Cher(e)s ami(e)s internautes.

Merci pour votre fidélité ; les écrits quotidiens seront absents tout le mois de septembre. Vous pouvez cependant parcourir tous les dossiers créés depuis plus de 10 ans et qui figurent sur le site.

Dés le mois d’octobre il vous sera proposé un mensuel auquel vous pourrez participer en me faisant parvenir votre perception des affaires politiques, familiales, sportives ou autres.

Rien ne sera censuré, hormis des articles injurieux et calomnieux.

Je suis attaché aux valeurs chrétiennes, aux valeurs dites républicaines et à une monarchie parlementaire.

Vous pouvez nous contacter en cliquant sur ce lien >>

Le poids d’un symbole...

Samedi 26 septembre 2009, par Pierre Marie GALLOIS // L’Histoire

Le poids d’un symbole...

Décoration du mess des officiers
« Paris dans la nuit, de Montmartre »

Mais aussi de fortes raisons politiques ! Libérer Paris ! Prendre de vitesse l’AMGOT, frapper fort les esprits : veiller à ce que Paris soit libérée par une unité française...

A Laval, Dame Providence le fait rencontrer le commandant FFI Gallois (chef d’état major de Rol Tanguy), celui-ci le renseigne sur la gravité de la situation à Paris... Enfreindre les ordres ne pose aucun tourment au général Leclerc...

Sur ses ordres, le commandant de Guillebon conduit un détachement « avancé » de 10 chars légers, 10 automitrailleurs et 150 fantassins motorisés...

Nous connaissons tous la suite. Paris libéré. Les parisiens ont été à la tache... Et les « Gars de Leclerc » n’ont pas failli à leur réputation. Loin de là, un combattant du ciel, officier dans la Royal Air Force, s’apprête à prendre ses pinceaux... Pierre Marie Gallois... Notre « Maître d’Ecole » !

Ses pinceaux qu’il n’a jamais vraiment posés...

Fêter la libération de Paris ! L’enfance de notre « Maître d’Ecole » a été marquée par la Grande guerre... sa passion pour l’aviation s’est déclarée très tôt... Ses dons de visionnaires aussi...

Manquait-il de « matériaux » pour peindre tout ce qui bouillonnait en lui ? Bouts d’étoffe, petites pièces de métal recueillies sur des boîtes de sardines, « pointe » du nez d’un avion, plumes de son oreiller... tout faisait la belle affaire et prenait vie sous ses doigts !

Que n’aurait-il pas fait, si d’aventure, il avait eu sous la main la canne de Leclerc ?...



Loin de Paris, quelques mois encore à bombarder l’Allemagne...

Fêter la libération de Paris, au travers d’une petite histoire des « heurs et des malheurs » venus du ciel...

Grand merci mon Général !

Portemont, le 28 août 2009

La chute d’Icare...
Plumes de l’oreiller...

L’aérostat...
Le « nez » d’un avion...

La « Grande Dame » et le rêve d’Icare... Enfin !
Eléments de boite de sardines, étoffes... (Mais que fait la police ?)

Des temps difficiles...
Se battre jusqu’au bout !

La guerre du futur...

Vu du ciel d’Allemagne...
Au dessus des nuages « cotonneux » à souhait !

Des temps difficiles ? Des camarades absents au retour de missions ? Des silences « lourds » au petit matin en comptant les places vides au « mess » ?

Toujours garder la France et Paris dans son cœur...

Le capitaine Pierre Marie Gallois a décoré le « mess ». Un « bout » de France en Angleterre !











Pas un « mur » ne lui échappe...
Décoration du « squash court »

Reconstituer les lieux aimés...
« Chez la Mère Catherine. Place du Tertre »




La France, tous les jours sous les yeux... »

La France des temps joyeux...

Libérer la France... Libérer Paris...

Et boire un verre à la terrasse du café si bien nommé...

La libération de Paris
http://pagesperso-orange.fr/stephane.delogu/2db-paris.html
Sur les traces de la 2e DB
http://www.liberation-de-paris.gilles-primout.fr/routedb.htm

ttp ://www.parisenimages.fr

Répondre à cet article