Cher(e)s ami(e)s internautes.

Merci pour votre fidélité ; les écrits quotidiens seront absents tout le mois de septembre. Vous pouvez cependant parcourir tous les dossiers créés depuis plus de 10 ans et qui figurent sur le site.

Dés le mois d’octobre il vous sera proposé un mensuel auquel vous pourrez participer en me faisant parvenir votre perception des affaires politiques, familiales, sportives ou autres.

Rien ne sera censuré, hormis des articles injurieux et calomnieux.

Je suis attaché aux valeurs chrétiennes, aux valeurs dites républicaines et à une monarchie parlementaire.

Vous pouvez nous contacter en cliquant sur ce lien >>

La paille et la poutre de Poivre d’Arvor.

Dimanche 24 août 2008 // La France

Où l’on vérifie que le départ d’un présentateur de la télévision et la sortie d’un disque de variétés a mille fois plus de retentissement médiatique que la crise économique et financière.

Un bon truc pour mesurer, à la louche, l’impact médiatique d’un événement : vous notez sur votre moteur de recherches combien d’articles lui ont été consacrés, Après vous pouvez faire des tas de comparaisons rigolotes ou consternantes.

Tenez, par exemple, savez-vous combien d’articles avaient été consacrés au départ (ou à l’éviction) de celui qu’on appelle l’icône de TFI ; Eh bien je vais vous le dire à la mi-juin, 1 800 articles avaient été rédigés sur le pauvre Patrick et sur celle qui va prendre sa place, la désormais célèbre Laurence Ferrari.

Et savez-vous combien d’articles annonçaient le grand événement du mois de juillet la sortie du disque d’une chanteuse Italienne mariée à Nicolas Sarkozy ? Une centaine, généralement à la gloire de Caria Bruni.

Mais je parie que vous ne serez pas étonnés d’apprendre qu’un avertissement fâcheux donné par l’ennuyeuse Coface, qui s’occupe d’assurance-crédit, n’a été commenté dans la presse écrite que 25 fois. J’y ajoute 15 secondes happées par hasard sur une chaîne de télévision. De quoi s’agit-il ? Une paille : la Coface note que les incidents de paiement ont augmenté de 45 % sur les quatre premiers mois de l’année et y voit « l’indice du début d’une crise du crédit » due à la baisse de la demande américaine, à la raréfaction de l’offre de crédit bancaire, à la hausse du prix des matières premières et de l’énergie et à la dévaluation du dollar.

Voilà qui devrait inciter les journalistes à se précipiter chez madame Lagarde pour lui demander quel plan anti-crise son ministère va mettre en oeuvre. Mais les grands journalistes ont des soucis moins terre-à-terre et Christine Lagarde nage dans le bonheur depuis la publication de bons chiffres du chômage pour le premier trimestre de cette année. Le ministre de l’Économie ne songe pas à se demander par quel miracle le chômage baisse alors que l’activité économique ralentit, et ne veut surtout pas savoir que la démographie (nombreux départs en retraite) y est pour quelque chose, le décompte minimaliste des chômeurs faisant le reste.

Tandis que Le Point concentrait toute notre attention sur Caria Bruni, tandis que Le Nouvel observateur s’intéressait gravement à la remontée de Nicolas Sarkozy dans les sondages (avec photo en Une de Monsieur en compagnie de Madame), les mauvaises nouvelles s’accumulaient dans les pages intérieures.

La crise financière a déjà coûté 13,6 milliards d’euros aux banques françaises et ce chiffre est provisoire. Quelles conséquences le gouvernement tirera-t-il des erreurs et des fautes des banques.

La crise immobilière commence à frapper la France le ministère de l’Équipement annonce que les ventes de logements neufs ont baissé de près de 28 % au premier trimestre 2008 et la situation n’est pas moins préoccupante dans l’ancien. Les capacités d’investissement et de consommation des ménages sont au plus bas, et les conditions d’emprunt se sont durcies en raison de la crise financière. C’est tout le secteur du bâtiment qui va être durement touché, en 2008 et en 2009.

La situation est pire en Grande-Bretagne baisse des prix, durcissement des conditions d’emprunt, baisse des ventes, En raison des conditions de financement des achats immobiliers (on est propriétaire de son bien quand on l’a intégralement payé) 45 000 ménages anglais devront abandonner leur maison cette année, soit deux fois plus qu’en 2007.

La crise immobilière frappe aussi l’Espagne, selon le scénario écrit depuis six mois dans ce secteur, le nombre de chômeurs a augmenté de 63 % en un an et les banques espagnoles (allemandes aussi) seront durement touchées par la forte baisse des ventes. La croissance ne dépassera pas 2 % et le chômage a augmenté de 20 % en douze mois.

Heureusement que Nicolas Sarkozy va prendre la présidence de l’union européenne, sous le regard bienveillant de Laurence Ferrari.

Répondre à cet article