Cher(e)s ami(e)s internautes.

Merci pour votre fidélité ; les écrits quotidiens seront absents tout le mois de septembre. Vous pouvez cependant parcourir tous les dossiers créés depuis plus de 10 ans et qui figurent sur le site.

Dés le mois d’octobre il vous sera proposé un mensuel auquel vous pourrez participer en me faisant parvenir votre perception des affaires politiques, familiales, sportives ou autres.

Rien ne sera censuré, hormis des articles injurieux et calomnieux.

Je suis attaché aux valeurs chrétiennes, aux valeurs dites républicaines et à une monarchie parlementaire.

Vous pouvez nous contacter en cliquant sur ce lien >>

Marianne revient sur terre avec des bras ouvert au peuple.

Le peuple « Souverain » réclame plus de justice et d’égalité.

Mardi 17 mai 2005, par Paul Vaurs // La France

« La raison d’Etat se donne de beaux privilèges. Ce qui lui paraît utile devient permis et tout ce qui est nécessaire est honnête en fait de politique. » (Antoine Hamilton)

La France de 2005, tout comme celle des décennies précédentes a vu, les privilèges de notre société augmentés sans cesse, à croire, que les criminels de 1793 ont tué et torturé pour le « plaisir » malsain de faire du mal.

Si avant le 21 janvier 1793 la noblesse avait des privilèges, elle devait accomplir une noble exigence : « Servir la Patrie et le Roi « en luttant contre les ennemies de la France si cette dernière était menacée. Si en mille ans de Monarchie on peut déplorer des milliers de morts sur les champs de bataille, en deux cents ans de république ou de dictature impériale (Voir les suppliciés de la TERREUR, les guerres des deux Bonaparte, les deux guerres mondiales, les guerres coloniales, la liste n’est pas exhaustive..). Les « Mauvais coups » perpétués depuis 1792 ont été d’une violences inouïe. Alors messieurs les républicains, prudence, et surtout essayer d’établir en France une vrai Démocratie.

Depuis deux Siècles ont nous rabat les oreilles avec la soit disante « sublime révolution de 1792 ». Celles et ceux qui prennent pour argent comptant les affirmations de responsables politiques, d’historiens, et d’institutions de l’éducation nationale, doivent être persuadés que le bon Roi Louis XVI est une crapule sanguinaire, et que Robespierre et ses complices sont des enfants de Marie au cœur tendre !. Mais de qui se moque t’on. ?

Chers Internautes regardez autour de vous : « A l’Assemblée Nationale nous retrouvons les fils d’anciens Députés ; Au Sénat c’est pareil, il n’y a qu’au Conseil Economique et Social, où l’on découvre des citoyens qui n’ont rien à faire dans cette assemblée, ce sont presque tous des femmes ou des hommes qui ont subit une défaite électorale, qui ne connaissent absolument rien des difficultés des couches sociales qu’ils sont censés représenter. Ce sont de nouveaux privilégiés de « Marianne ». La planque idéale pour ces parasites de la Démocratie.

Si l’on trouve des Fils à Papa dans le milieu du Spectacle, du Cinéma, dans les Professions libérales, chez les Présentateurs d’émissions Télévisés, ou de Radio, chez les Notaires, les Pharmaciens, les Médecins, les Avocats, les Fonctionnaires, les Comédiens ou Artistes en tous genres Etc. ». Vous ne trouverez plus d’enfants, qui veulent succéder à leurs parents, dans l’Artisanat, le petit Commerce, la petite Exploitation agricole. L’on retrouve là, les Aristos bourgeois et le Tiers état de la République.

Quant au clergé « Catholique, » tout comme en 1792, il est la cible des Imbéciles de la dérision méchante et cruelle. Ces « grotesques guignols », éprouvent le besoin de se moquer des ecclésiastiques. Mais ils perdent leur « courage », lorsqu’il s’agit de tourner en dérision, des Rabbins ou des Hauts Dignitaires Musulmans. Ils ont la trouille de trouver un fanatique qui voudrait venger Allah. Ils veulent garder leur tête. N’est pas journaliste en Irak qui veut. ! Le courage, les « petits comiques » n’en ont aucun, ce sont des lâches.

Les internautes qui me font l’honneur de lire mes écrits, pourront se renseigner sur l’avalanche de désinformations dont ils ont été les victimes. Je vais leur donner des nouvelles sur hypocrisie de ceux qui défendent les soit disantes valeurs républicaines. Je précise « valeurs dites républicaines, et non les valeurs Démocratiques qui sont associes aux valeurs d’amour et de solidarité ». Il y a une différence fondamentale, entre les mots « République et Démocratie ». La majorité des Nations qui ont la République comme régime politique, ne sont que des Dictatures infâmes. Par contre les Nations qui véhiculent la Démocratie Parlementaire, peuvent tout autant avoir un Roi ou un Président.

Si la France voulait appliquer les valeurs d’amour et de solidarité, les valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité, elle si prendrait tout autrement. Elle pourrait parvenir à trouver les sommes d’argent indispensables pour améliorer le budget de la recherche, de l’éducation nationale, de l’aide aux personnes âgés : la liste des demandes de capitaux, n’est pas exhaustive.

  1. 577 Députés, 321 Sénateurs, des Députés à Strasbourg, c’est une fois et demie plus de membres que le Congrès des Etats-Unis, près de cinq fois plus peuplés. Plus de 36 000 communes, trois fois plus qu’en Allemagne, avec ses 80 millions d’habitants + le Conseil économique et social, où l’on retrouve comme je l’ai écrit en amont les mauvais éléments de marianne.
  2. Des syndicats intercommunaux, des communautés de pays, des parcs régionaux.
  3. Des départements, des régions, le tout logé dans des hôtels où sou­vent l’on ne regarde plus à la dépense... »

Daniel Carton, auteur du fameux « Bien entendu, c’est off ! » qui récidive avec « S’ils savaient à Paris.. .Ce que le France d’en haut ne voit plus », publié aux Editions Albin Michel. Daniel Carton, qui possède une maison chez moi dans l’Aveyron, cite ces chiffres avant de dénoncer, comme je le fais ici depuis longtemps .

S’ils commençaient par cette vraie réforme de l’Etat réduisant cette classe politique pléthorique ? En bas comme en haut. A-t-on encore besoin, pour que la France joue son match en Europe, d’une équipe gouverne­mentale de quarante-trois joueurs. ? Les vestiaires ne sont même plus assez grands. A moins de considérer que toutes ces éminences ne servent plus pour la plupart qu’à l’entretien des presti­gieux bâtiments du VII° arrondissement.

« Mitterrand marqué par l’histoire du Conseil général de la Nièvre, a eu tort de ne pas vouloir tailler dans les cantons. Cette survivance de l’âge du cheval devient une aberration. Barre, qui s’espérait président, avait trouvé une solution : « Supprimons les Conseil généraux, on leur laissera leurs bagnoles ! »

« Tel est notre drame, nos politiques sont nos bourgeois. » Comme tous les bourgeois, ils ne pré­tendent pas que les choses aillent bien, ironisait l’écrivain Emmanuel Berl. Tout ce qu’ils affirment, c’est qu’elles ne peuvent aller mieux.


Citoyens de France et de Navarre calculer le coût de tous ses parasites qui volent votre argent !!!

Autres vols de votre argent. Répartissons l’argent citoyen, si nous voulons procéder à un véritable aménagement du territoire. La première des mesures est de répartir de façon équitable « La galette », que je qualifie d’argent CITOYEN. En même temps il faut supprimer le système bicaméral, tel qu’il fonctionne aujourd’hui. Le Sénat doit disparaître « Ce n’est qu’une Assemblée de notables ou de courtisans républicains qui n’ont aucun pouvoir, mais, qui coûtent très cher aux contribuables. « Le Général de Gaulle voulait le supprimer. »

Il faut redonner ses lettes de noblesses au Conseil Economique et Social car il est censé représenter les diverses corporations, et syndicats Français. Le bon sens commanderait que le CES puisse promouvoir des lois. Pour cela le vote devrait obtenir au moins 4/5° des voix.

La galette citoyenne concerne les impôts locaux, » Taxe d’habitation et Taxe foncière » plus la honteuse Taxe professionnelle voulut par « Jacques Chirac » lorsqu’il était Premier Ministre de Valérie Giscard D’Estaing.

Les élus Socialistes des Régions de France ont raison de refuser de prendre en charge diverses prérogatives qui aujourd’hui sont du ressort de l’Etat centralisateur, puisque Marianne leur en donne pas les moyens financiers. Mais, pourquoi en 5 ans de Jospinisme et de pouvoir, la gauche plurielle n’a rien fait pour répartir équitablement la manne citoyenne ?

Il est nécessaire de supprimer la taxe professionnelle, ainsi que l’ISF qui fait fuir notre argent et notre patrimoine culturel. L’Impôt dit CSG suffit amplement à l’Etat inquisiteur. Par contre si nous voulons équilibrer les ressources de nos Régions et leur assurer une indépendance financière, il devient urgent que les taxes perçues par les 36 000 communes de France, soient encaisser par le Ministère des Finances à Paris Bercy, et reverser par des péréquations de bon sens aux diverses capitales de Région.

Pour terminer cette réflexion, je vais citer Michel Audiard : » La justice, c’est comme la Sainte Vierge, si on ne la voit que de temps en temps, le doute s’installe. »

En France c’est le peuple qui doute de plus en plus de sa devise Nationale : » Liberté, Egalité, Fraternité. » Nous devons lui redonner l’espoir qu’il a perdu.

Répondre à cet article