Grande Nouvelle…

Lundi 9 mai 2011 // La France

« On a gagné » !!!

Nous vous concédons que dans le pire des cas nous n’avons pas perdu.

Qu’on se le dise… Tel est une fois de plus le gai refrain post électoral.

Et l’écho de reprendre en martelant qu’il ne s’agissait là que d’une élection frisant la pacotille ! Il convient de vous en persuader : le « gagnant » des « gagnants » ne peut prétendre qu’à un pouvoir de séduction crédité de 15% - dans le meilleurs des cas- auprès du corps électoral !

Gloire à ce régime…

Quelques « fuites » ? Ecopons ! Ecopons !

Cécile Duflot : la Vie en Vert…

Vous avez aimé Monsieur Marchais ? Vous aimerez Monsieur Mélenchon…

« Vous devez tous vous désister en faveur de celui qui est arrivé en tête », « c’est ou ça ou la guerre civile, ou les élections démocratiques tranquilles et fermes ou alors on se met des gifles »

Au cas où… Pierre Laurent, secrétaire national du PCF

Un régime qui engrange succès après succès. Il s’agit là du troisième record d’abstention à une élection locale ! Les « accros » de l’urne électorale pourraient-ils se consoler en regardant par-dessus leur épaule et se réjouir auprès de la Bougresse Europe ?

Lors des élections européennes de 2009 l’urne électorale n’avait attiré que 40,50% du corps électoral. D’élection en élection l’urne devient funéraire…

Les politiciens s’en inquiètent-ils véritablement ? Foin des déclarations d’intention… Tant qu’ils survivent à quoi bon ? Souci premier : « Sur-vi-vre » !

Et donc, intriguer, supputer, élaborer, combiner, nouer… Quoi ? Une recette miracle pour tirer ce corps électoral malade de torpeur, de désillusions ? En pleurer de rire !

Un seul souci : trouver la parade, la stratégie, le « coup », bas comme il se doit, pour quoi ?

Pour « Sur-vi-vre » !

Tous les Diafoirus au chevet du grand corps malade – le corps électoral – s’inquiètent-ils sincèrement de l’état du Patient ?

En pleurer de rire !

« Sur-vi-vre » ! Sauver le « Parti », ses prébendes et ses petits avantages…

Les voix politiciennes de la France, du plus petit couteaux au Premier parmi les premiers des grands hachoirs bavent de la « démocratie » et des « valeurs républicaines » dans tous les médias, à longueur de journée, n’hésitant pas pour nous édifier à l’exporter en « Rafale »…

La « démocratie » ! Quel plus bel A-Libye ?

Les pailles dans les yeux de nos proches ou plus lointains voisins de la « Mare Nostrum » ne manquent pas. C’est acquis. Mais qui s’intéresse en France à la poutre qui aveugle le grand corps électoral en passe d’être moribond ?

Les élus locaux ne passaient-ils pas pour être plus proches des « citoyens » ? En retour ne sont-ce pas les habitants des « cités » qui se détournent de l’urne ?

Toutes les élections sont entrées dans la spirale du désamour, de la désaffection, de la « démonétisation »…

Se souvient-on que l’abstention dans les grandes villes a dépassé les 40% lors des dernières municipales ?

Nous pencherons-nous une bonne fois pour toute sur le pourquoi de l’écart qui existe entre le vote urbain dans son « extrême » avec la palme en Seine- Saint-Denis et ses plus de 67% d’abstention, et le vote « rural » de la Lozère qui détient la palme de la participation avec près de 75% ?

Nous risquerons-nous à approcher une des réponses incontournables à la question ?

Une des réponses tient dans le perpétuel mensonge de ce régime !

Monsieur Fillon n’y échappe pas : « Je ne peux que regretter que les Français ne se soient pas mobilisés pour choisir les élus qui prennent des décisions importantes pour leur vie quotidienne… J’invite chacun à se mobiliser pour le second tour car, dans beaucoup de cantons, rien n’est encore joué » Et d’appeler la droite républicaine à « se rassembler autour de ses valeurs et de ses projets »

Qui prennent des décisions importantes pour leur vie quotidienne ?

A pleurer de rire…

Si une part de vérité peut être entendu dans les cantons ruraux, qu’en est-il dans les cantons « urbains » ? Le conseil général se contente d’un pouvoir on ne peut plus symbolique… face au pouvoir des maires.

Un conseil qui se fondra à partir de 2014 dans le futur conseil territorial.

Beaucoup d’ « appelés » et moins d’ « élus » ! Les près de 6000 conseillers régionaux et généraux seront remplacés, en 2014, par 3471 conseillers territoriaux. Le gouvernement avait même envisagé d’arrêter par ordonnance le tableau des effectifs ! Mais dès que l’on touche au « gâteau » un front « uni » se dresse… et il mit bas les bras en acceptant qu’aucun département ne compte moins de 15 conseillers territoriaux.

Des futurs conseillers qui seront toujours élus au scrutin majoritaire à deux tours, mesure cette fois ci « imposée » par l’UMP alors qu’il était envisagé de mettre en place un scrutin mixte (80% d’élus au scrutin uninominal majoritaire à un tour et 20% à la proportionnelle).

Toujours au chapitre du « donnant-donnant » et du « je te tiens-tu me tiens par la… » l’UMP renonçait à supprimer les triangulaires…

Bien sûr, il va de soi que les Français ont suivi passionnément les débats autour du projet de la réforme Territoriale ainsi que les conclusions à en tirer à la suite du vote du 8 juin 2010…

Nous passerons les grandes réflexions au « fond » : elles ont toutes eu pour objet la grande épicerie. Le financement des partis politiques ! Les pénalités pour non respect de la parité !

Parité

Un amendement de Dominique Perben (UMP) fixe de nouvelles règles pour le financement public des partis politiques. Les partis n’ayant pas respecté la parité des candidatures, pour les futures élections territoriales prévues en 2014, seront sanctionnés par une diminution de l’aide de l’Etat. La disposition modifie le système d’aide en vigueur (une enveloppe globale de 80 millions d’euros) selon lequel une fraction (50%) est destinée aux partis représentés au Parlement et une deuxième (50%) accordée en fonction des résultats aux législatives (au moins 1% des suffrages exprimés dans au moins 50 circonscriptions) et modulée en fonction du respect ou non de la parité. D’après ce dispositif actuel, applicable aux prochaines législatives de 2012, un parti qui présente 40% de candidates et 60% de candidats (soit 20% d’écart) aura une aide publique diminuée de 15% (soit 75% des 20% d’écart qu’il y a entre les représentants des deux sexes).

L’amendement "Perben" modifie les modalités de versement de la deuxième fraction, qui sera désormais divisée en deux :

  • une part (les 2/3) est attribuée dans les mêmes conditions qu’actuellement en fonction des résultats aux législatives.
  • une deuxième part (1/3) est accordée en fonction des résultats aux élections des conseillers territoriaux.

Cette deuxième part est, elle même, divisée en deux parts :

  • une part accordée aux partis dont au moins 350 candidats ont obtenu au moins 1% des suffrages exprimés dans des cantons situés dans au moins quinze départements différents. Ce montant est modulé en fonction de la proportion respective d’hommes et de femmes présentés, mais pas en fonction des candidat(e)s élu(e)s. La sanction pour non respect de la parité portera dans ce cas sur 50% de l’écart en 2014 (au lieu de 75% pour les législatives), et sera porté à 75% à partir de 2020 uniquement.
  • une autre part est accordée aux partis en fonction du nombre de conseillers territoriaux déclarant se rattacher à ce parti.

http://www.courrierdesmaires.fr/actualite/a-la-une-reforme-territoriale-vote-solennel-des-deputes-le-8-juin-18295.html
http://www.courrierdesmaires.fr/dossiers-guides/essentiel-sur-la-reforme-des-collectivites-territoriales-100.html

Etes-vous toujours avec nous ?

Si vous êtes devenus rêveurs nous ne vous en tiendrons pas grief. Une telle lecture est si passionnante !

La démocratie républicaine, reconnaissons le, a un talent inégalé : celui de noyer le poisson – le poison dirait notre ami Bernard Lhôte –

Elle n’a pas son pareil pour tricoter et embrouiller des « institutions » dans un seul but : assurer le pouvoir des oligarchies politiciennes ! Des oligarchies qui tue la France à petit feu…

Voila pourquoi votre fille est muette…

Une des réponses au pour quoi ! Nous aborderons sous peu d’autres réponses…

Sans oublier de vous rappeler que bien des lois qui disposent de notre vie quotidienne naissent à Bruxelles et que depuis peu les « émotions » des Français sont dictées au siège de l’OTAN…

Répondre à cet article