Cher(e)s ami(e)s internautes.

Merci pour votre fidélité ; les écrits quotidiens seront absents tout le mois de septembre. Vous pouvez cependant parcourir tous les dossiers créés depuis plus de 10 ans et qui figurent sur le site.

Dés le mois d’octobre il vous sera proposé un mensuel auquel vous pourrez participer en me faisant parvenir votre perception des affaires politiques, familiales, sportives ou autres.

Rien ne sera censuré, hormis des articles injurieux et calomnieux.

Je suis attaché aux valeurs chrétiennes, aux valeurs dites républicaines et à une monarchie parlementaire.

Vous pouvez nous contacter en cliquant sur ce lien >>

Le Masque Grec.

Lundi 5 avril 2010 // L’Europe

Certes l’Etat grec, comme beaucoup d’autres, a utilisé des techniques financières sophistiquées pour améliorer la présentation de ses comptes, et la vigilance des autorités européennes et des agences de notation, une fois de plus, a été prise en défaut.

Mais c’est bien le dérapage des dépenses publiques qui a été à l’origine de la crise, et les pays de l’Euroland qui s’érigent en juges sévères (mais volent au secours de l’accusé) prennent le masque de la vertu, alors que leur dette a connu une progression déraisonnable. Le FMI les rappelle à leurs propres obligations : ils doivent réduire leurs dépenses, et cesser de gaspiller l’argent public.

Le jeu financier.

La dette publique grecque est donc sous enquête pour avoir, semble-t-il, fait l’objet de swaps de devises qui en auraient réduit artificiellement le montant. La banque américaine Goldman Sachs est dans le collimateur de la FED pour s’être livrée à des opérations de swap. En principe, il n’y a rien d’artificiel ni rien d’irrégulier à ce jeu financier. Les swaps sont des échanges qui peuvent porter sur des taux d’intérêt, des devises ou autres. Un créancier qui détient une créance de 10 millions d’euros remboursable en 10 ans au taux de 3% l’an peut trouver à l’échanger contre une créance de 8 millions d’euros remboursable en 5 ans au taux de 8% l’an. Un créancier qui détient une créance de 10 millions d’euros sur une banque islandaise, en péril, peut trouver à l’échanger contre une créance de 5 millions d’euros au même taux et de même durée sur la BNP. Dans chaque cas, il s’agit du libre jeu des acteurs financiers, selon leur choix et le risque qu’ils sont prêts à prendre. Il en va de même en matière de swaps de devises : certains créanciers seraient sans doute heureux d’échanger une créance de plusieurs trillions de dollars du Zimbabwe contre une créance de quelques millions d’euros sur la Grèce et celle-ci a pu proposer a ses créanciers de leur rembourser moins d’argent mais à des taux, des durées et dans des devises préférées par eux.

Il n’est pas certain que la Grèce ait gagné globalement à ce jeu, mais avec la complicité de Goldman Sachs, elle a ainsi amélioré la présentation de ses comptes, et c’est ce qui lui est reproché. Pourtant ce gain a été marginal. Les transactions incriminées, réalisées en 2001, auraient abaissé la dette grecque de 2,367 milliards d’euros, faisant passer celle-ci de 105,3 à 103,7% du PIB sur la période concernée. Après tout, ce fut son choix, et si la configuration nouvelle de cette dette devait faire supporter au budget grec un fardeau plus lourd, les agences de notation auraient dû le prendre en compte.

Les Européens malades de la dette.

La vérité est sans doute que si la Grèce a eu recours à ces techniques financières et, à tort, les a partiellement occultées, c’est d’abord parce qu’elle s’est largement affranchie des règles de Maastricht. Elle n’a pas respecté la fameuse (mais déjà généreuse) limitation du montant total de la dette à 60% di PIB. Est-elle la seule dans ce cas ? Sans doute la Grèce a-t-elle été l’un des plus mauvais élèves de la classe européenne : la première à déraper, et la plus audacieuse dans ses dérapages. Mais le gros du peloton européen est dans le même cas aujourd’hui.

La vérité est donc surtout que la Grèce, comme tant d’autres pays dans le monde, a emprunté sans compter, pendant trop longtemps, parce qu’elle a trop dépensé. Et c’est le marché financier international, c’est-à-dire la communauté des prêteurs potentiels du monde entier, qui est venu sanctionner ses incartades en augmentant les taux d’intérêt requis pour de nouveaux emprunts. Ce n’est pas l’autorité européenne, si sévère dans son jugement aujourd’hui, qui a rappelé les Grecs à ses devoirs. Bien au contraire, voilà des années que l’on ferme les yeux à Bruxelles sur les débordements d’Athènes. Et ce que font aujourd’hui les partenaires européens c’est tenter d’atténuer la sanction du marché — au prix d’un tour de passe-passe qui vaut bien celui de Goldman Sachs !

Dès lors, le remède n’est pas d’accroître plus encore des réglementations européennes déjà incapables de contrôler la dette des États, mais bien plutôt de réduire les charges publiques. C’est d’ailleurs, pour une fois, la bonne recommandation du FMI. Constatant que les dettes publiques mondiales vont passer de 60% des produits intérieurs bruts en 2007, à 109% en 2014, il préconise dans une note du 23 février dernier de revenir au ratio de 60% en... 2020, en supprimant les mesures de soutien (1,5%% du PIB) et en procédant à une réduction drastique des dépenses publiques ou pour le moins à leur stabilisation s’agissant de la santé et des retraites. Certes, le FMI considère d’autre part une hausse des impôts comme inévitable ce qui est contraire aux principes d’une politique de l’offre, pourtant indispensable à une reprise vigoureuse.

L’existence de l’euro comme monnaie unique empêche les dévaluations et elle aura peut-être comme mérite de contraindre les États de l’Euroland à s’autodiscipliner. Pourtant, même en Allemagne, la classe politique européenne ne veut pas décrocher de la philosophie de l’État Providence, qui est à l’origine de tous les dérèglements des finances publiques au sein de l’Euroland. Comme les animaux malades de la peste, « ils ne mourraient pas tous, mais tous étaient atteints », mais c’est finalement sur « ce pelé, ce galeux d’où venaient tous leurs maux » dont l’on s’acharne.

Le masque que la Grèce a jeté indûment sur ses finances publiques permet de désigner et stigmatiser un bouc émissaire ; il sert aux autres États européens à masquer leurs propres problèmes. Il y a encore beaucoup de travail à faire pour convaincre les citoyens qu’ils ont intérêt à gérer leurs affaires, plutôt que de les laisser entre les mains des États dispendieux, dont les largesses sont incontrôlées.

Répondre à cet article