Les grands changements sous l’ère du président Wade

Lundi 20 février 2012 // L’Afrique

Depuis 2000, le chantre inspiré du libéralisme à visage humain s’est attaché à préparer minutieusement la mise en valeur de ces champs laissés en friche par l’ancien régime. Lorsque d’aucuns se calfeutraient derrière l’alibi qui consistait à dire de certains projets du président sénégalais que ce sont des projets chimériques ou des éléphants blancs, il a su montrer en 12 ans, le contraire de ce que disaient ses adversaires politiques qu’on pouvait croire du reste à l’époque.

On sait que le Sénégal est complètement dépourvu d’or et de diamant, etc. Mais le miracle sénégalais ou j’allais même dire la chance du Sénégal, était d’avoir à sa tête un génie qui, en peu de temps, s’est montré comme étant un pourvoyeur de richesses pour son pays, un bâtisseur, un architecte, et, pour s’en convaincre, il suffit de voir toutes ses réalisations sur l’ensemble du territoire sénégalais et ses nouveaux aménagements culturels et infrastructurels (Monument de la renaissance africaine, le Grand Théâtre, la Place du souvenir africain, le projet des Sept merveilles du Sénégal, les ponts, les routes, les autoroutes à péage, les infrastructures portuaires, aéroportuaires, la création d’une compagnie aérienne, la mise en place de quelques fabriques de bus de mini bus, l’aménagement des routes nationales et transnationales, la construction de nouveaux pôles universitaires, l’augmentation des salaires des fonctionnaires, la revalorisation de la fonction de personnels de l’administration territoriale, l’accès des personnes du troisième âge à la gratuité des soins de santé, l’augmentation des salaires des délégués de quartier, la multiplication des médias presse et audiovisuel, l’assistance pour rénover les maisons de cultes, la rénovation de certains départements en région, l’augmentation du corps enseignant, le projet de subventions des syndicats.

L’action de tous les jours du président sénégalais nous amène parfois à méditer sur cette citation de Simone de Beauvoir qui disait : « Au fait, l’intelligence est une exigence, ce n’est point s’arrêter, c’est aller de l’avant toujours de l’avant ». Tout comme nous le montre cette intelligence économique dont le président sénégalais a toujours fait preuve à travers les nouvelles perspectives économiques qu’il est en train d’ouvrir pour son pays, notamment la construction de l’aéroport international de Diass qui offre de nouvelles voies pour la circulation des hommes et des biens dans une situation contextuelle dominée par une mondialisation globalisée. L’aéroport international de Diass constitue une prouesse du fait de sa situation géographique car c’est un véritable oasis dans un désert. Ce pari fut difficile à relever mais il constitue à n’en pas douter la marque d’un génie au destin hors du commun.

Dialo Ma Mbage
AFRIQUEDUCATION

Répondre à cet article