Cher(e)s ami(e)s internautes.

Merci pour votre fidélité ; les écrits quotidiens seront absents tout le mois de septembre. Vous pouvez cependant parcourir tous les dossiers créés depuis plus de 10 ans et qui figurent sur le site.

Dés le mois d’octobre il vous sera proposé un mensuel auquel vous pourrez participer en me faisant parvenir votre perception des affaires politiques, familiales, sportives ou autres.

Rien ne sera censuré, hormis des articles injurieux et calomnieux.

Je suis attaché aux valeurs chrétiennes, aux valeurs dites républicaines et à une monarchie parlementaire.

Vous pouvez nous contacter en cliquant sur ce lien >>

Vous n’en avez pas encore pris connaissance...

Grand remaniement à la tête de la S.P.A.

Vendredi 6 novembre 2009, par Pierre-Marie Gallois // Divers

Nous avons hésité, mais le devoir auquel nous nous plions de bon cœur tous les jours a pris le dessus !

Nous vous faisons partager tous les grands secrets de l’Etat.

Poste clef s’il en est un, il va y avoir un grand remaniement à la tête de la S.P.A.

Qui n’est pas comme tout un chacun le sait la Société Protectrice des Ânes, mais la Société Protectrice des Animaux.

« Galouzeau », Teckel à poil ras de quatre ans adopté par Nicolas Sarkozy au lendemain de son triomphe au Congrès de Versailles prendra sous peu la tête de la S.P.A.
Tous les « corniauds » n’auront qu’à bien se tenir...

Avant que les grands médias ne s’en emparent et déforment comme toujours la vérité, nous vous révélons ce qui se trame...

Il va de soi que nous devons protéger l’identité de notre informateur !Une nouvelle tempête médiatique s’abat sur le clan Sarkozy suite à l’annonce de la probable nomination à la tête de la Société Protectrice des Animaux de Galouzeau, le teckel nain de notre omniprésident.

Il faut dire que le profil de Galouzeau détonne dans le petit monde de la politique. Teckel à poil ras de 4 ans, il est adopté par Nicolas Sarkozy après son triomphe du congrès de Versailles lors duquel il prend la tête de l’UMP. Malicieusement prénommé Galouzeau par son maître ("Couché Galouzeau !" déclenche l’hilarité des proches du président), il développe très jeune un instinct politique fort en mordant des militants chiraquiens.

Alors qu’il venait de commencer une formation de chien policier (il a redoublé sa première année), son arrivée surprise à la tête de la S.P.A constitue un tournant dans sa carrière.

L’UMP s’est bien sûr précipitée pour défendre Galouzeau et répondre au procès en incompétence et en favoritisme qui lui est fait. Frédéric Lefebvre, le fidèle Pitbull, bien qu’un peu jaloux de cette nomination à un poste qu’il guignait, est ainsi monté au créneau :

« Le procès d’intention qui est fait aujourd’hui à Nicolas...à Galouzeau Sarkozy est détestable. Ce débat sur sa soi disant inexpérience est tronqué, biaisé par une gauche haineuse. Je vous rappelle qu’il faut multiplier par 7 l’âge des chiens pour avoir une équivalence. Ce qui lui fait 28 ans et non 4. Je suis fier que mon pays fasse confiance aux jeunes. » Patrick Balkany, député-maire UMP de Levallois-Perret et ami du Président, est pour sa part enthousiaste : « Moi qui ai connu Nicolas Sarkozy à 22 ans, il avait déjà beaucoup de talent. Et je peux vous dire que Galouzeau Sarkozy, à 28 ans, a peut-être encore plus de talent que n’en avait son maître à son âge. Il est affectueux, ramène la balle, surveille parfaitement la maison, tend la patte. N’est il pas prêt à devenir député de la majorité ? »

Il se dit aussi, que petit, il était déjà le roi de la gamelle...

Xavier Bertrand quant à lui a qualifié de "ridicule" les accusations de népotisme : "Galouzeau Sarkozy ne doit sa promotion qu’à ses seuls talents. Quoi de plus légitime que d’être un chien pour prendre la tête de la S.P.A. ? Dominique Paillé a lui estimé que la politique était un « domaine dans lequel on reconnaît les talents indépendamment des règles habituelles que sont les diplômes. Et puis pour l’avoir un peu fréquenté, Galouzeau a un flair terrible ! ». Brice Hortefeux a tenu à donner de hauteur au débat et sortir de ces querelles politiciennes : "L’important c’est que la race de Galouzeau soit pure.

Et croyez-moi, ce n’est pas un bâtard. Ce n’est pas comme les rotweillers de banlieue qui font régner la terreur. Les rotweillers, quand y’en a un ça va, c’est quand y’en a plusieurs que ça pose des problèmes".

Après que le porte-parole du gouvernement a déclaré que « les animaux sont des hommes comme les autres », Yves Jégo a aboyé que l’ostracisme de la gauche relevait du fascisme. Julien Dray a noté que le pauvre Galouzeau était victime de la même chasse à l’homme que lui. Martine Aubry a dit qu’elle n’avait pas de chiens. Frédéric Mitterrand a tenu à préciser qu’il n’était pas zoophile. Rama Yade, qui se démarque une nouvelle fois, a noté qu’il faudra qu’il fasse ses preuves à un poste aussi élevé.

Comme à son habitude la presse étrangère se déchaîne : "Sarkozy nouveau Caligula ?" interroge la Stampa.

Le Times légende la photo de Galouzeau par "tel maître, tel chien". El Païs, le New-york Herald tribune, Le Matin (Belgique), etc. Ironisent tous sur ce qu’ils appellent un nouveau caprice du petit roi de France...

Sarkozy aurait déclaré, superbe, à ses proches," les opposants aboient, moi j’agis" !

Wouf ! Wouf !

A noter qu’il y a bien eu une tentative avec un brave « labrador », de bonne souche comme il se doit et donc bon « rapporteur », mais il fallait dans se domaine, là aussi, une rupture ! Et plus de mordant...
Précisons que ce jeune labrador (femelle répondant au nom de « Estrie » avait été offert par la communauté française de Montréal...

Fallait-il que cette « communauté » n’aimât si peu les chiens...

Répondre à cet article