles de vos résidences « bunkérisées », supprimez blindages et serrures.

Au nom de la transparence, qui vous est si chère en parole, livrez les combinaisons de vos coffres-forts et les numéros de vos comptes à Bâle, à Zurich, et alors nous vous accorderons un début de crédit…


Bernard Lhôte

Quelques « sentences »…
Davos 2009

Faire qu’un… avec le Veau d’or

Gordon Brown, Premier ministre britannique…

« Ceci, si nous ne faisons rien, va conduire à une nouvelle forme de protectionnisme, à un recul de la mondialisation et à une baisse des échanges commerciaux et des activités entre pays, auxquels succédera rapidement le retour au vieux protectionnisme commercial du passé…Ce n’est pas le moment de prendre seulement des mesures individuelles, nationales pour faire face à la crise financière mondiale. Le moment est venu (...) pour le monde entier de se rassembler pour ne faire qu’un »

De M. Celso Amorim, ministre des Affaires Etrangères brésilien

Le spectre des années 30

« Nous observons de plus en plus de mesures protectionnistes dans les pays développés qui apparaissent avec une sorte de nationalisme économique utilisée comme doctrine…Cela pourrait nous ramener une nouvelle fois aux années 30 ».

Dans le journal économique l’Agefi

La boite de pandore…

 « Les gouvernements, derniers recours devant la quasi-faillite du système, s’attellent maintenant à la tâche bien plus complexe de recapitalisation et d’épuration des banques, ouvrant de ce fait la boîte de pandore du mécontentement social et du protectionnisme »,

Christine Lagarde

Désastreux pour nos économies…

« Nous sommes en discussions avec la Commission. Moi je pense que dans le domaine de l’automobile, il faut qu’on ait une approche plus européenne. (...) En particulier, on ne doit pas s’orienter vers un protectionnisme qui serait désastreux pour toutes nos économies ».

Bernard Kouchner au Forum économique de Davos en 2008…

Répondre à cet article