Cher(e)s ami(e)s internautes.

Merci pour votre fidélité ; les écrits quotidiens seront absents tout le mois de septembre. Vous pouvez cependant parcourir tous les dossiers créés depuis plus de 10 ans et qui figurent sur le site.

Dés le mois d’octobre il vous sera proposé un mensuel auquel vous pourrez participer en me faisant parvenir votre perception des affaires politiques, familiales, sportives ou autres.

Rien ne sera censuré, hormis des articles injurieux et calomnieux.

Je suis attaché aux valeurs chrétiennes, aux valeurs dites républicaines et à une monarchie parlementaire.

Vous pouvez nous contacter en cliquant sur ce lien >>

Notre parti.

Lundi 18 décembre 2006, par Bertrand Renouvin // La France

Ségolène Royal, Nicolas Sarkozy, François Bayrou… Dans le tourbillon des déclarations et de sondages aussi péremptoires qu’insignifiants, nous avons à maintenir notre cap sans crainte de paraître en décalage avec l’actualité immédiate.

Quant à l’élection présidentielle, aucune analyse sérieuse n’est possible tant que nous ne connaîtrons pas la décision de Jacques Chirac, qui est le plus déterminé des adversaires de Nicolas Sarkozy. Libérés du jeu des pronostics nous pouvons concentrer notre attention sur les étrangetés de la politique en cours.

Il est étrange de voir que tous les ennemis jurés de la V° république et du gaullisme ; De Jean-Marie Le Pen à Olivier Besancenot, en passant par Arnaud de Montebourg concentrent leur intelligence et leur énergie sur une élection présidentielle qu’ils récusent dans son principe.

Le mon-archisme inconscient de ceux qui dénoncent rituellement la « dérive monarchique » des institutions prête à sourire en temps ordinaire. Mais nous sommes dans une période prérévolutionnaire et nous regrettons que dans le milieu politique, personne ne s’interroge sur l’importance réelle des enjeux électoraux de l’année prochaine. L’hypothèse est qu’ils ne seront pas décisifs quel que soit le schéma retenu : Si l’on regarde la campagne présidentielle comme une compétition entre les trois candidats sélectionnés par les médias, il faut à nouveau souligner que Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy ont fait campagne pour le « traité constitutionnel », exprimant en une consultation décisive leur adhésion ou du moins leur consentement à l’ultra libéralisme. Désavoués, ils tentent de gommer leur « oui » par de beaux discours sur la nation et de faire oublier leur longue carrière au sein de l’oligarchie par les habituelles tournées « sur le terrain ». Il y a trop d’ouvrages sur le travail d’image et sur la fabrique des messages électoraux, souvent contradictoire pour balayer plus large, pour qu’on puisse prendre au sérieux ces artifices de propagande électorale. Gestes et paroles doivent être confrontés au mode de vie des candidats, à la sociologie de leurs partisans, aux intérêts défendus par leurs groupes de soutien.

Si l’on regarde la campagne présidentielle comme un épisode du combat entre l’oligarchie et les divers contestataires, rien ne permet de prévoir un grand bouleversement. Il est possible que Jean-Marie Le Pen soit à nouveau porté par de fortes turbulences mais il ne peut ni ne veut prendre le pouvoir ; L’alter mondialisme ne peut entrer dans la bataille électorale sans se perdre définitivement ; l’extrême gauche a démontré depuis longtemps qu’elle était incapable de présenter un programme politique, faute de reconnaître les réalités étatiques et nationales.

Il y pourtant aucune raison de se lamenter. Nous avons cent fois montré que la bataille intellectuelle contre l’ultra libéralisme était gagné. Le référendum de 2005 et la révolte contre le CPE prouvent que l’oligarchie est massivement récusée. Brièvement rassemblé il y a cinq ans le « parti des politiques » continue d’exister à l’état latent. Il est en train de se donner des éléments de programme (la protection de l’économie européenne le contrôle politique de la monnaie) qui peuvent être facilement complétés, car les propositions abondent au fil des publications et des débats que nous nous efforçons de présenter ici.

Le » parti des politiques » est celui des temps de crise ; Depuis le XVI° siècle, il rassemble autour de l’Etat et pour la nation des militants de différentes familles de pensée, venus de divers partis et mouvements, des hauts fonctionnaires, des citoyens engagés dans les luttes sociales. Tel est notre parti, celui de gaullistes de droite et de gauche, de socialistes patriotes, de communistes critiques, aussi invisible que cette « France invisible » soumise à un régime de fer. Il vit dans l’attente de celui qui se dévouera pleinement à son projet et qui lui permettra de lancer dans l’action, pour l’exercice du pouvoir.

L’idée qu’il faille passer son tour en 2007 exaspère cette attente sans ruiner son espoir.

Répondre à cet article