Cher(e)s ami(e)s internautes.

Merci pour votre fidélité ; les écrits quotidiens seront absents tout le mois de septembre. Vous pouvez cependant parcourir tous les dossiers créés depuis plus de 10 ans et qui figurent sur le site.

Dés le mois d’octobre il vous sera proposé un mensuel auquel vous pourrez participer en me faisant parvenir votre perception des affaires politiques, familiales, sportives ou autres.

Rien ne sera censuré, hormis des articles injurieux et calomnieux.

Je suis attaché aux valeurs chrétiennes, aux valeurs dites républicaines et à une monarchie parlementaire.

Vous pouvez nous contacter en cliquant sur ce lien >>

Les atouts de la France.

Vu par Bertrand RENOUVIN

Vendredi 13 juin 2008, par Bertrand RENOUVÏN // La France

Réparons-nous à recevoir une bonne nouvelle le « retour de l’Etat » devrait être bientôt annoncé par voie d’éditoriaux inspirés dans les quotidiens et magazines qui diffusent le prêt-à-penser.

Déjà depuis l’automne, des sommités genre Nicolas Baverez et des journaux au dessus de tout soupçon (Le Figaro) expriment l’attente impatiente et parfois angoissée d’une intervention des Etats pour empêcher le déchaînement des catastrophes bancaires, monétaires, alimentaires.., C’est un bon réflexe mais nous savons bien qu’il n’y a pas de « retour » de l’Etat pour cette bonne raison qu’il n’était pas « parti », Ni aux Etats-Unis. Ni en Chine, et nous le voyons naître et s’affirmer en Russie. Ces Etats ne sont pas identiques au modèle européen de démocratie parlementaire stabilisée et symbolisée par un pouvoir arbitral souvent respublicain-royal ou monarchique-respublicain. Mais le débat des prochains mois portera moins sur le mode de gouvernement démocratique ou non, que sur la forme étatique en tant que telle.

L’Etat, sommairement défini comme puissance administrative légalement autorisée à organiser la nation, a été négligé et dénigré par les tenants de l’idéologie dominante depuis un bon quart de siècle. Ce rejet n’a pas empêché la puissance publique d’opérer, malgré le démantèlement engagé à partir de 1986. Evoquer le « retour » de l’Etat. c’est mépriser la formidable capacité de résistance de cette construction multiséculaire et des fonctionnaires qui ne se cantonnent pas dans la défense de leur corps et de leur statut.

Comme l’État est toujours l’État d’une nation, certains seront tentés de célébrer le « retour de l’Etat-nation. Je n’apprécie guère ce concept qui peut laisser croire que l’Etat résorbe la nation. Il faut maintenir le jeu dialectique entre l’Etat. au sens administratif du terme, la nation dans sa continuité juridico-historique et le pouvoir politique démocratiquement désigné.

Cela permet d’articuler les trois modalités de la souveraineté populaire, nationale, étatique,et de mieux comprendre tout ce que la Constitution gaullienne comportait de positif pour la théorie comme dans la pratique. Cela permet aussi de saisir hors de l’héritage étatique, les prodigieuses richesses de la France nation par rapport à d’autres nations plus récentes ou terriblement bousculées par l’Histoire.

Cela permet enfin de reconnaître les formidables capacités du peuple français et cette volonté de vivre et de bien vivre qui le rend capable d’échapper aux pesanteurs historiques et de surmonter les épreuves du moment.

Méditée ou spontanée, cette résistance aux malheurs s’achève souvent dans une révolution. je pense aux révolutions réussies du XX° siècle français, celle de 1944-1946 et celle de 1958- 1962. Nous sommes depuis 1995 dans l’attente d’une nouvelle révolution économique et sociale. Elle ne sera pas trop difficile à réussir grâce à nos atouts. Une révolution politique déjà accomplie ; une Constitution, certes maltraitée mais qu’on peut très vite rétablir ; des fonctionnaires qui seront comme naguère, les relais efficaces de la renaissance à tous les niveaux et dans tous les domaines des capacités intellectuelles et des richesses matérielles que la plupart des pays étrangers nous envient.

Nous savons que tout est bloqué parce que dans les milieux dirigeants, personne ne souhaite se faire l’agent de cette révolution. Il v a là une énigme. Les dirigeants de gauche, même lorsqu’il disent que la France est en situation prérévolutionnaire ont renoncé à mobiliser les classes moyennes et populaires ainsi que les intellectuels généralement non médiatiques qui ont déjà tracé le programme de la révolution espérée. Les dirigeants sensés de la droite s’en tiennent à la vulgate ultra-libérale et consentent, résignés, aux destructions qu’elle engendre. Les insensés qui sont aux commandes depuis mai dernier lancent contre les droits sociaux des attaques d’une violence inouïe (la carte Famille nombreuse) mais si mal préparées qu’elles sont suivies de retraits piteux. Pour les oligarques, cette guerre de classe est suicidaire mais le peuple français en subira les effets tant que personne n’aura le courage, le simple courage de prendre en main nos atouts et de relever le défi.

Répondre à cet article