Cher(e)s ami(e)s internautes.

Merci pour votre fidélité ; les écrits quotidiens seront absents tout le mois de septembre. Vous pouvez cependant parcourir tous les dossiers créés depuis plus de 10 ans et qui figurent sur le site.

Dés le mois d’octobre il vous sera proposé un mensuel auquel vous pourrez participer en me faisant parvenir votre perception des affaires politiques, familiales, sportives ou autres.

Rien ne sera censuré, hormis des articles injurieux et calomnieux.

Je suis attaché aux valeurs chrétiennes, aux valeurs dites républicaines et à une monarchie parlementaire.

Vous pouvez nous contacter en cliquant sur ce lien >>

La petite Brésilienne, violée et avortée.

Mercredi 1er avril 2009 // Le Monde

Le calvaire d’une petite fille de 9 ans – comme on en déplore tant dans le monde – a fait irruption dans le débat ecclésial et hexagonal sur l’avortement. Ce cas exceptionnel, pour ne pas dire inimaginable, suscite émotions et troubles de conscience. On est obligé d’en parler…

Victime d’un compagnon de sa mère depuis 4 années, la petite fille endurait (comme sa sœur aînée handicapée) des viols à répétition. On la découvre enceinte de plus de 3 mois. De jumeaux  ! On la dit chétive, à cause de la malnutrition. Elle mesure 1 m 33 et pèse 36 kg. Que dire du tortionnaire pédophile dont on peut supposer la misère morale ? Comment ne pas penser à Mère Teresa, envoyée par son appel « dans les taudis des pauvres, où ils pèchent atrocement ». L’histoire est à couper le souffle. Son issue, dramatique, imposerait soit l’engagement au service des plus démunis, soit le silence.

Or, justement, voilà qu’elle devient emblématique d’un débat qui secoue le Brésil et dont l’écho soudain envahit la planète, jusqu’à jeter le trouble chez de nombreux fidèles catholiques. Le mot « excommunication » prononcé à l’endroit des médecins qui ont pratiqué l’avortement et de la mère de la petite fille sonne comme une injustice. Déjà incompréhensible sans le regard de la foi et de la miséricorde, il semble fonctionner, dans le cas d’espèce, comme un boomerang fragilisant le message de l’Église au service de la vie. Si ce qu’on dit est vrai – mais qui a accès au dossier médical.? – La poursuite de la grossesse gémellaire chez une petite fille à peine pubère dont le viol à répétition aurait provoqué la fécondité précoce mettait sa santé voire sa vie en danger. Tandis qu’on recherche, en vain, un texte de la doctrine catholique qui envisage explicitement pareille situation – mais les textes ne peuvent tout envisager – le cœur est saisi d’effroi à l’idée qu’une enfant doive endurer une grossesse gémellaire à cet âge, ne pouvant vraisemblablement aboutir, en l’absence d’une intervention médico-chirurgicale, qu’à un avortement spontané dramatique en cours de grossesse ou à la mort probable de la mère en couches, et ce par la faute d’un beau-père violeur.

Dans la Charte des personnels de santé édictée en 1995 par le Conseil pontifical pour la pastorale des services de la santé, il est précisé, à l’article 141, que « en certains cas, en refusant l’avortement, on porte préjudice à des biens importants qu’il est normal de vouloir sauvegarder ». Le texte évoque notamment « le cas de la santé de la mère » et celui « d’une grossesse dont l’origine est le viol ». Sans « méconnaître ou minimiser ces difficultés et les raisons qui les sous-tendent », il confirme que « la vie, en fait, est un bien trop fondamental pour être mis en comparaison avec certains inconvénients même graves ».

L’Église a reconnu à ce titre l’exemplarité d’une femme, sainte Gianna Beretta-Molla. Opérée d’un fibrome dans l’utérus, elle a demandé explicitement que l’on sauve son quatrième enfant avant de mourir quelques jours après la naissance, en 1962. Mais cette mère héroïque n’était pas moralement contrainte au choix auquel elle s’est sentie librement appelée. Contrairement à certaines idées reçues, l’Église n’exige pas qu’une femme enceinte sacrifie sa vie pour conduire une grossesse à son terme. L’article 142 de la même charte évoque en effet certaines situations particulières « quand l’avortement s’ensuit, comme conséquence prévue, mais non convenue et non voulue, simplement tolérée, d’un acte thérapeutique inévitable pour la santé de la mère, celui-ci est moralement légitime. » Ce type de disposition s’applique-t-il au cas d’espèce  ? À première vue, non. L’avortement pratiqué par les médecins sur la petite fille violée ne semble pas la conséquence d’un acte thérapeutique inévitable pour sa santé mais l’acte lui-même. Il est, à ce stade, nécessaire de préciser la définition de l’avortement tel que la rappelle l’Encyclique l’Évangile de la vie  : « meurtre délibéré et direct, quelle que soit la façon dont il est effectué, d’un être humain dans la phase initiale de son existence, située entre la conception et la naissance » (art. 58).

Cependant, certains vont répondre à cette définition que, dans le cas de la petite fille de 9 ans, la mort des jumeaux n’était pas voulue en elle-même, mais devait être considérée comme la conséquence d’une décision médicale thérapeutique. Il s’agissait de mettre fin à un développement fœtal incompatible avec un accouchement par les voies naturelles, et qui mettait en jeu la vie de la mère sur tous les plans, cardiaque, rénal, hépatique, nutritionnel, métabolique et endocrinien. Il s’agirait donc ici non pas d’un « avortement délibéré », criminel, mais d’un « arrêt thérapeutique de la grossesse », exceptionnellement légitime. La mort des jumeaux ne serait en définitive que la conséquence inévitable du crime commis par leur géniteur.

Ce raisonnement casuistique permettrait de dédouaner les médecins. Il ne convainc pas vraiment si les médecins avaient d’autres moyens de sauvegarder la santé et la vie de la petite fille. En restant à un niveau médical de froide logique, en ignorant les circonstances extrêmes, humaines et sociales dans lesquelles se déroulait le drame de cette grossesse d’origine criminelle, et en ne prenant pas en compte le coût physique voire économique d’une telle opération, on peut effectivement s’interroger sur la possibilité d’une délivrance très précoce par césarienne. Celle-ci aurait-elle pu être tentée dans ce cas, sauvant la mère, et sauvegardant, ne fût-ce qu’un moment, l’existence des enfants  ? Est-ce cela que le père de la petite fille (à ne pas confondre avec le beau-père violeur) demandait  ?

Quoi qu’il en soit de la justesse de la décision médicale – et nous ne nous sentons pas le droit de la juger, en l’absence d’un minimum d’information spécifique – on n’en reste pas moins perplexe devant ce cas, ne fût-ce que par l’argumentation émotionnelle facile qu’il procure à ceux qui veulent que s’effondre l’interdit du meurtre… De « cas limite » en « cas limite », la situation française n’a-t-elle pas connu une banalisation quantitative de l’IVG  ?

Les réflexions qui précèdent peuvent choquer lorsqu’on prend la mesure de ce qu’a enduré de sordide la première victime du drame, si nous laissons nos cœurs parler. Mais la confusion voire le traumatisme que la médiatisation du cas provoque chez les catholiques rend peut-être ces réflexions nécessaires. Pour beaucoup, la question est  : peut-on manifester un attachement absolu au respect de la vie (et donc une opposition à tout avortement) sans contester l’attitude des médecins et de la mère de la petite fille enceinte  ? La réponse dépend surtout de l’intention de ceux qui l’ont avortée et, notamment du risque que sa grossesse lui faisait encourir.

Les révélations qui commencent à poindre sur la façon dont le drame s’est dénoué laissent à penser que la petite fille et sa maman, analphabètes, ont pu être manipulées.

Quant à l’excommunication – quelles que soient, dans le cas brésilien, sa pertinence et la pertinence de son mode de communication – il faut souligner ce qu’en dit l’article 145 de la même Charte  : elle est motivée par « la gravité du péché d’avortement et la facilité avec lequel on l’accomplit, sous le couvert de la loi et de la mentalité courante ». Elle « a une signification essentiellement préventive et pédagogique » qui vise à « secouer l’insensibilité des consciences ». On voit mal, dans le cas d’espèce, sa valeur pédagogique.

En France, où l’anesthésie des consciences se double de profondes souffrances personnelles et sociales liées à l’avortement, il y aurait fort à faire pour expliciter que l’excommunication est pour l’Église « un constat » lorsqu’il y a objectivement une faute grave, afin que, sur le lieu de cette faute, la miséricorde infinie de Dieu soit appelée et accueillie. C’est donc en principe un « service » rendu à son destinataire. Car aux yeux de l’Église « rien n’est perdu ». C’est ce que dit Jean-Paul II dans l’Évangile de la vie aux femmes ayant avorté. Il les invite à s’ouvrir au « Père de toute miséricorde ». N’est-ce pas de ce message-là que tant de femmes – et être - à eux, on peut légitimement craindre que les médecins n’aient sauté sur l’occasion, par facilité si ce n’est pour d’autres raisons, de pratiquer un avortement. Face à cela, il faut considérer le rôle salutaire de la décision de l’archevêque qui veut rappeler "aux autres" que ce n’est pas si simple que cela et que c’est un crime si le maximum (humain) de prudence n’est pris pour s’éloigner de la facilité. N’oublions pas qu’il y a aujourd’hui des petits coeurs qui battent et aiment déjà leur maman "de l’intérieur" sans savoir qu’il ne leur restent plus que quelques heures à vivre ! Si la mort et la souffrance sont attachées à la condition humaine depuis un certain premier couple, combien plus sont odieuses ces morts et ces souffrances silencieuses des plus petits d’entre nous.

 

La petite Brésilienne, violée et avortée

15 mars 12:27, par Juliette

Je suis croyante. Mais je suis aussi une jeune fille. Comment est-ce possible qu’au XXIeme siècle, une situation telle que celle-là puisse être tolérée ? Comment peut-on excommunier une petite fille de neuf ans qui a été forcée d’avoir des rapports sexuels ? Peut-on s’imaginer mère à neuf ans ? Peut-on obliger cette jeune fille à prendre beaucoup de risques, simplement pour sauver une cellule ? Comment peut-on être humain, et je dis cela surtout aux femmes,pour écrire que cette jeune fille n’aurait pas dû faire cela ? Les réactions des évêques face à un acte aussi pitoyable (le viol et non l’avortement), me laisse de sérieux doutes quant au fonctionnement de l’Eglise à notre époque. Je suis heureuse d’être croyante, de pouvoir me racrocher à quelque chose car s’il fallait croire en l’humanité il y aurait bien longtemps que j’aurai été déçue.

 

La petite Brésilienne, violée et avortée

14 mars 17:26, par Catoneo

Je crois qu’on cherche midi à 14h mais ça rassure le casuiste épilé. Une gamine de 9 ans et 36kg, même un obstétricien de brousse vous dira que ça ne le fait pas. Mgr Sobrinho qui n’a pas de diplôme d’accoucheur aurait mieux fait de s’en tenir à la position de l’évêque de Lausanne : « Il y a des fois où il faut se taire. C’est tout. Ne rien dire. Bien sûr cela reste grave des choses comme cela, mais il y a un moment où il y a la loi et où il y a l’application de la loi. C’est ce qu’on appelle l’épiquie » (Mgr Genoud)

 

Seigneur Miséricordieux, Prends pitié de nous !

14 mars 15:06

Je ne ferai qu’un seul commentaire sur cet article : « affligeant » !

Je remercie les évêques français qui ont exprimé publiquement et clairement leur désapprobation de cette « excommunication automatique » !

Le visage de Jésus c’est la Miséricorde ! c’est le seul visage de l’Eglise que j’aime. Quant aux « prêtres », aux « scribes », et aux « Pharisiens » qui prétendent s’appuyer sur « les lois » pour manifester au Monde,

l’Amour et la Miséricorde Divine ; pour eux, il n’y a qu’une chose que nous puissions faire : Prier pour que Le Seigneur change leur cœur de pierre, en un cœur de chair !

Seigneur, Prends pitié de nous ! Dieu nous bénisse !

Michel Joblot.

 

Selon La Croix, "les évêques brésiliens nient l’excommunication"

13 mars 23:57, par admin

Les évêques brésiliens nient l’excommunication La Conférence nationale des évêques du Brésil (CNBB) a désavoué l’archevêque de Recife qui a excommunié la mère d’une enfant de 9 ans ayant avorté de jumeaux à la suite d’un viol, ainsi que toute l’équipe médicale, et a nié l’excommunication

Après l’avortement réalisé la semaine dernière dans un hôpital de Recife (nord-est du Brésil), l’archevêque José Cardoso Sobrinho avait argué qu’aux yeux de l’Eglise catholique l’avortement était un "crime" et que la loi de Dieu était "au-dessus" de celle des hommes pour justifier l’excommunication. Néanmoins, pour le secrétaire général de la CNBB, Mgr Dimas Lara Barbosa, la mère de l’enfant a agi "sous la pression des médecins et dans le seul but de sauver la vie de sa fille" et c’est pourquoi elle ne peut être excommuniée.

"Il faut tenir compte des circonstances", a souligné Mgr Barbosa. Pour les médecins, "seuls seront excommuniés ceux qui pratiquent l’avortement systématiquement", a ajouté Mgr Barbosa lors d’une conférence de presse. "Mgr Sobrinho n’a excommunié personne" Au Vatican, le cardinal Giovanni Battista Re, préfet de la congrégation pour les évêques avait justifié quant à lui l’excommunication de la mère et de tout le corps médical, en affirmant que les jumeaux que la fillette portait "avaient le droit de vivre", dans un entretien samedi dernier au quotidien La Stampa.

Dans une tentative de minimiser les déclarations de l’archevêque de Recife qui avait été jusqu’à dire que l’avortement était "pire" que le viol, le président de la CNBB, Mgr Geraldo Lyra Rocha, a déclaré que les propos de son collègue avaient été mal interprétés. "Mgr Sobrinho n’a excommunié personne. Il a agi en fonction de sa propre sensibilité. Je suis sûr qu’il ne voulait blesser personne mais attirer l’attention sur une certaine permissivité" en ce qui concerne l’avortement.

L’interruption volontaire de grossesse est toujours interdite au Brésil, sauf en cas de viol ou de danger pour la vie de la mère. Cela n’empêche pas un million de femmes d’avorter clandestinement, lors d’opérations qui coûtent la vie à des milliers d’entre elles chaque année, selon les autorités.

Répondre à cet article