PRÉSIDENTIELLE AU NIGER

Le retour de Tandja

Samedi 19 mars 2011 // L’Afrique

Union africaine (UA) a salué la réussite de l’organisation de la présidentielle au Niger et déclaré qu’elle constitue un pas important vers le retour de ce pays à l’ordre constitutionnel. Lors du premier tour qui a eu lieu le 31 janvier 2011, le vétéran de l’opposition Mahamadou Issoufou du PNDS (Parti nigérien pour la démocratie et le socialisme) a totalisé 36,06% des voix, contre 23,24% à Seïni Oumarou du MNSD (Mouvement national pour la société de développement). Hama Amadou que d’aucuns avaient d’ores et déjà enterré, s’est brillamment révélé avec 19,82% pour le compte du MODEN (Mouvement démocratique nigérien) tandis que la CDS (Convention démocratique et sociale) de Mahamane Ousmane s’octroie 8,42%.

Le deuxième tour qui se tiendra le 12 mars prochain, permettra la confrontation entre Mahamadou Issoufou qui avait recueilli quelque 1,2 million de voix au premier tour contre Seïni Oumarou qui avait obtenu 785.000 voix. Au vu de ce résultat, on peut avancer que le deuxième tour est ouvert. Avec une avance de plus de 400.000 voix sur une population électorale de seulement 6,7 millions de personnes qui n’étaient que 52,83% à se rendre aux urnes au premier tour, le socialiste Mahamadou Issoufou a pris une longueur d’avance sur son adversaire du MNSD. Mais il ne devra pas encore crier victoire car il est l’homme à abattre pendant cette élection parce que seul contre tous. En effet, bien avant le 31 janvier, une vingtaine de formations politiques avaient noué une alliance dans le but de lui ravir cette possible victoire. Parmi celles-ci, bien évidemment, le MNSD, le MODEN et la CDS, qui ont travaillé, ensemble, au gouvernement et à l’Assemblée nationale pendant les deux mandats de Mamadou Tandja. Cette alliance qui fait sur le papier plus que la majorité absolue, a été dénoncée par le PNDS comme étant une alliance de la onzième heure dont le but véritable serait de ramener au pouvoir le clan de Mamadou Tandja ainsi que le MNSD.

En réalité, les choses sont autrement beaucoup plus compliquées. Car on voit mal Hama Amadou appeler à voter en faveur du MNSD, sans solides garanties. Le MNSD étant le parti dont il était le président avant d’en être chassé par des manoeuvres orchestrées par Mamadou Tandja, lui-même. Encore faudrait-il que Mamadou Tandja, de son côté, ait envie à 75 ans de revenir au premier plan, même si on sait que, des pressions exercées par sa première épouse, Laraba Tandja, et leurs enfants, avaient finalement eu raison de son souhait réel, maintes fois exprimé devant de nombreuses instances y compris le Bureau politique du MNSD, de mettre un terme à sa carrière politique à l’issue de son deuxième mandat. On connaît la suite.

Hama Amadou qui risque d’être le faiseur du prochain président de la République, n’aurait a priori aucun intérêt à s’allier avec Mahamadou Issoufou dans la mesure où un tandem avec ce dernier à la présidence de la République et lui Hama à la primatu re, ne donnerait qu du feu. Connaissant le tempérament de Hama qui ne sait pas se laisser faire, cela conduirait droit au blocage des institutions avec une possible nouvelle intervention de l’arbitre suprême du Niger : l’armée.

Cela dit, apporter ses voix au MNSD pour la victoire finale, pourrait être une opération politique gagnante sur le plan électoral, mais qui passerait mal au niveau d’un certain électorat du MODEN qui n’a pas apprécié la façon dont le MNSD avait traité son président, et qui pour montrer sa désapprobation, a massivement quitté le MNSD pour le suivre au MODEN. Il y aurait aussi la possibilité d’une fusion entre le MODEN et le MNSD. Mais qui en deviendrait le président ?

La réconciliation entre le MNSD et le MODEN, tout à fait possible, serait le moindre mal pour ces deux formations politiques. Tout le monde y gagnerait, à commencer par Mamadou Tandja, mais aussi, les militants, et les deux présidents de parti. Le Niger, de son côté, retrouverait son paysage politique d’avant le coup d’état constitutionnel et militaire. C’est le mal qu’on puisse souhaiter à ce pays qui est le plus beau de toute la zone sahélo-sahélienne.

Répondre à cet article