Le ciel est bien sombre sur le Kosovo…

Mercredi 2 janvier 2008 // Le Monde

Aussi est-il bon de relire l’entretien que Dragan Spasojevic, adjoint au maire de la commune de Kosovska Mitrovica, au Kosovo, donnait à nos amis de « Novopress »

Mitrovica

Se dessine une fois de plus une Europe de tous les abandons : Les pays de l’union européenne ont récemment déclaré avoir progressé vers un accord pour reconnaître une future déclaration d’indépendance du Kosovo…
« Aujourd’hui, nous avons fait un pas en avant mais nous en avons encore d’autres à faire dans les semaines à venir », a déclaré le ministre portugais des Affaires étrangères Luis Amado, dont le pays préside l’UE, après une réunion avec ses homologues européens à Bruxelles.

Et de préciser :
« Il faut avoir de la patience : une décision sur une matière tellement sensible est un processus qui prend du temps »

Afin de pas être en reste, le ministre suédois Carl Bildt, qui fut un « médiateur » très actif dans les Balkans dans les années 90, a estimé « possible » que l’UE arrive à « une quasi-unité » pour reconnaître l’indépendance de ce territoire lorsque les Kosovars albanais, qui constituent 90% de la population de la province, l’auront proclamée…

L’hiver sera des plus rudes pour nos amis serbes…

Interview de Dragan Spasojevic
Dragan Spasojevic est adjoint au maire de la commune de Kosovska Mitrovica au Kosovo. Cette ville est tristement célèbre pour ses nombreux affrontements entre communautés Serbe et Albanaise. Dragan a bien voulu répondre à mes questions sur la situation au Kosovo. L’interview a été réalisée au Kosovo le 15 juin 2007.

Bonjour Dragan Spasojevic, peux-tu nous retracer l’évolution de la situation de Mitrovica de 1999 à aujourd’hui ?

En 1999, la situation au Kosovo est très mauvaise pour les Serbes. Le peuple serbe est montré comme un peuple qui souhaite exterminer ses voisins, la diabolisation est extrême. Cette caricature montre les Serbes comme des animaux qu’il faut décapiter. L’arrivée de l’ONU en 99 met fin à l’agression de l’OTAN contre les Serbes : Serbes et OTAN signent un accord de « paix » à Cumano. Dans ce traité, l’élément le plus important est qu’il n’y a pas de zone sans protection de la part de la KFOR ou de l’armée serbe (qui est forcée de remonter en Serbie). Mais dans la pratique, la KFOR est venue très lentement et l’armée Serbe avait un temps limite pour quitter le Kosovo. Durant ce laps de temps, nous avons eu un grand territoire dans lequel les Serbes ne pouvaient avoir une garantie de protection. Sur ce, les groupes criminels albanais terroristes attaquent les Serbes sur ce territoire et tuent, kidnappent de nombreux Serbes. Beaucoup de maisons et de zones où vivaient des Serbes, ont été brûlées ou détruites.

A d’autres endroits, les propriétés serbes ont été « saisies » et occupées, habitées par les Albanais. Toutes ces attaques terroristes ont été stoppées sur le pont de Mitrovica. Parce que le peuple Serbe était organisé et préparé à se défendre contre ces groupes terroristes. Ce groupe de Serbes organisés, issus du peuple, a été populairement appelés « les gardiens du Pont » par la KFOR et la MINUK.

Ces gens organisés ont stoppé les agressions des terroristes de l’ UCK qui voulaient venir dans la partie nord de la ville pour l’occuper et tuer les Serbes qui y vivaient avec les nombreux réfugiés de tout le Kosovo venus demander de l’aide.

Terroriste de l'UCK

Au début les combats se sont déroulés sur le pont, ensuite l’UCK a essayé de passer dans cette partie de la ville par tous les côtés (Ndt : rivière, quartier de la petite Bosnie,etc), mais à ce moment là, une unité française de la KFOR est intervenue sur le pont pour arrêter le gros des combats et à cette date le pont a commencé à devenir le symbole du blocage des attaques terroristes contres le peuple serbe. La même situation s’est passée aussi dans certaines zones ou la KFOR fut efficace comme à Gracanica, Pomoravlje, Brazovica, Gorazdevac.

Mitrovica, puisque tu m’interrogeais sur cette ville, est une place qui polarise toutes les spéculations politiques parce que c’est la seule ville du Kosovo entourée d’Albanais mais peuplée de Serbes (les autres enclaves sont des villages). Les extrémistes albanais veulent par tous les moyens défaire le nord de Mitrovica. Ainsi, nous avons une interview du commandant de l’UCK Hasim Taci, qui promet à plusieurs reprises : « ce mois ci, ou cette semaine, nous boirons un café à Svecan » (Ndt : Svecan est une petite ville serbe à 2Km au nord de Mitrovica).

Hasim Taci

De juillet 99 jusqu’à mars 2000 nous avons subi beaucoup de tentatives d’attaques de la part des Albanais qui essayaient d’occuper la partie nord. Il y a eu plusieurs types d’attaques. L’agression peut commencer avec des civils qui veulent combattre sans arme, ou avec des pierres. Après cela, commencent les attaques terroristes. Nous avons eu de nombreuses bombes ou explosifs placés dans des cafés, des bars ou des tirs de mortiers et d’autres armes sur la route Mitrovica-Svecan. Mais ils n’ont rien obtenu en agissant ainsi. Les Albanais ont donc entrepris une bataille politique contre Mitrovica nord et le Kosovo. Ce combat politique n’a cependant pas empêché les manifestations ou les attaques terroristes, comme ce fut le cas le 17 mars 2004. A cette date, ceux qui partout dans le monde voulaient savoir ce que sont réellement les Albanais ont pu le voir.

Les groupes terroristes albanais avec les services américains ont préparé une propagande selon laquelle 3 enfants albanais auraient été tués par des Serbes dans le village albanais de Muhazele, à proximité de Zubin Potok (Ndt : village serbe à 25 min de Mitrovica). C’est pour cela que 200 000 ou 300 000 Albanais ont attaqués les places serbes dans tout le Kosovo, essayant de brûler les maisons et de tuer les Serbes qui y demeuraient. Les Serbes ont eu 54 personnes tuées dans tout le Kosovo et plus de 200 blessés. A Mitrovica nord nous avons eu 2 morts serbes, une femme enceinte à son balcon, et mon père, Boro Spasojevic. Cette femme enceinte a été « shootée » par une arme automatique et mon père assassiné par un sniper. Nous avons eu également 37 personnes blessées par balles.

Quand les émeutes se sont terminées, « quelqu’un » de la MINUK avoua que les Serbes n’étaient pas coupables du meurtre des 3 enfants albanais noyés dans la rivière. Il en résulta cependant que nous avons eu 4000 nouveaux réfugiés. Le village de Sinjare a été brûlé et les Serbes ne sont jamais retournés dans cet endroit où 100 maisons ont été incendiées. Ici, la KFOR n’a pas été efficace, ils ont seulement déplacés les Serbes des villages en direction de Mitrovica quand les villages étaient attaqués. Après ces événements, la MINUK a voulu tromper le monde en préparant une enquête policière qui a duré seulement 3 mois (appelé TOR) censée démasquer ceux qui avaient tués des Serbes. Cette enquête a conclu, dans le cas de mon père et dans de nombreux autres cas, qu’il n’y avait pas assez d’informations et que l’enquête devait se terminer. Ils m’ont envoyé une lettre où il était seulement écrit « l’enquête est close, le tueur n’a pas été retrouvé ».

Souvent et dans de nombreux meeting en Europe ou dans des centres de pouvoirs, les gens parlent des objectifs du Kosovo avant de parler des statuts, mais aucun objectif n’a été rempli. Maintenant on parle des statuts. Georges Bush donne la promesse d’un Kosovo indépendant et dit qu’il est pressé car les Albanais sont impatients. Cela signifie qui si vous êtes terroristes, les Américains vous donnent tout. Si vous essayez d’être une partie de la civilisation européenne, un peuple amical, vous ne pouvez rien avoir. J’espère que la Russie et l’UE qui rencontrent les mêmes problèmes dans certaines zones de leur territoire vont donner une voix et un soutien au peuple serbe au Conseil de Sécurité de l’ONU.

Quels sont vos projets futurs ?

Mon opinion est que partout dans le monde la situation est mauvaise. D’un côté nous avons l’impérialisme américain qui essaie de nettoyer tous les rêves de liberté et donne aux vieux pays du monde l’ « American way of life ». D’un autre côté nous avons une croissance musulmane extrémiste et terroriste. Enfin, entre les deux, nous avons une Europe qui ne sait pas quoi faire et une Russie qui a conscience de cette situation mondiale. La Russie essaie de stopper ce processus dont tous les mécanismes mènent à une guerre mondiale. Je sais que l’Europe a un potentiel pour aider la Russie : elle doit améliorer son entente avec elle ainsi qu’avec la Serbie contre cette folie.

Au sujet du Kosovo je me suis déjà exprimé. Si quelqu’un donne le Kosovo aux Albanais, nous ne le supporterons jamais. Nous préparons tout ce qui est nécessaire d’abord au niveau politique puis par d’autres moyens pour ramener le Kosovo à la Serbie et la Serbie en Europe. Pour que nous ayons enfin une Europe unie et forte, une famille européenne qui prendra son destin en main.

Quels sont tes projets personnels pour le Kosovo et la Serbie ?

Dans un futur proche, je prépare un projet politique avec la création d’un parti : HSKS qui signifie « parti conservateur chrétien serbe ». Je veux respecter toutes les lois et contraintes administratives du Kosovo pour que ce parti politique ait une existence légale afin de lutter pour la liberté des Serbes. Nous avons encore beaucoup de travail, mais nous préparons une communauté serbe forte pour obtenir la liberté de notre peuple, et nous avons de bonnes connexions avec la Serbie.

Nous n’acceptons pas d’être une minorité dans notre propre pays. Nous avons également des contacts et des soutiens de la part d’organisations européennes, et l’une d’entre elle est le Bloc Identitaire. Nous recevons de l’aide humanitaire pour les enclaves chaque année de la part de l’association Solidarité Kosovo. Je profite de cette interview pour remercier tous les Français qui nous soutiennent et qui nous aident. J’espère que ces soutiens vont se multiplier dans le futur et j’aimerais voir des gens venus de Belgique, d’Italie, d’Allemagne et de bien d’autres pays européens pour préparer des alliances politiques. Car je sais que ce qui nous arrive aujourd’hui arrivera peut-être demain partout en Europe. Et si je me sens Serbe, je me sens également européen, la conquête de notre liberté ne se fera que par une entente européenne.

Le kosovo veut vivre…

St Demetrios le Grand-martyr

Consécration de la nouvelle église « St Demetrios le Grand-martyr » par Sa sainteté le Patriarche de Serbie Pavle le 8 novembre 2005 à Kosovska Mitrovica

 

Répondre à cet article