Cher(e)s ami(e)s internautes.

Merci pour votre fidélité ; les écrits quotidiens seront absents tout le mois de septembre. Vous pouvez cependant parcourir tous les dossiers créés depuis plus de 10 ans et qui figurent sur le site.

Dés le mois d’octobre il vous sera proposé un mensuel auquel vous pourrez participer en me faisant parvenir votre perception des affaires politiques, familiales, sportives ou autres.

Rien ne sera censuré, hormis des articles injurieux et calomnieux.

Je suis attaché aux valeurs chrétiennes, aux valeurs dites républicaines et à une monarchie parlementaire.

Vous pouvez nous contacter en cliquant sur ce lien >>

L’Union pour un Mouvement Populaire nous communique !

LES 15 MENSONGES DE FRANCOIS HOLLANDE.

Jeudi 12 janvier 2012 // La France

Le PS vient de sortir une campagne mensongère et outrancière sur les prétendus « 15 chiffres de l’échec de Nicolas Sarkozy ». Nous réfutons ici ces 15 mensonges de François Hollande.

I. Selon François Hollande, les 36 milliards de déficit de la balance commerciale sont imputables à Nicolas Sarkozy : toute l’action de Nicolas Sarkozy consiste pourtant depuis 5 ans à améliorer la compétitivité de la France.

L’origine du déficit de la balance commerciale ne se situe pas en 2007 mais bien au moment de l’adoption des 35 heures. C’est à partir de l’adoption des 35 h que notre
capacité d’export a décliné : pendant que les entreprises étrangères soignaient leur
compétitivité, les nôtres s’épuisaient à compenser le surcoût engendré par les 35 h.

Sauvetage des banques pour répondre aux besoins de financement des entreprises,
prime à la casse qui a évité au secteur automobile (400 000 emplois directs) de sombrer,
relance par l’investissement (39 milliards du plan de relance et 35 milliards du grand
emprunt) qui a donné de l’activité à des milliers de salariés tout en préparant la
modernisation de la France du 21ème siècle et les emplois de demain, aménagement des
35 heures : autant de mesures courageuses prises par notre majorité sous l’impulsion du Président de la République et qui ont empêché l’économie française de s’écrouler malgré l’ampleur historique de la crise et de préparer les conditions du renouveau.

II. Selon François Hollande, l’ensemble du quinquennat c’est 0% de croissance : c’est faux ! La croissance a progressé, et nous avons évité des récessions de grande ampleur comme dans les autres pays développés.

Entre 2007 et 2011, la croissance française n’a pas été nulle, le taux de croissance cumulé a été de 2,6%.

En 2009, au plus fort de la crise, l’OCDE connaissait une récession de -3,3%, l’Union
européenne de -4,2%, la zone euro de -4,5%, l’Espagne de -3,6%, le Royaume-Uni et
l’Allemagne de -4,9%, l’Italie de -5,1%, nous sommes le seul pays au monde avec les USA à avoir limité à -2,5% la contraction de notre économie. III. Selon François Hollande, 350 000 emplois ont été perdus dans l’industrie pendant le quinquennat : le candidat du Parti des 35 heures ne peut décemment se lamenter des effets anti-industriels des 35 heures.

Entre 1980 et 2007, la contribution de l’industrie à la richesse nationale est passée de
24% à 14% du PIB et l’industrie française a perdu 1 913 500 emplois. En 2003, les
exportations françaises représentaient à peine plus de 45% des exportations allemandes,
alors qu’elles correspondaient à près de 60% de celles-ci au moment du vote des 35h.

III. Voir le candidat des 35 heures se faire le porte-voix des emplois industriels est indécent !

2,5 millions d’entreprises créées en 5 ans, 4,6 milliards d’euros de Recherche &
Développement financés grâce au Crédit d’Impôt Recherche, suppression de la Taxe
Professionnelle qui pesait sur l’activité industrielle, 35 milliards d’investissements
d’avenir pour les industries de demain : l’action de Nicolas Sarkozy s’est résolument inscrite en faveur de l’industrie française.

IV. Selon François Hollande, Nicolas Sarkozy serait responsable de l’aggravation de 613 milliards d’euros de notre dette : FAUX, c’est la crise qui est responsable du creusement de notre dette.

Selon la Cour des Comptes, présidée par le socialiste Didier Migaud, la crise explique 1/3 des déficits en 2010 et les 2/3 restants viennent du déficit structurel de la France. C’està- dire l’accumulation de 30 ans de déficits des gouvernements de gauche et de droite. C’est donc bien la crise qui a accéléré l’aggravation de nos déficits. D’ailleurs, avant et
pendant le début de la crise les budgets de Nicolas Sarkozy étaient équilibrés et conformes aux critères de Maastricht  : les budgets 2007 et 2008 avaient un déficit moyen de 3% du PIB. S’il n’y avait pas eu la crise d’une ampleur inédite, nous serions sur
un déficit comme en 2007 et 2008, c’est-à-dire raisonnable et conforme aux standards.

La France a été un des pays qui a le moins augmenté sa dette (+20 points de PIB)
lorsque les dettes des autres grandes puissances (Etats-Unis, Grande Bretagne, Espagne)
augmentaient de plus de 30 points de PIB. Si la France a mieux résisté que les autres pays développés, c’est grâce aux courageuses réformes de réduction de la dépense publique mises en oeuvre par Nicolas Sarkozy (réforme des retraites, des collectivités…).

François Hollande joue le Père La Rigueur alors qu’en 2009 le PS proposait une relance par la consommation en baissant la TVA et en augmentant les prestations sociales, c’est-à-dire en creusant le déficit. C’est la solution appliquée par les socialistes
espagnols et dont nous voyons aujourd’hui le résultat en Espagne : 20% de chômage,
45% de chômage chez les jeunes, endettement record.

V. Selon François Hollande, Nicolas Sarkozy aurait fait « 75 milliards d’euros de cadeaux fiscaux » aux « riches » : FAUX, sauf à considérer que les travailleurs, les ouvriers et les patrimoines modestes sont des « riches »

22,7 mds d’exonération des heures supplémentaires sur 5 ans, 13,6 mds de suppression
des droits de succession dont 5% des Français les plus aisés restent redevables, 6,5 mds
de déduction des intérêts d’emprunts, refonte de la taxe professionnelles de 22 milliards
sur 5 ans qui a profité aux PME : ce que François Hollande appelle des « cadeaux », ce sont en réalité des mesures en faveur des travailleurs, des ouvriers, des Français détenant un petit patrimoine. Nous n’avons pas la même conception des « riches » que
celui qui déclarait « ne pas aimer les riches ».

VI. Selon François Hollande, Nicolas Sarkozy aurait créé 24 taxes sur 5 ans : il confond, c’est le PS qui en a créé 47 en 2 mois au Sénat !

Le Sénat socialiste a proposé 30 nouvelles taxes dans le Projet de Loi de Finances 2012 et 17 dans le Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale, le tout depuis
septembre 2011 !

Surtout le PS oublie de dire que la pression fiscale a baissé entre 2007 et 2010  : le taux
de prélèvements obligatoires est passé de 43,7% du PIB en 2007 à 42,5% PIB en 2010. Pour rappel, sous Lionel Jospin, il était de près de 45% en 1999.

VII. Selon François Hollande, il y aurait 1 million de chômeurs de plus : les socialistes des emplois aidés précaires et du +40% de chômage n’ont pas de leçon à donner.

De 1981 à 1985, alors que la gauche était au gouvernement, le taux de chômage est
passé de 7,4% à 10,3%, soit une augmentation de 40% du taux de chômage alors que la
crise était incomparablement moins forte que celle que nous traversons aujourd’hui.

Citons aussi les 30% de création d’emplois qui se sont faits en CDD et en intérim pendant
les années Jospin avec pourtant une croissance française de 3,7% en moyenne entre
1995 et 2001 : en période de croissance mondiale, les socialistes ont préféré gâcher les fruits de la croissance en créant les 35 heures. En période de crise internationale, Nicolas Sarkozy mène des réformes structurelles pour relancer l’économie française.

VIII. Selon François Hollande, il y aurait 21% d’augmentation de violence contre les personnes depuis 2002. La vérité, c’est que la délinquance générale a baissé de 17% depuis 2002.

François Hollande prend un chiffre en particulier alors que la délinquance générale a baissé de plus de 17% depuis 2002. Elle avait augmenté de 17% sous Lionel Jospin.

Sur le chiffre particulier de la violence contre les personnes, il faut savoir que la violence aux personnes augmentait de 10% par an pendant les années Jospin.

Aujourd’hui, sur 90% du territoire les violences contre les personnes sont en baisse (elles se concentrent essentiellement sur des zones très violentes). Certaines violences
aux personnes ont même baissé. On enregistre en particulier -6% de violence pour les personnes âgées, grâce au plan tranquillité seniors mis en place en 2010.

Si, tout à coup, François Hollande s’intéresse à la délinquance depuis 2002, il doit se rappeler qu’entre 2002 et 2010, nous sommes passés de 67 crimes et délits pour 1000 habitants à 53 pour 1000, qu’il y avait 1119 homicides en 2002 et qu’il y en a eu 675 en
2010 etc. Ces chiffres en baisse sont d’autant plus satisfaisants qu’ils ont été accomplis
dans une période où la population française a augmenté de manière importante.

IX. Selon François Hollande, 337 000 personnes de plus sont sous le seuil de pauvreté depuis 5 ans : un chiffre à remettre dans le contexte de la crise et qui ne masque l’action du Président de la République pour la solidarité.

Malgré la crise, la France continue de contenir les inégalités et de faire en sorte que chacun se sente soutenu par la solidarité nationale. La France est juste après les pays
scandinaves et bien avant l’Allemagne ou le Royaume-Uni, un des pays européens où le taux de pauvreté est le plus faible.

C’est le résultat d’une politique sociale très généreuse  : 100 milliards € consacrés à la
politique de la famille, revalorisation du minimum vieillesse de 25% sur 5 ans,
revalorisation de l’allocation adulte handicapé de 25% sur 5 ans, baisse de deux mois de
la durée de travail requise pour bénéficier de l’allocation chômage, amélioration de
l’accession à la propriété qui constitue la première garantie contre la précarité et le mallogement
(58% des ménages étant propriétaires en 2010 contre 55,5% en 2000), etc.  : Nicolas Sarkozy n’a jamais sacrifié la solidarité malgré la crise. www.u-m-p.org

X. Selon François Hollande, le non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux revient à « abandonner l’Education » : nous préférons une vision qualitative à la trop simpliste et fausse vision quantitative des socialistes.

Les conclusions de François Hollande sont fausses. Si l’on regarde sur le long terme, nous avons aujourd’hui beaucoup plus de professeurs pour beaucoup moins d’élèves qu’en 1990. Selon l’INSEE, entre 1990 et 2010, le nombre d’enseignants a augmenté de 61 857 (passant de 882 640 à 944 497) tandis que le nombre d’élèves diminuait de 480 000 (passant de 12,679 millions d’élèves à 12,199 millions d’élèves). En moyenne, il y a donc eu en 20 ans 1 professeur en plus pour 12 élèves en moins.

Plutôt que de se contenter des chiffres, nous proposons une vision qualitative. Faire mieux avec autant de moyens : 100% des élèves qui entrent en 6ème doivent savoir lire,
écrire compter et maîtriser le référentiel culturel commun de notre pays (notamment en
histoire et géographie), l’école doit retrouver son prestige (meilleures considération et
rémunération des professeurs), etc. Nous développerons aussi plusieurs mesures pour
favoriser l’insertion professionnelle (apprentissage dès 14 ans, licences
pluridisciplinaires, alternance renforcée).

XI. François Hollande instrumentalise la perte de quelques places au classement Reporters Sans Frontières pour tenter de discréditer la France.

Il est dommage que ce rapport n’existe que depuis les années 2000. Nous aurions aimé connaître la place de la France à l’époque des écoutes téléphoniques des journalistes par François Mitterrand.

Nicolas Sarkozy a surtout oeuvré pour plus de transparence et une meilleure information des citoyens : la Présidence de la Commission des Finances a été confiée à
un élu de l’opposition, la Présidence de la Cour des comptes au socialiste Didier Migaud,
le site data.gouv.fr a été ouvert pour que chaque citoyen puisse obtenir des données sur
tout sujet intéressant la vie publique, pour la 1ère fois dans l’histoire de la République les
comptes de l’Elysée sont contrôlés, etc.

XII. Selon François Hollande, 4 millions de personnes n’ont pas de complémentaire santé ou renoncent aux soins : un chiffre à remettre en perspective et qui ne remet pas en cause le haut niveau de soins en France

Certains Français en bonne santé font volontairement le choix de ne pas souscrire de
mutuelle estimant que bilan coût / avantage n’est pas favorable.

François Hollande avance un chiffre sans grande valeur explicative alors que le bilan de Nicolas Sarkozy en matière de santé est remarquable  : loi Hôpital Patients Santé
Territoire de 2009 qui a modernisé et permis le maintien de notre système de santé, le
plan Hôpital 2012 qui a débouché le retour à l’équilibre des finances hospitalières avec
un déficit passé de 475M€ en 2007 à 180 M€ en 2010, etc.

La France continue d’avoir la meilleure espérance de vie en Europe. En 10 ans, les gains d’espérance de vie sont de 2,9 ans pour les hommes et de deux années pour les femmes. En matière de santé, l’espérance de vie est le seul indicateur qui vaille et François Hollande semble bien en peine pour trouver de véritables chiffres 1 Source : Le Monde, « Ces Français qui renoncent à une mutuelle », Audrey Garric, 15 octobre 2011 www.u-m-p.org

5 compromettants en la matière. C’est d’autant plus remarquable que l’idée selon
laquelle l’espérance de vie augmente indéfiniment et presque « naturellement » dans les
pays développés est fausse : l’espérance de vie aux Etats-Unis est en baisse et l’état de santé des Américains se dégrade2. Quand le système de santé d’autres pays développés
décline, le système français se consolide.

XIII. Selon François Hollande, 60 000 retraités français sont devenus pauvres : c’est pourtant grâce à Nicolas Sarkozy que les pensions des retraités ont été sauvées !

Quelle aurait été la retraite des Français sans la réforme portée par Nicolas Sarkozy ? Elle aurait connu le même sort qu’en Grèce ou en Italie, soit une réduction drastique
des pensions.

Réforme historique des retraites, revalorisation du minimum vieillesse de 25% sur 5 ans,
plan Alzheimer, plan Cancer, soins palliatifs développés pour que les maladies qui
affectent particulièrement les seniors soient mieux traités : autant de mesures qui font
du quinquennat de Nicolas Sarkozy le mandat où le plus de mesures en faveur des seniors ont été entreprises.

XIV. Selon François Hollande, le déficit de la Sécurité Sociale a augmenté de 8,7 milliards d’euros en 5 ans : c’est pourtant grâce à l’action de Nicolas Sarkozy que nous avons 2 ans d’avance sur le plan de désendettement de la Sécu !

Réduction de 5,3 milliards € par rapport à 2010 du déficit de la Sécurité Sociale, déficit de 2012 égal à celui qui devait être constaté en 2015 : le plan de désendettement de la Sécurité Sociale est en bonne marche. C’est le fruit d’une combinaison de nouvelles
recettes et de mesures d’économies. En tendance, le désendettement de la Sécurité
Sociale est en bonne marche.

XV. Selon François Hollande, 70 000 travailleurs sont devenus pauvres depuis 5 ans : la solution n’est certainement pas le matraquage fiscal des classes moyennes et des travailleurs comme le prévoit le projet PS.

Si personne ne peut nier les difficultés liées à la crise, Nicolas Sarkozy a renforcé le soutien aux Français les plus modestes : sauvetage de l’épargne des Français, sauvetage
des retraites, facilitation de l’accession à la propriété, renforcement des minima sociaux
(RSA, minimum vieillesse, allocation adulte handicapé).

A l’inverse, en voulant revenir sur l’exonération des heures supplémentaires, François Hollande va appauvrir les travailleurs  : 9 millions de Français qui gagnent en moyenne
1500€ ont pu améliorer de 450€ par an leurs revenus grâce à l’exonération des heures supplémentaires se verront ainsi privés de cet indispensable complément de revenu.
2 Etude du Centers for Disease Control and Prevention du 9 décembre 2010.

Répondre à cet article