Où en est la France donneuse de leçons ?

Mardi 4 janvier 2011 // La France

La Démocratie, exige que la France ait une armée moderne, avec des armes de destruction massive, ces armes nous garantiraient la paix ; Faut-il encore vouloir cette paix ? Des soldats sont envoyés sur le continent Africains, ils protègent des ingénieurs qui, comme au Niger « pillent » les richesses du sous-sol de ce Pays. Ces richesses nous procurent de l’uranium indispensable pour faire fonctionner nos centrales nucléaires ; Mais le pillage ne profite pas au peuple Nigérien, ce peuple vit dans la misère, la mort est là, permanente ; Malnutrition, lèpre et d’autres fléaux frappent tout autant les Touaregs que le reste des citoyens à qui la France a donné l’indépendance sans se préoccuper de leur avenir ; C’est cela, la République donneuse de leçons ? Puisqu’il faut regarder notre histoire les yeux dans les yeux, il serait plus que temps, que nous faisions amende honorable à l’histoire de France avec un grand H.

Notre Pays n’a de cesse de dénombrer des millions de chômeurs, et pourtant, ils existent des solutions ; Nos responsables politiques, nos richissimes patrons ou nos responsables d’entreprises multi nationales, n’ont qu’un but « La Rentabilité ».Ce raisonnement datant du 19° siècle n’a eu de cesse d’entrer dans nos meurs économiques. Que faut-il faire ?

Nos douanes doivent taxer les différentes fournitures ou articles en provenance des Pays à bas coût, des Nations où les salaires sont indignes et portent atteinte à la dignité de l’être humain. Oui, nous devions aider certaines nations asiatiques à sortir d’un retard en matière de technologies, de connaissances, mais aujourd’hui nous sommes dépassés, les élèves sont devenus nos maîtres, mettons un terme à certaines délocalisations ; Le Continent Africain a un besoin urgent de notre aide ; Ce continent bénéficie de richesses immenses qui profitent aux Dictateurs et à une nomenclature qui vit dans une opulence scandaleuse et cela au détriment des peuples qui souffrent de maux terrifiants.

Le continent Africain est tout autant victimes des puissances de l’argent, des puissances économiques et militaires qui pillent un sous sol riche, extrêmement riche de produits, de matériaux indispensables à leur économie. Ce pillage se fait avec l’accord des classes dirigeantes ; C’est un scandale.

La France ne doit pas se complaire dans un obscurantisme aveugle, mais nous devons penser à nos salariés, à notre savoir ; l’ouverture de nos frontières aux produits « made in china » ou « made in India » cela ne doit pas être systématique, la France a le devoir de préserver le travail de ses citoyens ; Pensons à nos salariés victimes des délocalisations de nos usines, il y va de l’honneur de notre démocratie et du respect des droits de l’homme. Non, au nationalisme, oui, au patriotisme.

La modernisation de l’outil de travail ne doit plus pénaliser l’emploi, mais au contraire, elle doit profiter à l’homme dans le cadre d’une productivité en harmonie avec les impératifs nouveaux de la société.

Face à l’exclusion et au chômage, il convient de recenser les gisements d’emplois, et de ne négliger aucune piste y compris la remise en question de l’automatisation et de l’informatisation de certaines prestations de services qui ne répondent pas aux exigences de la communication d’humanisme, ni de sécurité attendue par les usagers.

C’est une réalité dans les services publics, mais c’est également une réalité dans bien d’autres activités du secteur privé.

Ainsi, la généralisation des stations automatiques de distribution de carburant est-elle réductrice d’emploi et va-t-elle à l’encontre de l’intérêt des consommateurs dans les zones rurales déjà très touchées par de nombreux handicaps ; un prélèvement de quelques centimes sur les taxes permettrait la création immédiate de dizaines de milliers d’emplois. D’autres gisements sont à explorer, que ce soit dans le domaine de la santé, des services à domicile, de l’environnement, de la sécurité (en augmentant le nombre de pompiers professionnels de façon très significative), de l’entretien et de la surveillance des immeubles et des résidences, en redonnant aussi ses titres de noblesse aux concierges en les rétablissant dans leurs fonctions irremplaçables. Il faut revaloriser le travail manuel par une orientation accrue vers les formations d’apprentissage, et par une révision des salaires ouvriers. Maintenir des prestations humaines dans les services qui suppriment l’homme pour le remplacer par une machine. Nous ne voulons pas d’une société fondée sur un ultra libéralisme qui privilégie une compétitivité inhumaine, destructrices des valeurs démocratiques et républicaines.

Les valeurs dites républicaines, non rien à voir avec un État républicain ; Les philosophes Grecs l’avaient compris 400 ans avant l’ère chrétienne.

Nous sommes affligés de constater que peu à peu, des robots remplacent l’humain, c’est porter atteinte à la dignité de l’homme que de constater l’impitoyable « despotisme » qui est généré par ces machines qui « parlent » ; Vous demandez un renseignement à un organisme ou à toutes autres administrations par les services du téléphone ; Disparu l’amabilité des assistants qui vous donnaient le renseignement demandé, vous écoutez une « horloge parlante » que vous obtenez avec retard, mais vous n’êtes pas au bout de vos peines. L’horloge ou le robot vous demande de lui fournir une montagne de documents, puis vous commande d’appuyer sur une touche de votre téléphone, cela, ne suffit pas, vous devez recommencer X fois ; Vous remarquez que les minutes s’écoulent, et que votre portefeuille se vide ; Enfin, vous êtes en droit d’obtenir votre renseignement, c’est possible, sinon, vous devez renouveler l’appel, car entre temps la machine vous aura raccroché ou tout simplement, elle sera incapable de répondre à votre demande.

C’est inadmissible, ne laissons pas la robotisation nous envahir, réclamons des services, cette demande exige que les pouvoirs publics interdisent se type de « modernisation », non seulement le client ne peut accepter ce despotisme de l’argent, mais la robotisation est une machine à fabriquer des chômeurs. Un exemple est frappant puisqu’il est perçu, en autre, par nos conjointes qui vont faire leurs courses chez les hyper marchés, si demain l’on supprime les caissières, non seulement nous créons des chômeuses par milliers, et le client y perd en convivialité. La Social démocratie doit créer une société de bien être, et non une société d’hyper consommation.
La Social démocratie sociale, repose, sur les droits de l’homme, tels que les énonce la Déclaration de 1789 ; Ces droits sont des facultés inhérentes de l’individu et dont il appartient à lui seul d’exploiter les possibilités. Leur contenu est fixé en fonction d’un besoin dont ils sont la consécration juridique.

Une Démocratie exige que l’argent dont dispose l’État, soit équitablement réparti, avec le souci de satisfaire les besoins de la population. La principale réforme, serait de faire de faciliter : « L’égalité des chances ».

Les retraites : Des manifestations de masse ont lieu dans tout le Pays, le peuple souhaite pouvoir partir en retraite avec un minimum de sécurité financière. L’État nous dit que les caisses sont vide « pas pour tout le monde ». IL est une évidence qu’il ne faut pas ignorer : « Grâce à la science, nous vivons plus longtemps » ; il faudra de l’argent pour payer les retraites des générations futures. Nous sommes en 2010, et la majorité des commerçants, des artisans, et des paysans ne perçoit quasi rien ; Une moyenne de 600 € par mois, comment font-ils pour vivre ? De plus, je connais des femmes qui perçoivent 260 € par mois  ; C’est un scandale de plus. Il serait judicieux de calculer le montant d’une retraite en fonction des points obtenus en travaillant environ 40 ans. C’est inadmissible que nos responsables politiques ne tiennent pas suffisamment compte de cas particulier ; chaque travailleur a un vécu différent.

Nos caisses de retraite doivent tenir compte du degré de pénibilité du travail accompli...Il me semble nécessaire qu’une étude soit faite sur la pénibilité du travail ; Certes, ce sera difficile, mais si l’on veut fixer le montant des retraites avec justice il me semble obligatoire de soumettre à référendum les conclusions du rapport soumis aux votes des citoyens. Je tiens cependant à ajouter une réflexion tout à fait personnelle ; Grâce aux progrès de la science des millions de Françaises vivent plus longtemps, c’est, une chance unique qui doit permettre aux seniors de profiter de cette avancée médicale. Nos Papy et nos Mamy pourront ainsi profiter des loisirs et d’une joie de vivre entourés de leurs petits-enfants. Vouloir allonger la durée du travail au de là de 62 ans est inadmissible et contraire aux valeurs des droits des hommes à bénéficier d’un repos légal et justifier. L’égalité est pour moi une des raisons qui me fait combattre toutes idées contraires.

Des études longues et coûteuses devront être prises en compte ; comment pourrions-nous soustraire les études de notre future élite, il faut considérer les études comme un travail à temps complet. Nos épouses, et les femmes en général se verront attribuées des points lors de leur grossesse et des jours passés à garder les enfants. Des inspecteurs de la médecine du travail devront donner leur avis sur des arrêts de travail dus à la maladie ou à des accidents qui empêchent le salarié de travailler. Ce sera aux caisses de retraite de délivrer le certificat où seront inscrits les points gagnés tout au long d’une vie. L’âge de 62 ans, serait celui où tous les Français, pourraient, s’ils le souhaitent, bénéficier du droit de partir à la retraite en bénéficiant de la totalité des revenues, auxquelles ils ont droit. Il est honteux, voire indigne de spéculer sur la durée de vie des salariés pour qu’ils puissent partir en retraite. Si nous vivons davantage, c’est, grâce aux progrès de la médecine. Fixer l’âge de départ à la retraite en fonction de l’âge relève de l’ignominie. Remercions nos chercheurs de nous permettre d’accéder au nirvana du bonheur, plutôt que ne l’ont pu nos ancêtres.

Je tiens absolument à ce que tout arrêt de travail pour cause de maternité soit prix en compte dans le décompte des années de travail ; Il doit en être de même pour nos étudiants. Je me dois d’insister sur la longueur des études de nos potaches, ils sont l’avenir d’une France riche en cerveaux, riche en connaissance, ne pas tenir compte de cet avenir serait plus qu’une erreur, ce serait une FAUTE.

Je pose une question : » Peut-on comprendre une jeunesse qui doit avoir recours à l’argent de ses parents pour s’offrir de longues études, la réponse est oui » peut-on accepter que nos universités ne disposent pas de locaux pour loger celles et ceux qui s’engagent dans l’univers du SAVOIR, la réponse n’est non. Tous les étudiants qui se destinent à des disciplines professionnelles qui exigent des études de longue durée, verront la durée de leurs études prises en compte dans la comptabilité des années de travail. Dans un sujet que j’aborderais rapidement j’ouvrirais un débat sur les moyens de financer les retraites ; Rien n’est tabou pourvu que l’égalité des droits soit respectée ; La France est la quatrième puissance économique du monde ; La formule qui consiste à dire : « Il faut prendre l’argent aux riches pour le donner aux pauvres » sont un raccourci stupide et porte atteinte à la dignité de ceux, qui a par leur travail et leurs connaissances ont contribué à améliorer le tissu économique de notre pays. Cela dit, notre Patrie dispose des moyens nécessaires pour qu’une politique économique et fiscale soit mise en vigueur ; Elle doit être juste et efficace ; N’étant pas un économiste je développerais plus tard les solutions qui me sembleront les plus adaptés à notre économie.

Le scandale des retraites des administrateurs européens. 

C’est-à-dire avant la « tonte » de 2010. Vous avez remarqué que nos politiques se battent comme des fous pour rentrer dans l’administration européenne, et pourquoi ?

La retraite à 50 ans avec 9 000 euros par mois pour les fonctionnaires de l’UE a été approuvée ! Cette année, 340 fonctionnaires partent à la retraite anticipée à 50 ans avec une pension de 9 000 Euros par mois. Afin d’aider l’intégration de nouveaux fonctionnaires des nouveaux états-membres de l’UE (Pologne, Malte, pays de l’Est...), les fonctionnaires des anciens pays membres (Belgique, France, Allemagne), Recevra de l’Europe un pont d’or pour partir à la retraite.

Pourquoi et qui paie cela.

Vous et moi travaillons ou avons travaillé pour une pension de misère, alors que ceux qui votent les lois se font des cadeaux dorés. La différence est devenue trop importante entre le peuple et les « dieux de l’Olympe » ! Réagissons, par tous les moyens en commençant par divulguer ce message de tous les Européens.

C’est une vraie mafia ces hauts fonctionnaires de l’union européenne.

Les technocrates européens jouissent de véritables retraites de nababs...

Même les parlementaires qui, pourtant, bénéficient de la « Rolls » des régimes spéciaux, ne reçoivent pas le tiers de ce qu’ils touchent... C’est dire ! Giovanni Buttarelli, qui occupe le poste de contrôleur adjoint de la protection des données, aura acquis après seulement un an et 11 mois de service (en novembre 2010), une retraite de 1 515 € / mois. L’équivalent, de ce que touche, en moyenne, un salarié français du secteur privé après une carrière complète (40 ans). Son collègue, Peter Hustinx, vient de voir son contrat de cinq ans renouvelé. Après dix années, lui aura droit à près de 9 000 € de retraite / mois. C’est simple, plus personne ne leur demande des comptes et ils ont bien décidé d’en profiter. C’est comme si, pour leur retraite, on leur avait fait un chèque en blanc.

Dans la France de 2011, l’égalité et la Fraternité ne sont que des mots pour tromper le bon peuple.

Répondre à cet article