Cher(e)s ami(e)s internautes.

Merci pour votre fidélité ; les écrits quotidiens seront absents tout le mois de septembre. Vous pouvez cependant parcourir tous les dossiers créés depuis plus de 10 ans et qui figurent sur le site.

Dés le mois d’octobre il vous sera proposé un mensuel auquel vous pourrez participer en me faisant parvenir votre perception des affaires politiques, familiales, sportives ou autres.

Rien ne sera censuré, hormis des articles injurieux et calomnieux.

Je suis attaché aux valeurs chrétiennes, aux valeurs dites républicaines et à une monarchie parlementaire.

Vous pouvez nous contacter en cliquant sur ce lien >>

Mariages Princiers : symbole d’une monarchie qui marche aux côtés des valeurs républicaines.

Mardi 3 mai 2011 // L’Histoire

Mariages Princiers : symbole d’une monarchie qui marche

L’actualité du jour a été marquée voir entièrement dédiée par l’union de la belle et gracieuse Kate Middleton et du Prince William, deuxième héritier de la couronne Britannique. Retransmise sur la quasi-totalité des chaines de télé du monde, la cérémonie a été dure à manquer… Et quel engouement ! Plus de 2 milliards et demi de téléspectateurs devant leur poste, soit près d’1/3 de la planète…

Au delà de l’évènement médiatique, c’est le contenu politique que soulève l’évènement qui est intéressant à analyser : ce mariage est une véritable mise en valeur de la Royauté British et de la monarchie en général. Dans un contexte historique où les nombreuses monarchies font vibrer les peuples, on se demande comment un système politique tel qu’est la monarchie constitutionnelle peut fonctionner de nos jours. En effet, depuis la révolution Française de 1790 où le peuple de France réunis autour de son roi, associa les valeurs républicaines à la monarchie devenue parlementaire de part la volonté du peuple et du roi. Au delà de l’aspect « élite dite noble découlant d’un système que certains qualifie d’archaïque » que peut avoir la monarchie, c’est l’image qu’entretient la famille royale qui fascine : cette parfaite représentation qu’est la famille de Windsor de la culture Britannique à l’étranger et de la lourde histoire de cette même civilisation que les Anglais adorent. J’ai toujours pensé que les deux cultures les plus « riches » occidentales furent et sont toujours les cultures Françaises et Anglaises (tant au niveau de l’art, de l’histoire…). L’histoire contemporaine a célébré l’hégémonie des Etats-Unis (d’ailleurs descendants de la culture dominante Européenne quelque part) mais laissant à nos deux pays une place privilégiée dans le monde malgré leur déclin économique du XXème siècle. On peut d’ailleurs noter que l’histoire de nos deux nations sont souvent liées : d’abord ennemi puis désormais alliés plus que jamais (Première et Seconde Guerre mondiales, OTAN, armées communes depuis peu…). Les différents entre Anglais et Français sont donc (et j’en suis convaincu) bien moins importants que nos similitudes.

Bref, pour en revenir à mes propos originels, cette famille Britannique est donc le témoin d’un héritage en danger. Les populistes y verront une affirmation de la domination des puissants sur les faibles, mais il faut bien penser que le pouvoir politique de la Reine est fortement restreint, et que ses seules fonctions se résument à un rôle d’ambassadrice du Royaume-Uni et de Chef du Commonwealth. Enfin, qu’on fasse d’un évènement joyeux un évènement planètaire est avant tout plaisant. Après tout, il est rare qu’autant de gens dans leur diversité s’intéressent à un fait autre qu’un drame planètaire en si grand nombre. Aujourd’hui, retenons simplement que les gens se sont réjouit, et c’est tant mieux.

Vous avez dit : « archaïque ? » si tel était le cas, il faudrait interdire toutes les religions car au 3° millénaires pour les détracteur de la Monarchie, elles sont « ARCHAÏQUES ». Le mariage serait archaïque, les mœurs seraint archaïques. Les enfants conçus par l’accouplement d’une femme et d’un homme, est une conception archaïque puisque désormais nous n’avons plus besoin de faire l’amour, vive les bébés éprouvettes ! Mais où allons-nous ! Sommes-nous devenus fou ?

La Monarchie c’est tout le contraire de l’ARCHAÏSME, c’est moderne, c’est une institution qui nous fait réver, nous fait oublier un instant les malheurs que nous subissons. Si les valeurs Républicaines sont indispensables si l’on veut vivre dans une société plus juste, plus humaniste, la Royauté parlementaire est la lumière qui éclaire, c’est un soleil qui brille et réchauffe nos cœurs. Regardons nos frères Britanniques, ils vivent dans une nation ouverte à tout être humain. À Londres toutes les nations sont représentés et les citoyens vivent en harmonie avec la population Anglaise.

Nos voisins sont des précurseurs dans des domaines aussi différents que la musique, que la mode, que la bioéthique. La liste des avancées démocratiques dans la société anglaise n’est pas exhaustive et, POURTANT ! ils ont su conserver leur identité à travers leur famille Royale et ses traditions ancestrales.

Le mariage chrétien du prince William d’Angleterre avec Catherine Middleton a une haute valeur symbolique. Quelles que soient les actuelles vicissitudes de la famille et des liens conjugaux, on n’a rien trouvé de mieux pour le bonheur des personnes, l’accueil des enfants, la pérennité des valeurs et des sentiments les plus précieux de notre humanité que ce cadre du mariage où un homme et une femme s’engagent dans une promesse jusqu’aux horizons ultimes de…la vie.

Cette promesse se comprend d’abord comme une parole donnée, qui lie deux destins singuliers, transcende la durée, affronte le pari de la profondeur imprévisible du temps. Mais elle signifie également espérance. Si la culture présente est si rétive à l’engagement, c’est sans doute qu’elle a du mal à espérer. C’est la présence de Dieu qui permet aux Chrétiens de prononcer un engagement qui sera soutenu par une grâce. Le Dieu de la Bible est un Dieu de promesses, qui n’envisage ses relations avec son peuple que sous le mode de l’Alliance, qui est un autre nom du mariage. Il nous est précieux que le mariage de William et de Catherine nous rappelle tout cela, sous le sceau de ce que Maurice Clavel appelait « le miracle éternel de la royauté ».

Répondre à cet article