Cher(e)s ami(e)s internautes.

Merci pour votre fidélité ; les écrits quotidiens seront absents tout le mois de septembre. Vous pouvez cependant parcourir tous les dossiers créés depuis plus de 10 ans et qui figurent sur le site.

Dés le mois d’octobre il vous sera proposé un mensuel auquel vous pourrez participer en me faisant parvenir votre perception des affaires politiques, familiales, sportives ou autres.

Rien ne sera censuré, hormis des articles injurieux et calomnieux.

Je suis attaché aux valeurs chrétiennes, aux valeurs dites républicaines et à une monarchie parlementaire.

Vous pouvez nous contacter en cliquant sur ce lien >>

Entre Grande et petite histoire.

La tête de SM le Roi Henri IV authentifiée.

Les barbaries de la terreurs républicaine : Des Nazis avant l’heure.

Samedi 5 février 2011 // L’Histoire

En 1793, lors de la profanation de Saint-Denis, nécropole des Rois de France depuis les Mérovingiens, le corps du Roi Henri IV, momifié, avait été retrouvé presque intact à l’ouverture de son tombeau. Les révolutionnaires s’étaient acharnés sur le corps de ce roi et sa tête avait été détachée. Ce geste fit qu’elle ne subit pas le sort de l’ensemble des dépouilles qui, après avoir été profanées, furent toutes jetées pêle-mêle dans une fosse commune creusée dans les jardins de la basilique avant d’être remis, lors de la Restauration, dans un ossuaire où ils se trouvent toujours.

La tête momifiée de Henri IV avait été ramassée pour des raisons que l’on ignore mais que l’on peut prendre pour une ultime révérence au roi et le désir de le « sauver ». Nul ne sait qui eut ce geste même si des noms furent avancés. Cet humble héros de l’histoire reste inconnu comme beaucoup d’autres...

Ce n’est qu’en 1919 qu’une tête réapparut dans une salle des ventes publiques et fut acquise par un passionné d’histoire. Il ne put en faire reconnaître son authenticité qui, pour lui, était certaine au regard des travaux qu’il avait menés. Ses recherches portaient en particulier sur une superposition des faciès entre la momie et les portraits du roi.

Lorsque ce collectionneur mourut, la relique passa à sa sœur qui la vendit en 1955. Ce dernier propriétaire, retrouvé et sollicité par deux journalistes - Stéphane Gabet et Pierre Belet - intrigués par cette énigme, décida, à l’occasion du 4e centenaire de la mort du Roi (1610-2010), de faire en sorte que la précieuse relique retrouve sa place à Saint-Denis. Mais il restait à l’authentifier.

Sous le contrôle d’un comité scientifique présidé par l’historien académicien Jean- Pierre Babelon, le meilleur biographe de Henri IV, une équipe de 19 scientifiques français et européens, de toutes les disciplines, coordonnées par le Docteur Philippe Charlier, a travaillé plusieurs mois. Le verdict de la science est que la tête momifiée est bien celle du roi Henri IV. La nouvelle a été rendue officielle le 16 décembre et cela même si un doute subsiste dans la mesure où un test d’ADN n’a pas été possible et que certains témoignages historiques ont dû être écartés.

DES LEÇONS

Au-delà de l’anecdote, cette information amène à quelques réflexions. La première concerne la patience du chercheur. Entre l’achat de 1919 et l’authentification de 2010, il aura fallu presque un siècle. Ne pas perdre patience, rester fidèle à ses intuitions et convictions même si les choses paraissent impossibles. Combien y a-t-il encore, dans tous les domaines, de trésors cachés qu’à vue humaine on ne peut pas encore comprendre, qui vivra verra...

La vérité historique !

Les iconoclastes ont beau faire, ce que certains voudraient voir disparaître à tout jamais présente d’étonnantes forces de résistance. On l’a vu dernièrement pour Louis XVII dont le cœur a été retrouvé et authentifié ; on l’a vu, il y a quinze ans, en Russie avec les restes retrouvés de la famille impériale ; on l’a vu à Katyn pour faire éclater les vraies responsabilités du massacre de l’élite polonaise en 1940 par les soviétiques. Ainsi, la profanation de Saint-Denis n’aura pas pu faire disparaître entièrement les corps des souverains et encore moins le naturel respect et intérêt qu’ils suscitent. S’attaquer aux dépouilles ne suffit pas pour tirer un trait sur la geste royale de 1.000 ans. N’y a-t-il pas derrière cette authentification, ainsi, une leçon pour ceux qui veulent faire table rase du passé, pourtant si nécessaire pour donner de bonnes bases à. l’avenir.

Mais une troisième réflexion s’impose également. N’est-il pas symbolique que ce soit le chef du roi « le plus aimé des Français » qui soit retrouvé et authentifié. Depuis 1793 et l’autre décapitation, la vraie, celle de Louis XVI, les Français « ne s’aiment plus ». Il y a une face cachée de leur histoire que personne ne peut aborder sans passion. Il faut être d’un camp ou de l’autre, car un lien sacré a été rompu entre un peuple et ceux qui le gouvernent. La plaie — l’actualité nous le montre en permanence — n’a jamais pu se refermer. Alors ne peut-on pas voir aussi dans cette découverte, le moyen de renouer avec l’Histoire. Et si nous faisions la paix avec le passé et avec nos dirigeants !

Les années qui s’ouvrent nous font entrer dans une nouvelle ère historique qui s’écrit en termes de mondialisation, de mégalopoles, de nouveaux modes de communication, de liens sociaux à refonder, de distorsions entre science et conscience, il faut en finir avec la Révolution ! Les Français méritent mieux pour aborder le nouvel avenir. Pour garder toutes leurs chances dans le monde de demain il faut qu’ils soient unis et solidaires, qu’ils sachent se positionner par rapport à leur passé et le regarder avec objectivité.

La tête retrouvée du ROI, de se Souverain bien aimé : Henri IV n’est-elle pas le moyen d’une réconciliation nationale à l’image de celle que le roi opéra à son avènement !

A noter que Stéphane Gabet et Pierre Belet, les deux journalistes documentaristes, ont filmé l’intégralité de leur aventure. La recherche et l’authentification font l’objet d’un film documentaire qui sera diffusé au mois de janvier 2011 sur France Télévisions (Arte) sous le titre : « Le mystère de la tête d’Henri IV ».

Répondre à cet article