Les engagements de L’héritier des 40 Rois qui firent la France.

Vendredi 4 février 2011 // L’Histoire

Un engagement aussi... Son Altesse Royale le prince Jean de France : « je tiens à affirmer ma propre détermination à accentuer ma présence dans la vie publique. Elle prendra diverses formes, mais je ne me contenterai plus de prendre la parole. »

Toujours garder espoir envers les lys de France, plus que jamais en nos temps difficiles...

Au moment d’entrer dans l’année 2011, ma pensée va vers tous les Français qui savent que cette nouvelle année sera difficile. L’instabilité économique et financière mondiale et la charge de la dette de l’Etat font peser sur chacun de nous des menaces de plus en plus précises. Les tensions communautaires se font vives sans qu’un engagement politique fort en faveur de l’unité de la France soit clairement perceptible. En même temps, les jeux pré-électoraux continuent de plus belle mais aucun espoir d’une véritable rupture politique n’apparaît.

Pourtant, les raisons de voir les choses autrement ne manquent pas.

Parmi elles, je n’hésiterai pas à évoquer le nouveau rythme adopté par Gens de France, dont vous ne tarderez pas à sentir les effets.

Surtout, je tiens à affirmer ma propre détermination à accentuer ma présence dans la vie publique. Elle prendra diverses formes, mais je ne me contenterai plus de prendre la parole. Mes moyens sont encore modestes, mais je veux les utiliser à agir. Et à agir concrètement dans un sens qui contribue à faire régner plus de justice.

Aussi mes vœux pour cette nouvelle année vont-ils d’abord au succès de cette action, car elle servira de modèle et d’appui à d’autres actions futures, au service de la France et des Français.

La princesse Philomena et le prince Gaston se joignent à moi pour vous assurer que nos vœux vont aussi à chacune et chacun d’entre vous : que 2011 réponde à vos espoirs et nourrisse votre espérance, qu’elle apporte à vous-mêmes, à vos familles et à vos proches la santé du corps et la paix du cœur.

Bonne et heureuse année !

Répondre à cet article