Cher(e)s ami(e)s internautes.

Merci pour votre fidélité ; les écrits quotidiens seront absents tout le mois de septembre. Vous pouvez cependant parcourir tous les dossiers créés depuis plus de 10 ans et qui figurent sur le site.

Dés le mois d’octobre il vous sera proposé un mensuel auquel vous pourrez participer en me faisant parvenir votre perception des affaires politiques, familiales, sportives ou autres.

Rien ne sera censuré, hormis des articles injurieux et calomnieux.

Je suis attaché aux valeurs chrétiennes, aux valeurs dites républicaines et à une monarchie parlementaire.

Vous pouvez nous contacter en cliquant sur ce lien >>

« Le dirigeant politique le plus fiable du monde »…

Mercredi 6 mai 2009, par Pierre-Marie Gallois // Le Monde


Et donc son portrait trône en bonne place dans toutes les boutiques d’Istanbul. Barack Obama, entre Atatürk et le conquérant de Constantinople, le sultan Mehmet…

Le temps où le « Bushland » n’obtenait que 9% dans le cœur des Turcs est loin.

L’ « Obamaland » recueille 40%...

« En tant que 44e président des Etats-Unis d’Amérique, j’ai la volonté de renforcer les relations entre les Etats-Unis et la Turquie et de soutenir la vision de la Turquie de M. Atatürk comme une démocratie moderne et prospère qui donne de l’espoir à son peuple et apporte la paix dans le pays et dans le monde »

Dans bien des domaines, la Turquie est une pièce maîtresse pour le jeu des Etats-Unis d’Amérique. Si en 2003 les relations s’étaient considérablement refroidies suite à l’occupation américaine de l’Irak, dès 2008 le tir avait été corrigé : en 2008, le Bushland acceptait de fournir le soutien de satellites d’observation américains aux raids aériens de l’armée turque contre les bases du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) dans le nord de l’Irak…

Et la voix de l’ « Obamaland » pouvait se féliciter : « Nous avons observé une amélioration progressive des relations turco-américaines… je ne pense pas qu’elles se sont jamais détériorées au point que nous ne soyons plus amis ou alliés. Ce que j’espère, c’est bâtir sur ce qui est une base déjà solide ».

Cerise sur le « lokum » Monsieur Obama ne manquait pas de souligner que le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), interdit en Turquie, figurait dans la liste américaine des organisations terroristes…
Il en est des organisations terroristes comme des paradis fiscaux…

La Turquie sait froncer les sourcils quand nécessaire… Le dernier épisode de la nomination du nouveau secrétaire général de l’OTAN est là pour le rappeler aux amnésiques…La Turquie n’ a pas hésité à brandir son droit de veto lors de la nomination du danois Anders Fogh Rasmussen à ce poste.

De tortueux marchandages s’en sont suivis et lors de l’arrivée de Monsieur Obama en terre de la Grande Porte, la presse turque pouvait afficher : « La Turquie a gagné le bras de fer… Recep Tayyip Erdogana résisté jusqu’à la fin, obtenant des concessions majeures »

La Turquie est un « allié » de première importance pour les Etats-Unis : retrait des troupes d’Irak, bonne « relation » avec Israël, situation géographique incontournable entre Caucase, Balkans et Proche-Orient… rôle majeur dans les « échanges » entre l’Afghanistan et le Pakistan…

Aussi pour noyer le « lokum » sous les cerises, la voix de l’ « Obamaland » pouvait lancer devant les députés turcs : « Laissez-moi être clair, les États-Unis soutiennent fermement la candidature de la Turquie à l’UE »…
« Standing ovation » !

Poursuivant ainsi ses propos praguois…Et si nous ajoutons à toutes ses belles paroles : « Les Etats-Unis ne sont pas et ne seront jamais en guerre contre l’Islam…Nous allons nous concentrer sur ce que nous pouvons faire en partenariat avec le monde musulman », nous pouvons mesurer l’exercice de grande voltige que Monsieur Obama réalise en Turquie…

Un exercice couronné par sa rencontre de 15 minutes, le 8 avril, avec Sa Sainteté le patriarche Bartholomée ( Rencontre à l’hôtel Conrad d’Istanbul) point d’orgue aux propos qu’il avait tenu devant les députés turcs, précisant qu’il soutenait la réouverture du séminaire de Halki...

Grande voltige : « Je soutiens fermement l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne, laissez-moi envoyer un message fort au monde orthodoxe… » Et Sa Sainteté de faire valoir son soutien à l’entrée de la Turquie dans l’Union… Ce que nous comprenons…

Un « message » à Messieurs Medvedev et Poutine ?

Une bonne manière aussi à l’encontre de Monsieur Sarkozy, alors que Sa Sainteté le patriarche Bartholomée I, patriarche œcuménique de Constantinople, est en France pour l’inauguration de l’exposition « Le Mont

Athos et l’Empire byzantin, trésors de la sainte Montagne ». Exposition qui se tient au Petit Palais, du 10 avril au 5 juillet 2009….

Le grand Niko sera en retard d’un soutien, la question du Tibet étant maintenant « réglée »…

Il est urgent que la France découvre les charmes de la vassalité…

Avec à la tête de l’Etat, Nicolas Sarkozy, elle ne pouvait pas mieux rêver !

Portemont, le 20 avril 2009

Bartholomée Ier satisfait de son entretien avec Obama
08 avril 2009 à 01:06:32 UTC

Sujet : Politique

Le patriarche oecuménique de Constantinople, Vartholomeos Ier, s’est dit optimiste et confiant à propos de la réouverture de la Faculté de Théologie de Halki, après son entretien de 15 minutes environ mardi avec le président américain, Barack Obama, à Istanbul dans l’hôtel où ce dernier résidait pendant sa visite officielle en Turquie.

S.S. Bartholomée a souligné dans ses déclarations de presse que "en tant que patriarche oecuménique, nous sommes davantage optimistes et pour Halki et en général pour les problèmes que nous avons", précisant avoir remercié le chef de la Maison Blanche pour son intervention sur Halki, la veille, devant l’Assemblée nationale turque, lui expliquant aussi "la nécessité d’un renouvellement des enseignants pour l’accomplissement de leur grande mission qu’est le dialogue avec les autres Eglises chrétiennes, un dialogue", a-t-il dit, "lancé ces 20 dernières années avec les autres religions monothéistes".

Le patriarche oecuménique a remercié en outre M. Obama pour son soutien à l’optique européenne de la Turquie, rappelant que "c’est ce que fait le patriarcat et moi-même personnellement depuis plusieurs années".

Cette rencontre a eu lieu en présence de l’archevêque d’Amérique, Mgr Dimitrios.

Répondre à cet article