Cher(e)s ami(e)s internautes.

Merci pour votre fidélité ; les écrits quotidiens seront absents tout le mois de septembre. Vous pouvez cependant parcourir tous les dossiers créés depuis plus de 10 ans et qui figurent sur le site.

Dés le mois d’octobre il vous sera proposé un mensuel auquel vous pourrez participer en me faisant parvenir votre perception des affaires politiques, familiales, sportives ou autres.

Rien ne sera censuré, hormis des articles injurieux et calomnieux.

Je suis attaché aux valeurs chrétiennes, aux valeurs dites républicaines et à une monarchie parlementaire.

Vous pouvez nous contacter en cliquant sur ce lien >>

AFRIQUE DU SUD

L’extrême droite poursuit son rêve.

Samedi 11 septembre 2010, par Alexandra Lucas Coelho // L’Afrique

L’extrême droite poursuit son rêve. André Visagie a succédé à Eugène Terre’Blanche, assassiné en avril dernier, à la tête de l’AWB, le mouvement de résistance afrikaner. Son programme : créer un État indépendant pour les fermiers blancs.

Seize ans après les premières élections démocratiques, 85 % des terres arables du pays appartiennent toujours aux Blancs. C’est le cas notamment dans la province du Transvaal, une des régions dominées par les Afrikaners. C’est pour échapper aux Anglais que nombre d’entre eux s’y établirent au XIX° siècle. Ils cultivèrent la terre et on les appela les Boers, "paysans" en néerlandais.

Dans le village de Ventersdorp, où habitait Eugène Terre’Blanche, le leader de l’extrême droite sud-africaine jusqu’à son assassinat, le 3 avril dernier, il y a une église, des magasins, une station-essence et des vaches. On pourrait se croire dans le Kansas, mais avec deux différences : les panneaux sont en afrikaans et on ne voit que des Noirs et des métis dans les rues. Au siège du Mouvement de résistance afrikaner (AWB), des bergers allemands entourent André Visagie, le nouveau leader. « Ce sont les chiens de M. Terre’Blanche, ils ne sont pas méchants », assure cet homme de 56 ans avec un léger sourire. En plus des chiens, il y a trois types armés, le visage fermé.

IL MEURT DOUZE FOIS PLUS DE NOIRS QUE DE BLANCS.

Son bureau est orné de portraits anciens. Sur l’un d’eux, on peut voir une immense toile représentant un aigle tenant dans ses serres le symbole de l’AWB : un svastika noir. André Visagie commente la galerie : Ici, ce sont des généraux de la guerre anglo-boer. Là, c’est M. Terre’Blanche à cheval... Mon nom, André Visagie, signifie « visage blanc, ou visage propre ! »

Il pousse deux chaises et nous nous asseyons. Le fauteuil du leader mort reste vide. La situation est tendue, explique André Visagie. Notre communauté est furieuse. Désormais, le peuple boer afrikaner réclame son indépendance, car il ne bénéficie pas de la protection du gouvernement alors qu’il y a un génocide. Depuis 1994, plus de 3 000 fermiers ont été assassinés par des Noirs. Et plus de 50 000 Blancs des villes ont été assassinés par des Noirs.

Selon les statistiques, depuis la fin de l’apartheid [officiellement aboli en 1991], 650 000 personnes ont été tuées, dont 53 000 Blancs. On peut donc, considérer qu’en Afrique du Sud il meurt douze fois plus de Noirs que de Blancs... Mais les fermiers blancs ont été particulièrement touchés. Pour expliquer la situation, les syndicats agricoles mettent en avant des problèmes sociaux : les Noirs continuent d’être maltraités et sous-payés.

Les deux hommes qui ont tué Eugène Terre’Blanche en avril travaillaient dans sa ferme. L’un, âgé de 28 ans, était venu du Zimbabwe. L’autre, 15 ans, est originaire de la township voisine. Selon l’avocat de ce dernier, qui plaide la légitime défense, il gardait son troupeau de 5 heures du matin à 7 heures du soir pour 50 euros par mois, une portion de nourriture et de quoi dormir à l’étable.

André Visagie est un homme empli de certitudes. Eugène Terre’Blanche a été assassiné pour raisons politiques, parce qu’il avait la capacité d’unir les Boers, assène-t-il. Quand on lui rappelle que l’AWB est minoritaire chez les Boers, le nouveau leader répond : Ily avait 20 000 personnes à l’enterrement d’Eugène Terre’Blanche, et elles venaient de tout le pays...

Les reportages évoquent "quelques milliers" de personnes. Et la majorité, étaient des fermiers qui ne faisaient pas partie de l’AWB. Les fermes vont être envahies, affirme André Visagie. Et nous disons aux gens qu’il faudra se défendre quand ils seront attaqués par les Noirs. Un million de personnes de la nation boer ont déjà fui pour échapper à ce génocide... La fin de l’apartheid a assurément généré la peur dans la communauté blanche. Sur les 4,4 millions de Blancs d’Afrique du Sud, 800 000 ont quitté le pays. Mais, contrairement à ce que nombre d’entre eux craignaient, la nouvelle donne n’a pas vraiment modifié les réalités sociales. Le pouvoir d’achat des Noirs a certes progressé de 37,5 %, mais celui des Blancs a augmenté de 83,5 %.

Malgré les programmes de discrimination positive, les Blancs gagnent aujourd’hui sept fois plus que les Noirs. Le gouvernement souhaite que d’ici à 2014 un tiers de la surface agricole devienne la propriété des Noirs, mais pour l’instant seulement 2 % des terres leur a été attribué.

On est en guerre. Une guerre que la police ne contrôle plus, et donc nous devons nous protéger. On est tous armés assure André Visagie. J’ai mes armes et ma femme a les siennes... Ma fille de 13 ans tire mieux que moi ! Nous avions neuf Républiques boers, et nous voulons l’indépendance ! Nous ne sommes pas prêts à être dissous dans cette nouvelle Afrique du Sud. On a notre religion, notre culture, notre langue. L’apartheid, c’était juste la séparation de nations différentes. Les frontières permettent la paix. D’ailleurs, nous allons nous tourner vers le gouvernement et réclamer notre terre. Ensuite, nous nous adresserons au tribunal de La Haye, à l’ONU. D’ici là, on n’a pas d’autre solution que d’entraîner militairement nos hommes. Je ne vous dirai pas combien ils sont, mais ils se préparent dans tout le pays.

NOUS NE RECONNAISSONS PAS LE NOUVEL HYMNE NATIONAL.

La tombe d’Eugène Terre’Blanche est située à 15 kilomètres de Ventersdorp. André Visagie et ses trois gardes du corps m’accompagnent en voiture. Nous sortons de la route goudronnée pour emprunter un chemin de terre. Aucun panneau de signalisation. Il y a du maïs d’un côté, de l’herbe de l’autre. A la fin du trajet, pour tout paysage on trouve quelques arbres et de la brousse. La famille Terre’Blanche repose ici depuis` le XIX° siècle. La tombe de l’ancien leader de l’AWB est recouverte de fleurs emballés dans des feuilles de plastique. Les fleurs pourrissant, de loin on croirait des déchets. La tombe est ornée d’une croix de bois avec des mots en afrikaans. "Notre héros repose en paix", traduit André Visagie.

"Cette maison est vide", dit-il en pointant du doigt sa ferme. Et son bétail a été vendu. Puis il contemple la sépulture, où l’on peut voir le symbole de l’AWB, le svastika à trois branches. Elle représente trois 7, qui symbolisent la sainte Trinité, explique-t-il. C’est le nombre parfait, en contraste avec le 666 de Satan... Le svastika nazi est comme ça... Le leader prend alors un morceau de bois et tente de la dessiner sur la terre, mais il se trompe. Puis il y parvient. Le cercle rouge, autour, représente le sang du Christ, qui nous purifie, déclare-t-il. Notre organisation, est enracinée dans la religion. Le leader mondial que nous admirons le plus est Eugène Terre’Blanche. Mandela, a été libéré alors qu’il accomplissait sa peine pour s’être attaqué à des gens innocents. Il a sans doute été bon pour son peuple, mais pas pour nous. Nous ne reconnaissons pas le nouveau drapeau et le nouvel hymne de l’Afrique du Sud. Ça nous est égal de les avoir comme voisins. S’ils veulent avoir un taux de criminalité unique au monde, peu importe ! Nous voulons notre nation.

Répondre à cet article