Cher(e)s ami(e)s internautes.

Merci pour votre fidélité ; les écrits quotidiens seront absents tout le mois de septembre. Vous pouvez cependant parcourir tous les dossiers créés depuis plus de 10 ans et qui figurent sur le site.

Dés le mois d’octobre il vous sera proposé un mensuel auquel vous pourrez participer en me faisant parvenir votre perception des affaires politiques, familiales, sportives ou autres.

Rien ne sera censuré, hormis des articles injurieux et calomnieux.

Je suis attaché aux valeurs chrétiennes, aux valeurs dites républicaines et à une monarchie parlementaire.

Vous pouvez nous contacter en cliquant sur ce lien >>

Le Chômage.

Halte aux moyens modernes qui anéantissent et persécutent les futurs chômeurs.

Mercredi 14 mars 2007, par Paul Vaurs // La France

Il est aussi indispensable qu’urgent d’activer la réinsertion des chômeurs et des exclus, de plus en plus marginalisés et atteints dans leur dignité.

Aujourd’hui, sauf certains chômeurs professionnels qui profitent du système d’indemnisation, l’immense majorité aspire davantage à un retour à l’emploi qu’à une assistance pécuniaire.

Ainsi, la création d’emplois doit-elle devenir la première des priorités pour ceux qui sont en charge des affaires de la Nation... En cette période électorale, où le peuple souverain doit choisir son prochain Chef de l’État ; il est indispensable que les électeurs sachent qu’elle est exactement les processus que va édicter le prochain Président en ce qui concerne la possible extension du remplacement de l’être humain par des robots. La modernisation de l’outil de travail, « pour des motifs de rentabilité », sonnerait le glas d’une harmonie, d’une convivialité que seul, les hommes et les femmes peuvent apporter ; Cette chaleur humaine dont nous avons tant besoin, ne doit en aucun cas se soumettre aux lois d’un libéralisme et d’un capitalisme pervers qui appauvrit l’âme, le cœur et « le portefeuille » de millions de braves travailleurs. Certes, la France ne doit pas être le « cancre » d’un ultra-libéralisme, mais un phare qui éclaire ceux qui ont le pouvoir de permettre aux citoyens, de vivre dans la dignité.

Messieurs qu’on nomme grand, soyez à la hauteur des aspirations d’un peuple à qui, « comme des ours attirés par le miel, » vous demandez de voter pour vous, en lui faisant des promesses que vous ne respecterez pas davantage que vos prédécesseurs. Il faut croire que le pouvoir que vous convoitez est du meilleur cru. Les honneurs, qui pourrait y résister ?
  
Il convient désormais que tous les secteurs de là société fassent preuve d’imagination, de responsabilité et solidarité, pour enrayer un fléau qui menace de provoquer une explosion sociale d’une ampleur jamais connue, dont déjà, les prémices sont perceptibles. Tant en ce qui concerne le domaine privé que le domaine public, tout doit être mis en œuvre pour réduire rapidement une fracture sociale qui touche des millions de français ; Au fait, la fracture sociale n’avait-elle pas été évoqué par un certain Jacques Chirac ? Qu’a-t-il fait en 12 ans ?

La modernisation de l’outil de travail, dois-je le redire, ne doit pas pénaliser l’emploi, mais au contraire,en faire bénéficier l’homme dans le cadre d’une productivité en osmose avec les impératifs nouveaux de la société.

Face à l’exclusion et au chômage, il convient de recenser les gisements d’emploi, et de ne négliger aucune piste, compris la remise en question de l’automatisation et l’informatisation de certaines prestations de service, qui ne répondent pas aux exigences de la communication, d’humanisation, ni de sécurité attendue par les usagers.

C’est une réalité dans les services publics, mais c’est également une réalité dans bien d’autres activités du secteur privé.

Ainsi, la généralisation des stations automatiques de distribution de carburant, est réductrice d’emploi, elle va à l’encontre de l’intérêt des consommateurs ; Les zones rurales sont déjà très touchées par de nombreux handicaps ; un prélèvement de quelques centimes, sur les richissimes pétroliers, permettrait la création immédiate de dizaines de milliers d’emplois. Notre jeunesse, serait la première à bénéficier de ces emplois. Percevoir des salaires décents au quels j’ajouterais les « pourboires » d’automobilistes ravis, »notamment les femmes », qui se feraient servir en faisant le plein de carburant, et repartiraient avec des vitres immaculées.

D’autres gisements sont à explorer, que ce soit dans le domaine de la santé, des services à domicile, de l’environnement, de la sécurité (en augmentant le nombre de pompiers professionnels de façon très significative), de l’entretien et de la surveillance des immeubles et des résidences, en redonnant aussi ses titres de noblesse aux concierges en les rétablissant dans leurs fonctions irremplaçables. La liste des petits travaux et loin d’être exhaustive.

Le gouvernement de Dominique de Villepin, va autoriser les « Grandes surfaces » à remplacer les sympathiques et dévouées caissières par des machines ; Si je n’admets pas les grèves dans le secteur public « Vu les avantages et les privilèges qui en font des nababs des Mariannes » il faudrait une mobilisation de tous ceux qui sont les victimes de la rentabilité à outrance.

Il faut revaloriser le travail manuel par une orientation accrue vers des formations d’apprentissage, par une révision des salaires, dont le montant minimum ne devrait pas être au-dessous de 1 500€ par mois. Il sera du devoir du futur Chef de l’État de remettre en question les 35 heures et les adapter en fonction de critères à définir, entre syndicats et chefs d’entreprises. Il devra, baisser de moitié les charges sociales, de payer double les heures supplémentaires et de les exonérer de toutes charges fiscales.

Il faut livrer une chasse impitoyable au travail « au noir », au travail clandestin, aux fonctionnaires qui touchent une retraite de l’État, notamment les anciens militaires, les agents des services de police ou de gendarmerie.

Il faut enfin revoir les procédures de licenciements collectifs, pour enrayer les abus de trop nombreux chefs d’entreprise, et de mettre un terme à des délocalisations. Nous savons tous que ce sont les impôts et les pressions fiscales de toutes sortes qui sont la principale cause de la fuite de nos cerveaux, de nos entreprises, de nos artistes. Là aussi la liste de ceux qui quittent notre Pays, n’est pas exhaustive.

A défaut de rétablir les autorisations préalables de licenciement, il serait opportun de confier à un collège dans lequel siégeraient un représentant des syndicats de salariés, un représentant des syndicats patronaux, un représentant des corps consulaires, un représentant du ministère du Travail et de l’Emploi, ainsi qu’un magistrat du tribunal d’instance, le soin d’examiner les licen­ciements collectifs et les cas litigieux.

Plus jamais, la France ne doit admettre que des patrons licencient de jeunes et anciens collaborateurs par le biais d’un haut parleur, avec en prime un taxi qui les attend afin de les reconduire à leur domicile ; cette manière de procéder relève de lourdes sanctions pénales pour c cyniques chefs d’entreprise.

Aides aux chômeurs et aux RMISTES dans le cadre des transports..

Il serait normal, que les chômeurs ou RMISTES bénéficient de la gratuité des transports urbains, et de conditions spéciales dans le cadre de déplacements à l’intérieur du territoire, pour les personnes dont la recherche d’un emploi nécessite l’usage des transports communs terrestres, publics et privés.
 
Après justification du déplacement auprès des services des A. N. P. E., un titre de transport pourrait leur être délivré. Vu le coût élevé des appels téléphoniques, il est tout aussi souhaitable que les demandeurs d’emplois puissent bénéficier de la gratuité des communications, dans les bureaux de poste et sur présentation d’une justification, ou dans les centres des A.N.P.E., ou un service et des locaux faciliteraient la réalisation de ces mesures.

« Plus le trouble est grand, plus il faut gouverner. Sortant immense tumulte, ce qui s’impose, d’abord, c’est de remettre le pays au travail. Mais la première condition est que les travailleurs puissent vivre. »

Charles DE GAULLE.

Le 22 Avril, et le 6 Mai, nous avons le devoir d’aller voter. Personnellement deux candidats ont mes faveurs. Nicolas Sarkozy et François Beyrou ; Mais, je connais Nicolas depuis plus de 30 ans ; C’est mon ami, alors !!!!!

Répondre à cet article