Gérard Brazon nous entretient sur le sort terrifiant des femmes Afghanes.

Jeudi 14 mai 2009, par Gérard BRAZON // Le Monde

Pendant que les médias s’exclament sur la crise, que les politiciens de gauche caviardent, ringardisent et canardent le Président Nicolas Sarkozy et que Ségolène Royal s’apitoie, se confond en mille et plates excuses, des soldats français sont en Afghanistan !

Pendant que les travailleurs préparent leurs cortèges de revendications, d’alarmes sociales, de contestations pour manifester leur énième colère, des soldats meurent en Afghanistan !

Pendant que le Conseil des droits de l’homme de l’ONU débattait à Genève pour savoir si les droits de la femme devaient être respectés de la même façon, que ceux des hommes ; et que la Présidente venue de la Libye dont on connaît le profond respect pour les droits de l’homme, faisait sortir le médecin Palestinien naturalisé Bulgare torturé, avec les infirmières, dans ce pays pendant 8 ans, des soldats allaient mourir en Afghanistan.

Tandis que ce conseil des droits de l’homme qui s’ouvre régulièrement sur une prière à Allah interdisait de parler de la « charia », ce conseil bloquait les demandes des différentes ONG de défense des droits de l’homme et de la femme.

Tandis que le Président Iranien était reçu en grande pompe dans ce conseil, deux gamins de seize ans étaient pendus pour homosexualité en Iran.
 
Pendant que se déroulaient ces événements, des femmes défilaient à Kaboul pour défendre leur droit d’être traitées comme des êtres humains. Tout simplement. Au risque d’en mourir véritablement.

Est-ce si choquant ? Est-ce si étonnant pour que les médias français en parle si peu de ce combat des femmes ? Même entre deux matches de foot ! Deux séries télés. Deux magazines pour maigrir !

Des soldats français se battent pour la liberté et la démocratie dans ce pays et une loi fût votée et acceptée par le président Karzaï d’Afghanistan réduisant à rien les pauvres droits que ces femmes avaient obtenus après la chute des Talibans ! Rien ce n’est pas beaucoup et pas beaucoup c’est déjà quelque chose ! disait Raymond Devos ! Sauf que dans ce rien, le rire n’a pas sa place !

Cette loi votée par le parlement et signée par le président Karzaï fait de la femme l’esclave de son mari  ! Belle avancée dans le droit et l’égalité.

À titre d’exemple, l’article 132 dit « qu’une femme doit fournir à son mari tous ses besoins sexuels », affichent les rotations régulières entre les épouses sans oublier les tâches ménagères !

L’article 133 dit : Si la femme travaillait avant son mariage et que c’est précisé dans le contrat, elle peut continuer à travailler mais l’alinéa 3 précise le mari peut empêcher sa femme d’avoir un emploi qu’il n’approuve pas !

Suprême avancée : Le mariage de la femme passe de 9 ans à 16 ans mais : le « gardien » de l’enfant peut autoriser le mariage. Il ne manque plus que son prix d’achat et de revente ! Lamentable. Pourquoi nos soldats sont-ils morts ?

Ces femmes de Kaboul me rapelle les femmes algériennes qui défilaient à visage découvert au temps d’un FIS qui les menaçait de vitriol.

Elles défilaient dans les rues d’Alger pour défendre leur droit ! Quel courage mesdames ! Quelle leçon !

Ce pays a fini par adopter des lois familiales qui traduisent la minorité à vie de la femme malgré l’égalité affichée dans la constitution algérienne ! Il fallait bien faire plaisir aux extrémistes religieux ! Sur le dos des femmes comme d’habitude !
Les femmes sont en permanence les victimes expiatoires des hommes en mal de pouvoir ou malade de leur condition de frustré !

J’honore et j’admire ces femmes d’Alger et de Kaboul comme toutes celles qui se lèvent pour défendre les droits humains.

Et je dis aux femmes de France qui se plient aux diktats de religieux qu’elles ont la chance de vivre dans un pays, où elles ne risquent pas d’être égorgées, vitriolées, lapidées !

Qu’elles le sachent et qu’elles refusent d’être traitées comme des sous-humains. Tout le discours sur la pseudo insécurité des femmes dans nos rues et la protection qu’elles trouveraient sous le voile est un mensonge. Un combat politique menait sur leur dos.

Pendant que des femmes, ailleurs se battent, des soldats meurent ou sont grièvement blessés.

Que nos médias sachent les honorer plus souvent et les mettent en avant. Qu’ils cessent de nous gaver avec les soirées foot, la crise, Nicolas Sarkozy et maintenant la grippe porcine. Non pas qu’il ne faille pas en parler de tous ces sujets mais, tout comme l’alcool, en abuser à la longue, cela finit par saouler ! Moi j’avoue que j’en suis gavé et j’ignore ce que je penserai de mon pays si j’étais en poste au Darfour ou en Afghanistan.

Certains diront et porteront l’anathème sur mon discours

Souligneront et jugeront à l’aune de 2009, qu’elle ne remette pas en cause leur petit confort d’intellectuels bobos si par hasard ils en ont un. Je parle de l’intellect car, je sais que pour le confort, cela va bien.

Pour d’autres, je leur conseillerai d’éviter l’Iran ou du moins, de ne pas afficher leurs préférences.

Dans tous les cas et pour conclure, levez-vous Femmes, car le monde est à vous, il n’est pas à ces malades !

C’était mon coup de gueule du Mercredi 29 Avril 2009.

Répondre à cet article