Laurent Wauquiez.

Il a du temps devant lui…

Samedi 11 juin 2011 // La France

Et ne manque pas de ruer dans les brancards.

Un parcours riche, d’enfant « bien né » au sein d’une famille d’industriels du Nord, anciennement liés aux industries textiles.

Bonnes études, ouverture d’esprit, parcours « classique » jalonné de succès, tel est celui de Laurent Wauquiez, en passe d’être le « mouton noir » de l’UMP…

Certes, « Louis- le- Grand », « Henri IV » permettent bien mieux de développer ses talents que le lycée Lénine de Saint-Denis ou le collège Léon Blum de Wingles. A qui la faute ? Pas la sienne. In fine, ne sort pas major de l’agrégation d’histoire qui veut ! Après son passage à Normale Sup, Laurent Wauquiez enchaînera par Sciences Po, un DEA de Droit public et se commettra toujours avec succès à l’ENA (promotion Mandela – 2001 -) en sortant premier …

Un stage à l’ambassade de France au Caire lui donnera quelque goût pour l’arabe littéral. Empreinte du catholicisme social cher aux bonnes familles du Nord de la France ? Il rencontrera Sœur Emmanuelle et donnera des cours de langue française au sein de son association. Fidèle aux usages tenus dans ces bonnes familles du Nord, il sera connu lors de son passage à l’ENA sous le nom de Wauquiez-Motte (sa mère née Motte).

Sorti major de l’ENA en 2001, écrivions-nous, en 2004 il sera le benjamin de l’Assemblée nationale après son élection dans la première circonscription de Haute-Loire. (62,8%).

En 2008, il enlève Le Puy-en-Velay à la « gauche ». A 32 ans il reçoit ses galons de « secrétaire d’Etat », porte-parole du second gouvernement Fillon en 2007, puis secrétaire d’Etat chargé de l’emploi auprès du Ministre de l’Economie, de l’Industrie et de l’Emploi, en 2008.

2010 ? Il est nommé ministre auprès de Madame le Ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères et européennes, Michèle Alliot-Marie. Il a en charge les Affaires européennes.

2011 ? Laurent Wauquiez ne manque jamais de ruer dans les consensus mous de l’UMP…

Pas de quoi être surpris.

N’oublions pas qu’en 2006 il publiait un livre, à l’allure de pamphlet au titre évocateur : « Un huron à l’Assemblée nationale », et qu’en 2008 il lançait son propre parti politique « Nouvel oxygène »…

De quoi nous aider à comprendre pourquoi Laurent Wauquiez, aux yeux de certains, ne manque pas d’air…

Planter ses flèches dans la « cocarde de la République française » n’est pas pour nous déplaire. Une critique,sans concession ni méchanceté, de notre système politique et de leurs « habitués » ne nous rebute pas. Mais il faut aller bien plus loin…

Encore un effort Monsieur Laurent Wauquiez…

Laurent Wauquiez ?

« Que l’Europe ait des racines chrétiennes, que le mouvement de christianisation ait joué un rôle majeur dans la construction européenne, qui peut contester ça ? […] Au nom de quoi aurais-je des complexes à assumer ce fait historique ? »
« Cet oubli est l’illustration d’une Europe qui n’assume pas ses racines chrétiennes et, ce faisant, se renie. On ne doit pas avoir honte de l’Europe des clochers, qui est constitutive de notre identité. Rien n’obligeait à évoquer les fêtes religieuses. Si on choisit de le faire, alors faisons-le jusqu’au bout. »

Tout en prenant le contre-pied de la majorité à laquelle il appartient : « Il n’y a pas de débat à avoir sur l’islam, il est évident que l’islam est conciliable avec la République. Il n’y a pas de place, non plus, pour un débat sur la laïcité, car la laïcité n’est pas en débat, c’est le socle du contrat républicain. Il y a, en revanche, un vrai débat à avoir sur l’intégration ».

Cherche-t-il ses « marques » ? L’avenir nous le dira.

Gageons que le « Huron » n’entend pas être le dernier des « Mohicans »…

Répondre à cet article