Cher(e)s ami(e)s internautes.

Merci pour votre fidélité ; les écrits quotidiens seront absents tout le mois de septembre. Vous pouvez cependant parcourir tous les dossiers créés depuis plus de 10 ans et qui figurent sur le site.

Dés le mois d’octobre il vous sera proposé un mensuel auquel vous pourrez participer en me faisant parvenir votre perception des affaires politiques, familiales, sportives ou autres.

Rien ne sera censuré, hormis des articles injurieux et calomnieux.

Je suis attaché aux valeurs chrétiennes, aux valeurs dites républicaines et à une monarchie parlementaire.

Vous pouvez nous contacter en cliquant sur ce lien >>

La légion étrangère.

Nos temps sont difficiles…

Mardi 28 décembre 2010 // L’Histoire

Hommage à la 13e Demi-brigade de la légion étrangère ! 

Contre toute attente…

Tourner une page d’histoire ?

A inscrire au tableau de Monsieur Alain Jupé…

Injure est faite aux bâtisseurs ! La 13 quitte Djibouti…

Un bien sombre signal…

Simon de Quoisiry, le 15 décembre 2010

Ordre du jour du colonel Cyrille YOUCHTCHENKO 44ème chef de corps de la 13ème DBLE

Officiers, sous-officiers, caporaux-chefs, brigadiers-chefs, caporaux, brigadiers, clairons, trompettes et légionnaires de la 13ème demi brigade de légion étrangère.

Il y a quatre mois, je prenais le commandement du régiment, plein de confiance et fier de disposer d’un formidable outil de combat bâti pendant 70 ans par 43 chefs de corps. Aujourd’hui, contre toute attente, la 13ème demi brigade de légion étrangère va quitter la terre africaine. Au-delà du régiment, c’est toute la légion étrangère qui est touchée. La légion étrangère a été créée pour combattre et bâtir "hors du territoire continental du royaume". Depuis 1831, la légion est en Afrique, pour l’Afrique. Après 180 années de présence ininterrompue, de guerres où tant des nôtres ont péri, de régions pacifiées, de routes construites, de villes bâties, de peuples aimés, d’âmes laissées, la légion va quitter l’Afrique pour la première fois de son histoire. La 13 quittera la dernière cette terre africaine tout comme elle fut la dernière à quitter l’Indochine. La 13 a l’habitude de tourner des pages d’Histoire.

Au-delà de l’amertume légitime, de ce sentiment d’injustice qui vous est difficilement supportable à vous légionnaires, de la remise en question de votre projet de vie professionnel et familial, il nous faut faire face avec la même force, le même courage dont ont fait preuve nos anciens lorsqu’ils ont quitté la terre d’Algérie. Demain nous relèverons un nouveau défi. Notre destination, sera bientôt connue. De troupe de montagne, la 13 s’est transformée en troupe du désert puis en unité blindée motorisée. En 2011, elle s’adaptera de nouveau, construira un nouveau quartier, marquera de façon indélébile sa nouvelle terre d’accueil et transcendera la mission reçue tout comme elle l’a fait ici, à Djibouti.

Nous allons préparer résolument notre départ. Nous le préparerons dans l’intimité, avec dignité, entre nous, avec émotion et panache, comme nous savons le faire. Pour l’heure, fiers de nos propres valeurs comme la discipline qui est notre force, avec Honneur et Fidélité comme c’est écrit en lettres d’or sur les drapeaux de la légion, nous remplirons toutes les missions planifiées jusqu’à Camerone : consolider la compagnie de maintenance qui restera ici, accueillir l’IHEDN, organiser la 28ème et dernière course du Grand Barra que nous courrons tous groupés, participer à la formation des lieutenants des écoles d’armes, recevoir le groupe aéronaval, former un bataillon Ougandais et les parachutistes du Qatar et in fine réaliser au Nord d’Obock un chantier comparable à celui de Foum Zabel, fidèles à la tradition des légionnaires bâtisseurs. Dès que les festivités du dernier Camerone d’un régiment de légion en Afrique seront achevées, alors nous partirons.

Depuis près d’un demi-siècle, la 13 c’était Djibouti. Elle a construit des quartiers et des villes. Dikhil, Obock, Ali Sabieh et Oueah ont été façonnées par la 13.

Durant presque deux mois la section travaux de la compagnie d’appui, en mission de quatre mois au sein de la 13°DBLE a réalisé deux chantiers majeurs ACM à Ali Sabieh.

Durant presque deux mois la section travaux de la 13ème demi-brigade de Légion étrangère a réalisé deux chantiers majeurs ACM à Ali Sabieh. Prouvant une nouvelle fois sa capacité à oeuvrer dans des conditions extrêmes, la section de l’adjudant LARSON a réalisé simultanément une piste d’aviation de 900 mètres de long et de 30 mètres de large, et une déchetterie au profit de l’agglomération. Ce dernier chantier a consisté à creuser trois fosses de plus de 2,5m de profondeur sur 35m de longueur et 20m de largeur.

Au terme de plus de huit semaines d’efforts, travaillant plus de 12 heures par jour, les légionnaires pouvaient être fiers du travail accompli dans la plus pure tradition des sapeurs bâtisseurs. Le général COMFOR et les autorités djiboutiennes présentes ont pu apprécier lors de l’inauguration le 24 mai la qualité des travaux effectués au profit de la population du pays. http://13dble.legion-etrangere.com/modules/info_liste.php?page=24

Les stèles et les grenades à sept flammes qui jalonnent le territoire Djiboutien montrent à quel point les légionnaires ont aimé ce territoire et ses habitants. Ces traces ne pourront être effacées ni par la mémoire des hommes ni par le temps. Seule la tectonique des plaques pourra faire oublier qu’un jour de 1962, les légionnaires ont pris pied sur la côte française des Somalis.

J’ai une pensée pour mes 43 prédécesseurs, pour les 3983 légionnaires de la 13 qui ont donné leur vie pour la France de Narvik à l’Algérie, pour les lieutenants-colonels Amilakvari.

Les Sadguinidzé, titrés « Amilakvari », qui avait la charge héréditaire de commander la cavalerie cosaque du Caucase…


Dimitri Amilakvari à El Tahag, le 10 août 1942

Le 24 octobre 1942, il sera foudroyé par un éclat d’obus en pleine tempe. Ainsi disparaît un des plus prestigieux officiers de la Légion étrangère, à la veille de la bataille décisive d’El-Alamein.
Compagnon de la Libération, le lieutenant-colonel prince Amilakvari est inhumé dans les sables du désert, entouré de ses légionnaires, qui le suivaient avec « honneur et fidélité » depuis les fjords de Norvège
http://www.histoiredumonde.net/article.php3?id_article=1943


Gabriel Brunet de Sairigné

Il part comme lieutenant avec la 13e Demi-brigade de Légion étrangère (13e DBLE) pour la Norvège en 1940…

Lire…
http://www.ordredelaliberation.fr/fr_compagnon/160.html

Lieutenant-Colonel Jules GAUCHER (49 ans) 13eme DBLE

L’honneur de « Béatrice »…

Lire… http://www.soldatsdefrance.fr/13-03-54-Lieutenant-Colonel-Jules-GAUCHER-49-ans-13eme-DBLE_a574.html

Brunet de Sairigné et Gaucher morts au combat, pour nos 96 compagnons de la libération, pour les légionnaires de la 13 morts avec leurs frères d’armes de la Marine dans le Day, ceux du 2ème REP morts avec leurs frères d’armes de l’armée de l’air au Mont Garbi et ceux du 2ème REI morts avec leurs frères d’armes de L’ALAT à Hol-Hol. Pour eux, pour nous et pour tous ceux qui nous succèderons nous franchirons avec dignité cette nouvelle épreuve. Je serai avec vous, au milieu de vous pour ce nouveau combat.

MORE MAJORUM
Selon la mémoire des Anciens

Site :
13° Demi-brigade de Légion étrangère http://13dble.legion-etrangere.com/

Répondre à cet article