Cher(e)s ami(e)s internautes.

Merci pour votre fidélité ; les écrits quotidiens seront absents tout le mois de septembre. Vous pouvez cependant parcourir tous les dossiers créés depuis plus de 10 ans et qui figurent sur le site.

Dés le mois d’octobre il vous sera proposé un mensuel auquel vous pourrez participer en me faisant parvenir votre perception des affaires politiques, familiales, sportives ou autres.

Rien ne sera censuré, hormis des articles injurieux et calomnieux.

Je suis attaché aux valeurs chrétiennes, aux valeurs dites républicaines et à une monarchie parlementaire.

Vous pouvez nous contacter en cliquant sur ce lien >>

Parlez-nous d’amour...

Dimanche 15 août 2010, par Abbé Guillaume de Tanoüarn // La Religion

A qui faire une telle demande ?

Un « bateleur » des plages ?

Allons donc !
Vous n’y pensez guère...

Alors que l’abbé Guillaume de Tanoüarn, avant que de « céder » au « tropisme breton » se prête au « jeu ».

Quelques rappels essentiels...

En marche vers l’unidualité !

De l’importance de la personne (persona !) et découvrir le puits de richesses de la quadriformité, sous la lumière de la Trinité...

Grand texte...

Puisqu’on parle d’amour...

Je m’empresse, avant de repartir pour Rennes (le tropisme breton...) de mettre sur ce blog un texte que j’ai donné voici quelques mois à un "magazine internet catho", Un autre regard.

Cela donne : Un autre regard sur... l’amour, et quelques réponses ou éléments de réponse sur « Eros » et « Agapé »... avant que je ne traite comme le veut l’âne onyme de l’amour et du Péché originel, mais aussi, peut-être, de la démocratie comme société commerciale (thème de mon émission ce matin sur Courtoisie avec Maxence Hecquard, retransmise samedi prochain à 18 H).


« Agapé » Bronze de José Ishmaël Fernandez

Un autre regard sur… l’amour

Les chrétiens se demandent trop souvent ce qu’ils ont à dire aux hommes, comme si le message sur lequel ils faisaient reposer leur foi était un message artificiellement posé devant leur regard et loin des préoccupations quotidiennes.

Les habitants du monde occidental, en ce début du XXIème siècle, perdent tout contact avec la religion chrétienne, parce que leur horizon est saturé par la consommation, avec ses subterfuges, ses pseudo-nouveautés chaque année et ses sollicitations à plein temps.

En réalité, Dieu n’est pas loin des hommes. L’Evangile informe notre vie la plus quotidienne. Il s’y trouve caché avant même que nous ayons lu l’un ou l’autre des évangélistes. Mais l’occasion nous manque de le vérifier, parce que nous n’acceptons plus l’exigence qui nous donne seule accès au monde surhumain dans lequel nous sommes appelés à être des fils et des filles de Dieu.

L’occasion ? Il semble que l’amour entre un homme et une femme, avec son mélange de choix déterminé, de hasard déterminant, d’attentions et d’abandons soit l’un de ces lieux dans lesquels, si nous savons ne jamais céder à l’insouciance du propriétaire auquel, par hypothèse, tout serait dû, la présence de Dieu se manifeste de manière privilégiée, nous faisant comprendre qu’il n’est jamais loin. 

Céline disait non sans mépris : « L’amour, c’est l’infini à la portée des caniches ». Un infini de substitution, immense réservoir de sensations et d’émotions. Un infini d’occasion. Si l’amour n’est qu’une occasion de profiter de la vie, en expérimentant sa profondeur circonstancielle… alors effectivement, il n’est rien, qu’un des innombrables accroche-cœur que nous fournit notre mode de vie consumériste. Une babiole de plus. L’amour serait ce que Jacques Lacan appelle un « objet a », simple « machin », où se serait cristallisé l’infini en devenir, que manifeste la fixation (oh toute provisoire !) de notre désir sur tel ou tel « objet ». L’amour s’identifierait au désir, comme nous le rabâche la culture-magazine.

On sait bien que l’amour naît souvent avec le désir. Mais faut-il accepter que l’amour meure avec le désir ? Faut-il admettre qu’il épouse sans cesse les va et vient pulsionnels qui nous traversent ? Absurde. Mais si l’amour n’est pas le désir, comment peut-on le définir ? Quand doit-on le diagnostiquer ?

Dans « Le Banquet », Platon met en scène un auteur comique de son temps, Aristophane, et il lui fait tenir un discours enfiévré sur l’androgyne et sur la rupture initiale entre le masculin et le féminin, rupture qui cherche à se recomposer dans l’amour (éros). Ce mythe m’a toujours paru proche de la sentence biblique, reprise par le Christ dans l’Evangile : « l’homme et la femme feront une seule chair ». L’amour, c’est cette mystérieuse tension vers l’Unité, non pas l’uniformité mais l’unidualité. Plus fort que le désir ? « Fort comme la mort » disait le « Cantique des Cantiques ».

Plus fort encore que la mort nous enseigne le Christ ressuscité des morts, il y a cette volonté d’aimer (pléonasme) qui tend à l’accomplissement de soi dans l’unidualité.

Encore faut-il admettre le caractère foncièrement analogique de cette unité de deux, de cette unidualité. Rien n’est standardisé, préfabriqué, constitué d’avance. Il y a des couples modèles mais il n’y a pas de modèle du couple. Ma vieille expérience de prêtre me l’a appris. Et, de manière encore plus radicale, disons qu’il n’y a pas de modèle de « la virilité » ou de « la féminité ». Pas d’archétype sexué. Raison pour laquelle on n’a pas le droit de parler sans abus de langage d’une nature masculine et d’une nature féminine. 

Le masculin et le féminin, bien que fondés dans leur différences sur un donné biologique, ne sont pas opposés en nature. Ce sont les personnes qui sont masculines et féminines, pas les natures, l’homme et la femme, en effet, partagent bien sûr la même et unique nature humaine.

L’homme et la femme sont deux dans l’unique nature humaine, telle est, dans l’unidualité que j’évoquais à l’instant, ce que l’on peut nommer le poids de l’un. 
Est-ce à dire que leur dualité est accidentelle (au motif qu’elle ne serait pas « de nature ») ? Non, la dualité de l’homme et de la femme est fondamentale et fondatrice, leurs différences personnelles, leurs différences de vocation personnelle en tant qu’homme et en tant que femme sont bonnes et doivent être cultivées. Mais en tant que ce sont des différences personnelles, elles se manifestent d’une personne à une personne et chaque couple est ainsi « un mystère » comme dit saint Paul, le mystère d’un face-à-face qui, de deux est appelé à devenir « une seule chair », au sens biblique du terme : non seulement un seul corps dans l’union charnelle (quel bel idéal déjà !) mais, d’abord, un seul être humain en deux personnes.

Est-ce une image abstraite que je vous propose ? Je ne le crois pas. Si on aime l’autre, non pas malgré ses défauts mais avec ses défauts, voire à cause de ses défauts, c’est parce qu’obscurément ou lucidement on est parti, à deux, pour réaliser « l’une seule chair », l’unidualité, « l’une seule nature en deux personnes » que forme le couple. On aime les défauts de l’autre parce que l’on est sûr de les compenser par ses qualités propres. Ainsi un vrai couple fait feu de tout bois : le positif et le négatif. On aime l’autre et on l’admire pour ses qualités. On aime l’autre et on l’aide dans ses défauts, qui ne sont pas les défauts de « la féminité » comme pensent les machistes, ou de la « masculinité » comme pensent les féministes. Le couple ne se forment pas de deux natures différentes mais de deux personnes, ayant par leur sexe, à la fois une vocation différente et un besoin essentiel de l’autre.

Au delà du désir, mais aussi par le désir, l’amour introduit chacun au mystère de sa sexuation à tout ce qui se trouve caché dans cette limitation, et à la puissance nouvelle que représente l’unidualité du couple.

Nous avons souligné que la différence sexuelle est une différence personnelle et pas une différence naturante. C’est la raison pour laquelle, dans le couple, la notion de rôle (persona en latin) est importante. Il faut que chacun trouve son rôle, non par rapport à je ne sais quelle essence inexistante de la masculinité et de la féminité, mais par rapport à l’autre.

C’est Milan Kundera qui insiste dans ses romans sur cette idée du couple comme jeu de rôle et sur la facilité avec laquelle ce jeu de rôle peut devenir un jeu de dupe. Prenez garde aux rôles établis une fois pour toutes et, si d’emblée vous avez pris le beau rôle (histoire qu’on vous admire), faites attention que l’autre ne se morfonde pas dix ou vingt ans dans un rôle qui n’est pas à sa mesure, mais qui correspondrait simplement à… la place que vous lui laissez. Certains réveils sont difficiles !

Aimer c’est désirer ; aimer c’est choisir ; aimer c’est vouloir ; mais aimer c’est aussi être capable de comprendre la vie… à deux, de vous comprendre deux, de pressentir cette unidualité singulière que vous formez… en respectant toujours le jeu de l’autre, car le jeu… c’est la personne (persona) !

Si vous parvenez, je ne dis pas à vivre chaque jour, mais au moins à entrevoir cet idéal quadriforme du désir, du choix, du vouloir et de la connaissance, à l’entrevoir et à l’aimer, c’est-à-dire, quadriformité oblige, à le désirer, à le choisir à le vouloir, à le connaître, il me semble qu’alors vous comprenez d’instinct la charité, « cet amour qui naît de l’oubli de soi » disait Catherine de Sienne, cet amour qui s’épanouit dans l’unidualité.

Et si vous comprenez d’instinct la charité, vous touchez Dieu, ou, comme dit saint Augustin de manière encore plus folle, vous voyez la Trinité.

Abbé G. de Tanoüarn, mercredi 21 juillet 2010 - Lire : http://ab2t.blogspot.com

Répondre à cet article