Tunisie.

Lettre à mon oncle du Quatar.

Mercredi 1er février 2012 // L’Afrique

Les ingérences qataries inquiètent de plus en plus les Tunisiens. L’émirat est montré du doigt comme étant le principal sponsor du parti Ennanda.

Bonjour Tonton,

Je t’écris pour te dire que j’ai déjà tout dépensé et qu’il me faudrait encore un peu de liquidités pour continuer le boulot. Hamadi Jebali, secrétaire général du parti islamiste Ennanda et actuel premier ministre] a un peu perdu les pédales en dévoilant nos projets pour le long terme [avant même sa nomination officielle à la tête du gouvernement, Jebali a annoncé à ses partisans, lors d’un meeting tenu le 13 novembre à Sousse (sud-est) : Nous nous trouvons dans le sixième califat, mais nous l’avons rapidement rappelé à l’ordre. De toute façon, s’il veut vraiment diriger le gouvernement, il devrait apprendre à mieux se tenir et à contrôler ses pulsions. On a fait en sorte que l’affaire soit classée comme un simple lapsus.

Mais on a dû subir pas mal de sarcasmes, surtout que la sortie de soeur Rhaiem [Souad Abderrahim, élue du parti Ennanda] était encore dans toutes les mémoires. Tu te souviens qu’elle a repris le point de vue de cheikh Qaradawi [Youssef AJ-Qaradawi, prédicateur célèbre pour ses émissions diffusées par Al Jazira] sur les mères célibataires [au début de novembre, sur les ondes de la radio arabophone Monte-Carlo Doualiya, Abderrahim a qualifié les mères célibataires d"infamie pour la société tunisienne. Selon elle, elles ne devraient pas aspirer à un cadre légal qui protège leurs droits. Ethiquement, elles n’ont pas le droit d’exister. Des propos qui ont provoqué un véritable tollé dans les milieux laïcs et féministes.

Décidément, ces Tunisiens sont moins mous que nous le pensions et nous donnent déjà du fil à retordre. S’ils continuent à être aussi vigilants, les choses ne vont pas être aussi simples que prévu lors de nos discussions à Doha. [Allusion aux visites de responsables d’Ennanda dès la victoire de ce parti aux législatives du 23 octobre. Dans le gouvernement formé le 24 décembre figurent deux anciens collaborateurs d’A1 Jazira : aux Affaires étrangères, Rafik Abdessalam, qui avait occupé les fonctions de président du Centre des études de la chaîne, et, à la Jeunesse et au Sport, Tarek Dhiab, ancien consultant sportif d’A1 Jazira.]

Des voix s’élèvent un peu partout. Les uns affirment que Hamadi n’est pas digne de confiance. D’autres le comparent à Iznogoud, un méchant de bandes dessinées qui veut devenir calife à la place du calife. Un peu partout, on raconte que tu nous aurais envoyé un joli magot et qu’il aurait été plus judicieux de l’employer pour créer des emplois. En fait, cet argent a bel et bien servi à créer des emplois puisque notre petite entreprise politique recrute à tours de bras et investit aussi dans l’immobilier.

Ce que les gens peuvent être méchants ! Ils ont vite oublié que tu as aidé notre révolution en mettant à son service AlJazira et en apportant ton soutien aux élus que nous sommes désormais. Ils préfèrent être insultants en répétant qu’un monarque absolu ne peut en aucun cas devenir promoteur de démocratie. Ces mauvaises langues se cramponnent à des détails. Ils reprochent au glorieux émirat d’accorder l’asile à Sakhr, l’aiglon déchu [Sakhr El-Materi, le gendre de l’ancien président Zine El-Abidine Ben Ali. Des photos le montrant avec son épouse, Nesrine, à la soirée du réveillon 2012 à La Cigale Hotel de Doha ont fait le buzz sur Internet]. Ils répandent qu’il est injuste d’accorder à ce voleur le statut de résident chez toi alors qu’il est recherché par Interpol.

D’autres font de l’humour en disant que la terre bénie de l’émirat, c’est du sable, du gaz et des Bédouins polygames. Je ne comprends pas ce qu’ils ont tous contre la polygamie. Ah ! même mort, ce Bourguiba n’a pas encore fini de nous mettre des bâtons dans les roues. Rien ne leur échappe.. Ils demandent des comptes à Rochdi [Rached Ghannouchi, leader d’Ennanda] pour la visite qu’il a rendue au boss à la fin d’octobre. Ghannouchi avait affirmé être invité pour participer "à un congrès. Début janvier, le leader du parti islamiste s’est à nouveau rendu à Doha, où il a rencontré Youssef Al-Qaradawi.

Ils ont éventé notre projet d’inviter les patrons à l’ouverture des travaux de la Constituante, le 22 novembre. On a été obligés de faire marche arrière à ce sujet-là aussi. Vraiment difficile de travailler si la presse continue à nous harceler. Pire, ils sont difficiles à acheter vu qu’ils agissent par conviction. De toute façon, envoie-nous encore des sous et on verra bien ce qu’on peut faire. Pendant que nous y sommes, je voudrais aussi te demander de nous envoyer des billets d’avion en quantité suffisante. Surtout que, désormais, on va faire une pub d’enfer pour ta compagnie qui s’installe chez nous. Enfin chez vous ou chez nous, c’est kif-kif.

Décidément, ces Tunisiens sont moins mous que nous le pensions et nous donnent déjà du fil à retordre

Et puis une petite faveur, si c’est possible. Ici, on parle des milliers de travailleurs que tu vas embaucher le recrutement dans la monarchie pétrolière du Golfe de 25 000 cadres tunisiens serait actuellement à l’étude. Les méchants disent qu’avec tes moyens tu aurais pu en recruter beaucoup plus. De toute façon, les chiens aboient et la caravane passe. Pour la faveur que je veux demander, j’ai six jeunes cousins et je vais faire envoyer leur candidature à part. J’attends, cher Tonton, un geste de ta part, surtout que ce sont des vrais frères et pas des mécréants maghrébins qui ne parlent même pas un arabe correct. Je compte sur toi pour les caser.

Un dernier mot. Il y a ici quelques illuminés qui prétendent que l’émirat de la majesté et de la renaissance veut imposer son protectorat sur la Tunisie. Je ne sais pas comment ils arrivent à cette conclusion. Je vais y réfléchir et on en reparle.

Ton frère, peu importe lequel puisque nous sommes tous frères et que tu es notre Big Brother.

Hatem Bourial

P.-S. Est-il possible de faire supprimer le visa pour les Tunisiens qui voudraient se rendre chez toi ? Ça nous permettrait de faire campagne en vous distinguant des pays étrangers qui en demandent un. N’y vois aucune velléité de discussion, mais en tant que pays frère, ce serait bien de nous laisser venir chez toi sans prévenir. Et, surtout, n’oublie pas d’envoyer l’argent !

Répondre à cet article