Cher(e)s ami(e)s internautes.

Merci pour votre fidélité ; les écrits quotidiens seront absents tout le mois de septembre. Vous pouvez cependant parcourir tous les dossiers créés depuis plus de 10 ans et qui figurent sur le site.

Dés le mois d’octobre il vous sera proposé un mensuel auquel vous pourrez participer en me faisant parvenir votre perception des affaires politiques, familiales, sportives ou autres.

Rien ne sera censuré, hormis des articles injurieux et calomnieux.

Je suis attaché aux valeurs chrétiennes, aux valeurs dites républicaines et à une monarchie parlementaire.

Vous pouvez nous contacter en cliquant sur ce lien >>

Nous pensons à eux...

Mercredi 20 avril 2011 // L’Histoire

Vous souvenez-vous de tous ces « Infâmes » ?

Ceux de Sare, Itxassou, Ascain et d’autres encore ? Grande est la misère au royaume de France ! Au nom d’Itxassou, certains, gourmets à n’en pas douter me crient : « Ah ! Les bonnes confitures de cerises noires... »

Le rouge ne devrait-il pas leur monter aux joues ? Itxassou, Espelette, Biriatou, Aïnhoa...

Leurs habitants déportés. Tous ces morts au cœur et à l’âme suppliciés par la Révolution française....

A tous nos amis Basques, en ce mois d’avril nous disons « On dagizula » !

Et grâce à notre ami Alexandre de La Cerda nous entamons le devoir de mémoire que nous vous devons ! Terre de « fors » (libertés pour un bien commun), peuple fidèle à la foi de ses pères...

La Vendée, grande meurtrie parmi les « meurtries » est connue de tous… Mais le « Pays » Basque ne doit pas être oublié ! Un « Pays » qui sous la monarchie française avaient préservé ses traditions ancestralesDevenu français en 1451, le Labourd pouvait se prévaloir, par exemple, du règlement des successions en tenant compte du droit d’aînesse, dont bénéficiait tant la fille aînée que le fils aîné, moyennant d’assurer une contrepartie aux autres frères et soeurs célibataires. Les Basques ne connaissaient pas la féodalité, et jouissaient d’une véritable constitution, sous la direction de leurs assemblées élues, veillant « jalousement » à leurs « fors », vivant fièrement leur langue et leur foi catholique…
Un grand merci à Alexandre de La Cerda.

En ce beau mois d’avril :


Maison natale Axular

Honneur à Axular (Pedro Agerre Azpilikueta, le surnom Axular vient du nom de sa maison natale) qui est un des écrivains basques des plus importants.

Il naquit à Urdazubi / Urdax (Navarre / Nafarroa) en 1535 et après ses études à Salamanque fut curé de Sare / Sara (Labourd / Lapurdi) jusqu’à sa mort. En 1601 on voulu l’expulser prétextant qu’il était étranger, mais eut la protection royale, du au fait qu’étant navarrais, il n’était pas étranger dans le Labourd / Lapurdi. Plus tard, en 1643, il écrira le livre intitulé Gero (Après), oeuvre majeure de la littérature basque. Il aura tant d’importance qu’il arrivera a passer dans la mythologie. Il est enterré à l’église de Sare.

La déportation de la population basque par la Révolution française

Un oubli du « devoir de mémoire »

Le 22 février 1794, un arrêté des « représentants du peuple » Pinet et Cavaignac décrétait « infâmes » les communes de Sare, Itxassou et Ascain, et ordonnait l’éloignement de tous leurs habitants à plus de vingt lieues.

Pinet ?

Le jouet favori de son fils âgé de sept à huit ans était une guillotine miniature avec laquelle il s’amusait à trancher le cou des poulets. http://www.co-libris.net/publication_71_239.php

La mesure fut aussitôt exécutée : après avoir été entassés dans leur église, 2.400 habitants de Sare furent conduits dans 150 charrettes à Saint-Jean-de-Luz et Ciboure où ils furent soumis aux quolibets, vexations et lapidations des membres de la « Société Révolutionnaire » de la commune rebaptisée « Chauvin-Dragon ».


Lettre de Moncey (colonel) à J.-B. Cavaignac, 20 frimaire an III (Chauvin-Mondragon)

Parqués dans les églises et d’autres bâtiments désaffectés, ils furent bientôt rejoints par des milliers d’autres compatriotes arrachés à leurs foyers de Saint-Pée, Itxassou, Espelette, Ascain, Cambo, Macaye, Mendionde, Louhossoa, Souraïde, Aïnhoa, Biriatou etc...
Saint-Jean-de-Luz et ses environs ne constituèrent qu’une première étape sur le chemin de croix des malheureux. Bientôt s’ébranla sur les routes le long cortège des déportés accompagné de charrettes où l’on avait jeté vieillards, enfants en bas-âge et grabataires. Des femmes accouchaient sur ces charrettes ou, en pleine nuit, sur la pierre nue, dans le froid !

L’itinéraire fut spécialement établi de manière à traverser des quartiers mal famés, notamment à Saint-Esprit, où une population trouble et famélique leur réserva le plus terrible des accueils... L’hiver 1794 fut particulièrement rigoureux, et les prisonniers mouraient en chemin comme des mouches, particulièrement les plus jeunes et les vieillards. On relève encore parmi les inscriptions tombales des cimetières jalonnant le parcours des suppliciés : Françoise Larregain, d’Ascain, 2 mois. Françoise Duhart, d’Ascain, 8 mois. Pierre Darhamboure, d’Ascain, 7 mois. Etienne Lissarade, d’Itxassou, 7 ans. Jean Garat, 3 ans. Michel Camino, de Sare, 11 ans. Michel Etchave, 9 ans. Martin Etcheverry, de Sare, 80 ans. Jean Delicetche, de Souraïde, 80 ans, etc. Les enfants qui réussissaient à survivre à ce cauchemar étaient livrés à eux-mêmes.

L’arrivée des survivants à destination églises et bâtiments désaffectés du Béarn, des Hautes-Pyrénées, des Landes, du Gers, du Lot-et-Garonne, jusque dans le Cantal et au-delà - ne signifia aucunement la fin de leurs tribulations, bien au contraire.

Un nouvel arrêté des autorités révolutionnaires, pris le 24 mai 1794, prévoyait l’organisation générale de la déportation : les détenus devaient être employés à des travaux publics et particuliers et ne pouvaient quitter la commune à laquelle ils étaient assignés, à peine de six ans de fer pour les hommes, six ans de prison pour les femmes, avec au préalable, une exposition d’une heure pendant trois jours « sur l’échafaud, au regard du peuple ».

II serait aujourd’hui difficile de s’imaginer les horribles conditions d’existence et de survie de ces malheureux entassés dans les églises (229 dans la seule église de Capbreton) dans le froid, sans nourriture, au milieu de populations étrangères, au moins par la langue, sous la surveillance d’autorités hostiles ; la liste des décès ne faisait que s’allonger…

Vers la fin du supplice

Il fallut attendre quelques huit mois pour qu’enfin le 28 septembre 1794, les « représentants » Baudot et Garrot mettent fin à l’internement des Basques et les autorisent à rentrer chez eux. La ruine était totale, les maisons dévastées, pillées et brûlées, la terre en friche ou les récoltes volées, les bourgs vidés de leur population. Pour le seul village d’Itxassou, une liste officielle dénombrait 271 déportés et 211 émigrés ; car nombreux étaient les Basques qui avaient cherché leur salut dans les provinces voisines de Navarre et de Guipuzkoa pour éviter la déportation. De timides mesures de répartition n’aboutirent pratique­ment jamais, quel­ques responsables furent vaguement inquiétés. La colère des victimes s’exprime parfaitement dans le « Sarako iheslarien Kantua » ou chant des fugitifs de Sare ; quant à Salvat Monho, il regrette dans « Orhoitzapenak » (mémoires) que « ne soit pas permise la plus ancienne des lois (celle du talion, ndlr.), de rendre à chacun ce qu’il nous a fait ! »

Les prodromes de la tragédie

Comment expliquer les causes profondes de la déportation criminelle d’une population civile qui aurait sans doute valu à ses auteurs, en d’autres temps, un « procès de Nuremberg », bien que l’enlisement sans fin de celui des Khmers rouges au Cambodge et l’impunité générale des responsables communistes semblent accréditer sérieusement une systématisation, à notre époque, des « doubles standards » d’appréciation et de jugement ?

Tout d’abord un divorce profond des populations basques avec le pouvoir parisien révolutionnaire qui jugeait que les transformations souhaitées et l’élimination des anciennes forces vives ne s’accomplissaient pas assez rapidement.

Sans doute, l’accélération des événements intérieurs entraînant une nette radicalisation du pouvoir central avait-elle de quoi surprendre l’opinion publique « moyenne » - dans l’ensemble plutôt modérée - du département nouvellement créé des Basses-Pyrénées.

Une modération enrageante

La situation à Bayonne est parlante à cet égard.

Pôle marchand et libéral, les Protestants n’y furent par exemple guère inquiétés lors des guerres de religion qui avaient au XVIe siècle enflammé durablement toute la région alentour ; l’église de Saint-Jean-Pied-de-Port et celles de Chalosse, pour ne citer que celles-là, portent encore les séquelles des dévastations causés par Montgomery et ses troupes de Réformés.

Or, en ce XVIIIe siècle finissant, les nécessités du négoce et le voisinage de la frontière avaient conduit de nombreux étrangers à Bayonne dont les plus remuants étaient « utilisés » par les Girondins pour activer la propagande révolutionnaire dans leur pays d’origine.


« Le Port de Bayonne » par J. Vernet, en 1764

Les Juifs de Saint-Esprit avaient déjà oublié que leur début d’émancipation était dû à la volonté de Louis XVI (et qu’ils avaient été plus d’une fois soutenus par les tribunaux royaux dans leurs querelles prolongés contre les marchands bayonnais, en particulier à propos du chocolat) : ils étaient donc disposés à servir la Révolution - tant qu’elle ne compromettrait pas leurs intérêts - et il feront durement sentir leur animosité envers les colonnes de déportés qui traverseront Saint-Esprit.

Règlements de la Nation Portugaise Juive & Espagnole établie au Bourg Saint-Esprit près Bayonne (...) Je Secrétaire de la Nation Juive Portugaise du Bourg Saint-Esprit de Bayonne, Certifie que la présente Copie est conforme à l’Original déposé au dépôt & Archive de la Nation ; & le tout par elle convenu & délibéré. Fait audit Bourg Saint-Esprit, le 21 Décembre 1752. Signé, SILVA, Secrétaire de la Nation". Approuvé par J. d’Etigny, intendant en Navarre, Béarn et Généralité d’Auch, le 6 janvier 1753. "Nous ordonnons que les présens Règlemens seront lus & publiés dans l’Assemblée de la Nation, enregistrés sur le Registre de la Communauté, & exécutés suivant leur forme et teneur. A Bayonne, le 19 Janvier mil sept cens cinquante-trois. Signé, MORACIN" (probablement Jean de Moracin, bourgeois et homme d’armes de Bayonne en 1696, puis maire en 1726-1727) - http://www.ikerketak.com/les-juifs-de-bayonne.php

Expulsés d’Espagne et du Portugal à la fin du XVe siècle, c’est à ce moment-là que les premiers juifs arrivent à Bayonne. Les Israélites séfarades s’installèrent à Bayonne, d’où ils essaimèrent dans les trois petites villes de Peyrehorade où les accueille le seigneur d’Aspremont, de Bidache et de La Bastide-Clairence où les protège le duc de Gramont. Les Séfarades constituent une branche du peuple juif qui suit le judaïsme liturgique espagnol, en particulier dans la prononciation des mots des prières.

Les premiers juifs en pays basque

Les premiers juifs sont arrivés au Xe siècle au Pays Basque, notamment du côté de la Navarre et de la province d’Araba. Ils vécurent sous la protection des rois, puisqu’ils payaient plus d’impôts que les autres citoyens. Au XIIIe siècle, on dénombre 2 841 juifs habitant dans les quartiers juifs de Vitoria-Gasteiz. Il y avait également une communauté à Balmaseda (Biscaye). Mais c’est surtout en Navarre que l’on dénombre au XIVe siècle 42 communautés juives, de Pampelune jusqu’à Tutera. http://www.darnna.com/phorum/read.php?7,118812

Quant aux députés représentant le nouveau département à la Convention, le procès du roi donna un aperçu de leur « modération » : Casenave, Conte, Meillan, Neveu, Pémartin et Sanadon se prononcèrent tous contre la peine de mort remplacée par la détention et le bannissement à la paix.

Cependant, les menaces européennes qui firent triompher en France la politique belliqueuse et l’extension de la guerre fit prendre de nouvelles mesures de « défense nationale », exaspéra les discordes politiques et porta le gouvernement central à déléguer des conventionnels aux frontières et à l’intérieur. Avant même la déclaration de guerre à l’Espagne en mars 1793 et surtout après cette date, ces commissaires aux armées organisèrent peu à peu, pièce par pièce, en appliquant et en complétant les décrets, le gouvernement révolutionnaire dans les Basses-Pyrénées.

Alexandre de La Cerda

A suivre…

Lire : Pouvions-nous espérer meilleur guide ?

Au cœur du Pays basque… Entre chant des torrents, claquement des ailes des beaux oiseaux bleus, cris des pêcheurs, rires contenus des fantômes des élégantes, les mille feux des fêtes du marquis d’Arcangues… Les bons mots d’Edmond (Rostand) en son beau jardin…

Pays Basque en sa nature généreuse comme le cœur de ses habitants !

Le Pays basque, par Alexandre de la Cerda !

Le jeudi 11 juin 2009 Coquetel-dédicace à la Maison de l’Aquitaine, 21, rue des Pyramides -75001 Paris.

Répondre à cet article