Le lundi de Pentecôte Ressuscité.

Mercredi 13 février 2008 // La France

Un ratage ! Voilà ce qu’on retiendra de la journée de solidarité créé il y a quatre ans, et rayant du même coup du calendrier des jours fériés le fameux lundi de Pentecôte. Une idée de Jean-Pierre Raffarin qui a tourné à la cacophonie, au cafouillage dans toute la France.

En 2007, à peine un salarié sur deux est allé travailler ce jour-là alors que la Poste, la plupart des musées et des écoles avaient tiré rideau. Sans compter e casse-tête des gardes d’enfants, des transports en commun peau de chagrin, l’interdiction aux poids lourds de plus de 7,5 tonnes de circuler. Le gouvernement a dit stop. « Le lundi de Pentecôte redeviendra jour férié, a confirmé Xavier Bertrand, le Ministre du travail, qui plaidait ces derniers jours en faveur de ce scénario. Une proposition de Loi sera déposée après les élections municipales.

Dès cette année, tous les salariés devraient pouvoir rester chez eux et profiter pour ceux qui le peuvent du pont le plus long du mois de mai.

110 000 places pour les personnes âgées. Pas question de renoncer au principe qui est à l’origine de cette journée de solidarité en faveur des personnes âgées et handicapées. Plutôt que de recourir à des manipulations qui n’ont aucun sens : « Exemple : Le Gouvernement souhaite, soit que l’on travaille 10 Minutes de plus par jour, ou de travailler une journée de RTT ; tout cela, au bon vouloir des salariés. Reste, toutes autres stupidités que nos élus en manques d’idées voudraient nous imposer.

Il reste un (Impôt) équitable, mais qui a été détourné de ce pour qui, il était destiné ; Je veux parler de la « Vignette Auto. »

Rétablir cette taxe, serait juste et équitable ; elle serait versée au trésor public et mise à disposition du corps médical et d’une association de consommateurs. Les Rmistes ou tout autres citoyens n’ayant que des ressources faibles en seraient exemptés. Pour cela, ils devraient présenter un document, délivré par l’hôtel des impôts dont ils dépendent.

Les grosses cylindrées supporteraient des vignettes plus élevées, vu l’état des finances de leurs propriétaires ; Par contre les véhicules non polluants, et les petites cylindrées ne devraient supporter qu’une vignette à bas prix. Ainsi, tout Français, avec leurs moyens petits ou grands participeraient à une nationale solidarité.

Le Premier Ministre « Paul Ramadier » avait déjà compris cela il y a près d’un Demi Siècle, mais l’argent destiné aux citoyens cités ci-dessus, n’en non jamais bénéficier.

Répondre à cet article