Des « gros et des gras »... Foot tous des fainéants.

Mardi 27 juillet 2010, par Rodolphe Clauteaux // Divers

Aux cœurs si « gras »... qu’ils se dégonflent !

Tristes tous les « Footeux » ? Footaise !

Humiliée la France ? Footaise !

Avec notre ami Rodolphe, de « L’itinérant », « bottons » en touche, faute de ne pas pouvoir leur botter une fois pour toute le c.l !

« Foot de gros et de gras »...

Et si nous montions une « équipe » avec quelques « manants » et quelques « itinérants » histoire de nous dégourdir les jambes ?

En attendant de belles « équipées »...

Foot de gros et de gras

Que croit-on ? Qu’attend-t-on ? Que veut-on… de joueurs millionnaires en euros, de joueurs de foot gros et gras ?

Oh là là ! le résultat est simple, et on l’a là.

Humiliés qu’ils sont. Nous ? La France ? Le foot français ? Que non !

Le capital engagé, les “investisseurs” qui ont misé sur la Coupe du Monde de foot pour prévoir de colossales dépenses en publicité… pour vendre leurs programmes télé à très bon prix… voire même, pour vendre des téléviseurs HD sinon 3D, en promettant leur remboursement en cas de victoire des Bleus… ces gens-là, oui, ils en ont pris plein l’estomac ! Cela dit, vu que celui qu’ils ont, c’est des autruches qu’ils le tiennent… c’est pas grave.

C’est un peu plus grave pour les amoureux de 1998, et du merveilleux espoir qu’avait suscité le « et un ! et deux ! et trois ! » d’une équipe sportive black, blanc, beur… 12 ans déjà, et un univers est passé, et une montagne d’espoirs s’est écroulée.

Mais que peut-on espérer d’un Anelka payé par « Chelsea », son club anglais, 400 000 euros par mois ?

Que peut-on plutôt, espérer d’un membre de la jet-set, qui peut se louer un avion pour aller passer en Floride ou aux îles Caïman une fin de semaine sans match ? Que peut-on espérer de tels “nouveaux riches”, tellement nouveaux dans la richesse ?

Mais d’abord, que doit-on attendre des riches riches, en ce qui concerne la Nation, le pays, l’honneur, la France ?

Rien. La réponse est rien. Rien du tout. Ces gens paient leurs impôts, ou plutôt n’en paient pas ou très peu là où ils veulent. Ces gens vont voir les médecins qu’ils désirent lorsqu’ils le désirent, et vont à l’hôpital, qui en l’occurrence se nomme “clinique”, là où ils veulent quand ils veulent. Oh… ils sont malades, eux aussi, mais leurs chances de guérison sont de plus en plus différentes des nôtres… Ces gens, ces riches riches, ces riches très riches, ne respirent pas le même air que nous. Ils n’ont pas des corps composés de membres tels que les nôtres. Ils ne mangent pas comme nous mangeons, et, probablement, ne chient pas comme nous chions.

Que peut donc attendre le peuple de ces gens ? Rien.

Rien du tout, même pas un peu de joie à les voir, sous les couleurs de ce même peuple, jouer en l’honorant de bien jouer, et, éventuellement, de gagner.

Ces joueurs si bien payés, le « Bayern » de Munich paie 416 000 euros par mois Franck Ribery, ne sont plus des joueurs de football, ce sont des coffres-forts sur pattes, ils ont des agents de sécurité pour commensaux, et leurs meilleurs amis sont leurs conseillers financiers. Ils n’ont plus rien à voir avec nous, ni d’abord et surtout avec le petit jeune de banlieue qui joue au foot avec un ballon de plastique sur un parking de centre commercial.

Les membres de l’équipe des Bleus, des gens qui sont souvent nés dans la misère, ont oublié l’honneur de ne pas être riche. Ils ont oublié l’honneur de peiner pour payer son loyer ou envoyer ses enfants à l’école.

Ce sont des gros et des gras.

Et avez-vous vu des gros et des gras sur un stade ?

Mais surtout, les avez-vous vu gagner ? Non.

Allons ! Ils “gagnent”, oui, mais pas pour “nous”.

Pour eux, là où cela les paie de gagner. Les 300 000 euros au cas où ils auraient eu la Coupe, c’est de la gnognote pour des gens riches comme ils sont riches.

Ils gagnent oui, dans leur club, devant leurs supporteurs qui les paient pour les voir gagner. Ils gagnent lorsque les sponsors arrivent avec leurs carnets de chèques. Ils ne gagnent pas pour la banlieue pourrie dont ils sont sortis par un miracle du Destin, mais pour le yacht de luxe et les copains qui vont avec.

Des copains copinant avec leurs comptes en banque, des copains sincères dans leurs désirs de recevoir quelques miettes de ce qu’ils amassent chaque mois… Mais ces gens qui jouent seuls, et qui mangent seuls, parce qu’un co-pain comme ceux qu’ils ont, ce n’est pas un compagnon de repas…

Et donc, ils mangent seuls. Et comme dit un proverbe africain que j’ai entendu au fond d’une cahute de potpot- petite maison en briques de terre- , sur les bords du Chari, j’avais vingt ans… « Celui qui mange seul meurt seul ».


Coucher de soleil sur le Chari...

A l’heure dernière, seuls, ils n’auront même pas le souvenir d’avoir fait crier de joie le fils d’un de leur copain de cette banlieue pourrie où ils vinrent pour la première fois à la lumière des choses.

Quick a décidé de retirer toutes les publicités portant l’image de Nicolas Anelka
Lire... http://www.purepeople.com/article/nicolas-anelka-sa-publicite-pour-quick-est-annulee-patrice-evra-fait-la-chasse-au-traitre-des-vestiaires-qui-a-balance_a58345/1
Les sponsors des Bleus prennent leurs distances
http://www.leparisien.fr/coupe-du-monde-2010-football/les-sponsors-des-bleus-prennent-leurs-distances-21-06-2010-972649.php

Répondre à cet article