Le poids d’un symbole...

Samedi 26 septembre 2009, par Pierre Marie GALLOIS // L’Histoire

Le poids d’un symbole...

Décoration du mess des officiers
« Paris dans la nuit, de Montmartre »

Mais aussi de fortes raisons politiques ! Libérer Paris ! Prendre de vitesse l’AMGOT, frapper fort les esprits : veiller à ce que Paris soit libérée par une unité française...

A Laval, Dame Providence le fait rencontrer le commandant FFI Gallois (chef d’état major de Rol Tanguy), celui-ci le renseigne sur la gravité de la situation à Paris... Enfreindre les ordres ne pose aucun tourment au général Leclerc...

Sur ses ordres, le commandant de Guillebon conduit un détachement « avancé » de 10 chars légers, 10 automitrailleurs et 150 fantassins motorisés...

Nous connaissons tous la suite. Paris libéré. Les parisiens ont été à la tache... Et les « Gars de Leclerc » n’ont pas failli à leur réputation. Loin de là, un combattant du ciel, officier dans la Royal Air Force, s’apprête à prendre ses pinceaux... Pierre Marie Gallois... Notre « Maître d’Ecole » !

Ses pinceaux qu’il n’a jamais vraiment posés...

Fêter la libération de Paris ! L’enfance de notre « Maître d’Ecole » a été marquée par la Grande guerre... sa passion pour l’aviation s’est déclarée très tôt... Ses dons de visionnaires aussi...

Manquait-il de « matériaux » pour peindre tout ce qui bouillonnait en lui ? Bouts d’étoffe, petites pièces de métal recueillies sur des boîtes de sardines, « pointe » du nez d’un avion, plumes de son oreiller... tout faisait la belle affaire et prenait vie sous ses doigts !

Que n’aurait-il pas fait, si d’aventure, il avait eu sous la main la canne de Leclerc ?...



Loin de Paris, quelques mois encore à bombarder l’Allemagne...

Fêter la libération de Paris, au travers d’une petite histoire des « heurs et des malheurs » venus du ciel...

Grand merci mon Général !

Portemont, le 28 août 2009

La chute d’Icare...
Plumes de l’oreiller...

L’aérostat...
Le « nez » d’un avion...

La « Grande Dame » et le rêve d’Icare... Enfin !
Eléments de boite de sardines, étoffes... (Mais que fait la police ?)

Des temps difficiles...
Se battre jusqu’au bout !

La guerre du futur...

Vu du ciel d’Allemagne...
Au dessus des nuages « cotonneux » à souhait !

Des temps difficiles ? Des camarades absents au retour de missions ? Des silences « lourds » au petit matin en comptant les places vides au « mess » ?

Toujours garder la France et Paris dans son cœur...

Le capitaine Pierre Marie Gallois a décoré le « mess ». Un « bout » de France en Angleterre !











Pas un « mur » ne lui échappe...
Décoration du « squash court »

Reconstituer les lieux aimés...
« Chez la Mère Catherine. Place du Tertre »




La France, tous les jours sous les yeux... »

La France des temps joyeux...

Libérer la France... Libérer Paris...

Et boire un verre à la terrasse du café si bien nommé...

La libération de Paris
http://pagesperso-orange.fr/stephane.delogu/2db-paris.html
Sur les traces de la 2e DB
http://www.liberation-de-paris.gilles-primout.fr/routedb.htm

ttp ://www.parisenimages.fr

Répondre à cet article