Cher(e)s ami(e)s internautes.

Merci pour votre fidélité ; les écrits quotidiens seront absents tout le mois de septembre. Vous pouvez cependant parcourir tous les dossiers créés depuis plus de 10 ans et qui figurent sur le site.

Dés le mois d’octobre il vous sera proposé un mensuel auquel vous pourrez participer en me faisant parvenir votre perception des affaires politiques, familiales, sportives ou autres.

Rien ne sera censuré, hormis des articles injurieux et calomnieux.

Je suis attaché aux valeurs chrétiennes, aux valeurs dites républicaines et à une monarchie parlementaire.

Vous pouvez nous contacter en cliquant sur ce lien >>

Fleurs et espoirs de Mai

Jeudi 19 mai 2005, par Paul Vaurs // Mes poèmes

Le mois de Mai a fait éclore
Sur les massifs de mon jardin
Des roses rouges qu’un matin.
J’irai cueillir avec l’aurore.

Le ciel de Mai a déployé
Des genêts d’or sur les collines
Des lilas blancs, des aubépines.
Et d’autres fleurs le long des prés.

Le temps de Mai a fait migrer.
Mille troupeaux vers les alpages.
Jusqu’aux abords des monts sauvages.
Sous la conduite des bergers.

Le mois de Mai qui véhicule.
Tant de promesses de bonheur.
Pour effacer tant de douleurs.
S’écrit en lettres majuscules.

Le temps de Mai a propagé.
Tous les pollens de l’espérance.
Dans quelques cœurs en déshérences.
Où le chagrin s’était logé.

Le ciel de Mai a dispensé.
Tous les bienfaits de sa lumière.
Dans les longs jours qui s’accélèrent.
Pour nous conduire au bel été.

Hier, grâce aux roses de Mai.
L’envie a conduit à la sérénité.
Aujourd’hui les roses de Mai.
Ont donné un instant de bonheur.

 

Répondre à cet article