Cher(e)s ami(e)s internautes.

Merci pour votre fidélité ; les écrits quotidiens seront absents tout le mois de septembre. Vous pouvez cependant parcourir tous les dossiers créés depuis plus de 10 ans et qui figurent sur le site.

Dés le mois d’octobre il vous sera proposé un mensuel auquel vous pourrez participer en me faisant parvenir votre perception des affaires politiques, familiales, sportives ou autres.

Rien ne sera censuré, hormis des articles injurieux et calomnieux.

Je suis attaché aux valeurs chrétiennes, aux valeurs dites républicaines et à une monarchie parlementaire.

Vous pouvez nous contacter en cliquant sur ce lien >>

Démocratie Royale.

Mercredi 24 août 2011 // Divers

Démocratie Royale n’est pas un parti politique, c’est un club de réflexion sur la situation de la France.

  1. Nous voulons renouer le lien rompu lors des évènements tragiques de 1793 ; Que le peuple de France connaisse enfin la vérité sur les mobiles qui ont conduit le Roi Louis XVI sur l’échafaud.
  2. Nous voulons prouver combien le Roi était favorable au devenir rapide d’une Monarchie constitutionnelle, et qu’il était l’écoute de son peuple et des philosophes des lumières.
  3. Les tyrans sanguinaires voulaient s’approprier les pouvoirs du monarque, ils étaient parfaitement au courant des convictions de Louis XVI
  4. Nous abordons les problèmes économiques dans toutes leurs dimensions.
  5. Les difficultés d’une majorité de citoyens à vivre décemment.
  6. L’intolérante situation d’une large minorité de nos compatriotes à vivre au-dessous du seuil de pauvreté.
  7. L’intolérant comportement de notre gouvernement à bafouer les droits les plus élémentaires des Rom, ces derniers doivent être intégrés à leur pays d’origine grâce aux milliards versés par l’UE ; Mais dans cette attente, ils doivent pouvoir s’installer dans des lieux déterminés, avec l’accord des autorités Français et la ligue des droits de l’homme.

A l’échelle mondiale. Son but, se mettre aux services d’idées nouvelles, des idées qui devraient permettre à notre Pays d’être une démocratie libre, attaché aux valeurs républicaines, mais qui revendique le retour d’une Monarchie constitutionnelle.

La France qui fut bâti par nos Rois, a plus mille cinq ans d’existence. Des femmes et des hommes, « sous l’autorité d’un Souverain » ont contribué à faire progresser la nation, dans tous les domaines ; Certes, tout ne fut pas parfait, mais aucun citoyen de peut douter du patriotisme de la dynastie Capétienne à vouloir servir une terre qui comptait 25 à 27 millions de Français au 17° siècle : chiffre aussi sûr qu’il pouvait l’être à l’époque. Combien au point de départ, combien ? Une seule certitude : un énorme effondrement lors de la peste noire, peut-être de l’ordre du tiers de la population. Sur quel chiffre antérieur ? On ne sait... Entre ces deux dates, une seule estimation réellement « sérieuse » : celle de 1694-1700, effectuée par Vauban, qui a pu réunir tous les rôles de la première capitation. Elle donne 18 millions d’habitants à la fin du XVII° siècle. Voire ! Quelle est la part de la population qui a échappé aux rédacteurs des rôles ? Un cinquième - comme en Bretagne - un quart, ou un dixième ? Nul ne le sait encore. En tout cas, la France de Louis XIV a au moins 20, peut-être 22 millions d’habitants. La croissance démographique du XVIII° siècle est réelle, considérable.

Nous devrons dépoussiérer nos institutions, et modifier notre constitution. Au sommet de l’État, nous aurons un roi, notre pays deviendra une monarchie constitutionnelle.

Devra modifier le fonctionnement des institutions de la France. Égèrement notre Constitution. Aura le souci de rendre les citoyens plus heureux, plus fraternels, des Français qui pourront croire en un avenir serein, des Français qui n’auront plus à supporter le poids des délocalisations qui sont le principal vecteur du chômage chronique que subissent trois millions de citoyens. Le peuple de France n’est plus en mesure de supporter une dette de 1500 milliards d’euros ; De plus l’injustice qui sévit entre les différentes couches sociales de la population, démontre que les privilégiés de Marianne cinquième du nom ont rarement, été si nombreux.

France Royale souhaite que notre nation s’engage à supprimer pléthores mini- pouvoirs qui occasionnent des dépenses qui n’ont pas lieu d’être ; Ces dépenses doivent disparaître au profil des citoyens les plus pauvres. Pour cela, il faut supprimer

La France est confronté à une immigration que nul ne pourra maîtriser, faisons en sorte que ces immigrés soient traités avec plus de justice, avec plus de dignité, avec le respect qui est dû à tout être humain. La France, doit être une terre d’asile, mais une terre qui ne peut pas accueillir tous les malheureux de notre planète, c’est difficile de l’admettre, mais notre Nation a des limites géographiques, que nous ne pouvons accroître ; Un dictateur Allemant a voulu annexer des pays voisins, le résultat fut cataclysmique. La France à l’obligation de nourrir ses fils ; Aujourd’hui nous sommes dans l’incapacité « voulue ou non », d’alimenter et de loger des millions de braves et pauvres citoyens.

France Royale veut que notre pays devienne un éden, que son peuple n’est plus à souffrir de l’injustice qui caractérise notre république, comment peut-on avoir faim lorsque l’on est citoyen d’un si beau et prospère pays, peut-on admettre de constater une richesse indécente, lorsque des millions de citoyens n’ont pas un toit pour dormir, de pouvoir bénéficier des soins médicaux identiques à tous patients on n’a pas le droit ni d’avoir faim ni d’avoir froid, aujourd’hui il faut pour tous, un toit, une possibilité d’accéder aux soins médicaux, et à la scolarité ».

Il n’admettait pas que des citoyens puissent avoir une fortune démesurée, et que d’autres, doivent quémander de la nourriture et un abri pour dormir. Pourquoi il y a toujours des guerres ? pourquoi sur une terre qui appartient à tous, des femmes des enfants et des hommes meurent de faim, sont martyrisées, et que d’autres humains vivent dans un éden de lumières ?

Pourquoi les Nations les plus riches dépensent sans compter pour savoir ce qui se passe dans la stratosphère. La Stratosphère est la seconde couche de l’atmosphère terrestre, se situant au-dessus de la troposphère et sous la mésosphère. Les températures atteintes dans l’atmosphère sont très variables d’une couche à l’autre. Logiquement, les couches les plus éloignées de la Terre possèdent des températures plus basses que celles qui sont rapprochées, mais certains autres facteurs vont considérablement augmenter la température de certaines couches, comme la stratosphère, ou en faisant des guerres localisées et limiter, au lieu de venir en aide aux peuples victimes de tyrans sanguinaires, ou victimes des caprices du temps ; Cela est valable dans presque toutes les Nations de l’Afrique Sud Saharienne, des Nations Asiatiques ou des Nations de l’Amérique Latine.

Désiré Glandu avait l’expérience des travailleurs, salariés, ceux qui par leur profession connaissent le peuple, ses besoins, ses revendications, mais aussi ses excès, et ses récriminations pas toujours justifiées. Personne, même pas celui qu’il avait connu très jeune et en qui il avait mis ses espoirs, ne lui tendit une « perche. La vie est ainsi faite, il faut tricher pour avoir une chance de réussir en politique, Glandu, ne savait pas faire des actions qu’il considérait comme contraire à la morale et à l’honneur. Il commit des erreurs qui ne pardonnent pas ; La première fut de croire qu’en politique, il existe une quelconque amitié, qu’il puisse trouver une preuve de sensibilité, voire de sentimentalisme. Ces « qualités » dans le microcosme politique sont perçues non seulement comme de la faiblesse, mais aussi, comme étant le comportement des naïfs ou des niais. Une telle attitude est perçue comme une pathologie engendrant anxiété, voire une mythomanie névrotique. C’est triste, mais c’est comme cela. La fourberie est mieux perçue que la loyauté, et la franchise. 

Des Français disent : que la France va mal, c’est un peu vrai, mais il faut savoir pourquoi ! aucune réforme n’est possible sans qu’immédiatement, Trotskistes, Marxistes ou autres révolutionnaires, se mettent en grèves, hurlent à l’injustice, et mettent peu à peu notre tissu économique en péril sans se préoccuper des désastres qui en découlent.

Pour Glandu, la priorité des priorités était la lutte contre la pauvreté, la misère. La France, nation soi-disant fraternelle compte près de 12 millions de citoyens vivants au-dessous du seuil de pauvreté. Ils vivent avec moins de 648 € par mois, en francs cela fait 4 250 francs 60 centimes, peut-on vivre, et payer un loyer avec 648 € par mois ? La réponse de glandu n’est non.

Les SDF dorment sur les « bouches de métro ou sous les ponts » et pourtant, vu qu’ils refusent d’aller « dans des centres où ils sont jetés, le matin, à l’aube », il semble possible de mettre à leur disposition, dans les villes, des wagons de la SNCF, surveillés par les services de police, et des assistants ou assistantes sociale. Ils auraient au moins l’impression d’être libre, d’avoir chaud, d’avoir un wagon-restaurant », un wagon sanitaire où médecins, infirmiers, et volontaire (admis par les pouvoirs publics), apporteraient une aide non négligeable. De plus, des wagons seraient à disposition pour faire la toilette et pour des besoins naturels. Le devoir des responsables politiques est de « subvenir à ce qui presse. Tant qu’en France, il manquera près de un Millions de logements sociaux, tant qu’en France, des maires ne donneront des appartements HLM qu’à une clientèle électoraliste, il devient impératif de palier à une carence qui n’a que trop duré, et qui est, la honte du pays des lys, devenu, pays du bonnet phrygien. Pas de quoi être fier ; Des mobil-homes et des caravanes devraient aussi voir le jour pour servir de logement dans l’attente d’obtenir un logement.

Augmenter, le prix du paquet de cigarettes, c’est le seul moyen pour faire baisser l’envie de fumer. Quant aux cigarettes en provenance de la contrebande, elles font doubler les ventes des débitants de tabacs dans les pays frontaliers ; Les douaniers doivent voir leur nombre doublé, et les contrevenants doivent subir la foudre du fisc.

La vitesse sur les routes, là aussi, il y a mal la donne ; Ce n’est pas sur nos autoroutes que les accidents mortels sont les plus nombreux, ce sont les routes départementales ou nationales. Ce n’est pas en distribuant des PV pour un excès de vitesse (dix Km à l’heure) au-dessus des normes autorisées, voire d’emprisonnement, que l’on va réduire le taux de mortalité ; Cela marche un temps, puis ça revient. C’est en octroyant des crédits supplémentaires qui permettraient de multiplier le nombre de policiers et d’améliorer notre réseau routier ; Les forces de sécurité doivent êtres postés à des points dangereux, » aux sorties des fêtes religieuses ou profanes, en interdisant toutes boissons alcoolisées dans les endroits festifs, en interdisant la vente d’alcool sur les autoroutes, et dans les stations de carburant situés sur les principaux axes routiers, la liste des mesures devant permettre de sauver des vies humaines n’est pas exhaustive.

Notre pays est la première destination des touristes étrangers, nous ne pouvons pas interdire la vente de nos « vins » qui sont les « meilleurs du monde », mais ce n’est pas aux stations qui vendent du carburant de se substituer aux petits commerçants qui en France doivent pouvoir survivre face à des grandes surfaces qui n’offrent pas les prestations de ces structures uniques au monde. Il faut que police et justice soient implacables face à des individus irresponsables. Le ferroutage a toute sa place dans la lutte pour sauver des milliers de vies humaines. Où en est le projet qui consisterait à mettre sur rail, les centaines de milliers de camions qui traversent la France du Nord vers le Sud, et de l’Ouest à l’Est ? . Les alcooliques ou les « Fangio du volant » devront répondre de leurs « crimes » face aux victimes et face à leur famille, le tout, supervisé par un juge ayant reçu une formation spéciale pour dissuader dans le futur, ces irresponsables.

Si l’on objecte le coût d’un policier, la réponse est de dire « Mieux vaut former et payer un homme ou une femme à exercer le métier de fonctionnaire de police, que de les payer à ne rien faire ». La France comptent trois millions de chômeurs, il y a donc de la main-d’œuvre à disposition. Cela s’appelle « être défenseur des valeurs démocratiques ». J’occulte volontairement la dialectique qui consiste à parler de valeurs républicaines, car en Europe, il y a autant de démocraties Royales que Républicaines, et cela fonctionne en général beaucoup mieux.

Notre nation peut être comparée à un citoyen qui n’aurait jamais passé une visite médicale dans le but de faire un bilan complet sur son état de santé. La France se doit de faire un bilan sur sa santé économique, sociale, les raisons ne sont pas exhaustives, pour qu’élues et simples citoyens participent à un forum sur l’état de notre pays ; Un bilan sur l’ensemble des causes qui nous sont positives ou qui nous sont négatives.

Les 35 heures, une mesure catastrophique prise sans la moindre négociation, ou une loi généreuse et réaliste ?. Le débat, Glandu veut l’ouvrir ! Voyons, si ce paysan a des idées sur le sujet ? Travailler moins de temps semble normal, les avancées technologiques permettent de profiter davantage des loisirs qu’offre une société moderne, encore faut-il avoir le bon sens de vérifier si cela est possible dans tous les secteurs de notre économie. Martine Aubry, et son mentor Lionel Jospin ont fait voter une loi sans qu’il y eût la moindre concertation avec les partenaires sociaux. C’est la raison qui aujourd’hui exige que les parlementaires se penchent sur un dossier qui est facilement entré dans les mœurs de nos compatriotes.

Travailler moins, chacun le souhaite, encore faut-il que les entreprises publiques ou privées puissent faire fasse à la concurrence qui dépasse nos frontières et notre continent ? Oui, les 35 heures sont une avancée sociale importante, oui, je souscris à cette loi, mais certaines conditions doivent être remplies. Le chômage est endémique, nos usines sont délocalisées dans des Nations où les salariés sont exploités de façon honteuse, la mondialisation de l’économie est désormais inscrite sur « les tables de la loi de l’ultra-libéralisme ».

  1. Diminution importante des charges sociales, éventuellement les fiscaliser afin que tous les contribuables soient solidaires.
  2. Seules les entreprises qui peuvent trouver des salariés capables de remplacer ceux qui travaillent moins ont la possibilité de faire face aux 35 heures. Il faut rappeler que de très nombreux secteurs de notre économie « Commerçants, Artisans, Agriculteurs, Personnels médicaux etc.. ne trouvent pas de travailleurs pour remplacer celles et ceux qui ne travaillent que 35 heures. 
  3. Si « Martine la doctrinaire » avait voulu anéantir notre économie, elle n’aurait pas agi autrement. Lionel Jospin, est le premier fautif. Tous ces « politiques « de gauche ou de droite ignorent ce qui se passe sur le terrain », ils veulent laisser leur nom sur l’autel du social, sans se préoccuper des suites catastrophiques d’une loi qui désorganise notre outil de travail.
  4. Les 35 heures, lorsqu’elles seront négociées avec intelligence, avec le respect de ceux qui sont les premiers vecteurs d’emplois ; Lorsque les charges sociales seront justes, réparties entre tous les citoyens ; Lorsqu’elles ne seront plus un frein à l’embauche ; Lorsque le « compagnonnage » sera valorisé et que les salaires seront dignes d’une démocratie qui préconise la fraternité et l’égalité ; Oui, les 35 heurs sont une avancée sociale, et les R T T sont une nouvelle possibilité de profiter les salariés des moments de détente ; De plus, elles font bénéficier le tourisme de nouveaux clients, heureux de pouvoir gravir une montagne, de faire du ski ou d’aller plus souvent sur le bord de mer.
  5. Les salariés sont trop souvent mis au chômage pour les raisons indiquées ci-dessus ; Plusieurs mesures pourraient redonner du travail à ceux qui sont victimes de cet ultra-libéralisme.
  6. Tout en modernisant l’outil de travail, l’on devrait maintenir les salariés en les affectant soit à l’accueil, soit aux services de la clientèle. Dans les grandes surfaces, elles devraient faciliter la démarche des clients en leur servant de guide dans le magasin et en mettant les divers achats dans les malles des voitures.
  7. Il est choquant de constater que le salarié et le chef d’entreprise paient des sommes importantes dans le cadre de taxe qui figurent sur leurs fiches de paie, et qu’un outil de travail « causant un chômage indicible » ne soit pas, tout autant taxé. La machine serait-elle plus respectable qu’un être humain ?

Glandu, voulait savoir ce que sont les « valeurs républicaines « ?. Lorsque l’on écoute ou que l’on lie les livres de Monsieur Montaldo sur « l’argent volé » par un ancien Chef de l’État ; lorsque l’on constate que de très nombreux élus sont mis en examen ou mis en détention pour escroqueries, abus de biens sociaux, délits d’initiés et j’en passe ; lorsque nous lisons le livre de Sophie Coignard sur « La vendetta française » ; lorsque l’on est au courant des pratiques de responsables politiques républicains qui ont puisé dans les caisses de leur parti politique pour s’en servir à titre personnel ; lorsque ces messieurs qui nous gouvernent vont soutirer de l’argent aux pays Africains pour remplir leur portefeuille et celui de leur parti politique ; Nous sommes endroit, nous les citoyens de la base, nous le Tiers État de la république, nous devons poser des questions ; où va donc, tout cet argent. « L’affaire du collier de c’est « du pipi de chat » à côté des fraudes des plus hauts dignitaires de la république française.

Si l’on y regarde de plus près, on constate que c’est du « Palais Présidentiel » que partent les affaires. Jacques Focard sous Charles-de-Gaulle et Georges Pompidou ; Valéry Giscard d’Estaing et les diamants de Bokassa, François Mitterrand, son fils, Proconsul de son Papa en Afrique, et maintenant Jacques Chirac ! qui n’est pas blanc-blanc ; Alain Juppé qui doit payer, devant la justice « les coquetteries » qui sont l’œuvre de Jacquot !.

Alors, dans cette mare à canard dégoulinant de nausée, d’écœurement, de dégoût, les valeurs de la République laissent à désirer. Dans son livre sur « Georges Mendel » Nicolas Sarkozy nous a démontrés un antisémitisme poussait à l’extrême, mais ! Qui avait sa place sous la troisième république ? Le malheureux officier Dreyfus en fut la victime première. Les valeurs de la démocratie, de la justice, de la fraternité, de la probité, oui, c’est dû concret. Ceux de la République laissent à désirer. Dans une Monarchie parlementaire, il n’y a pas de magouilles, la famille Royale a de l’argent, pas besoin de faire des « magouilles d’argent » pour se faire élire.

Il serait souhaitable que ceux qui délirent sur les « valeurs de la République » regardent les abus que ces prétendues valeurs ont fait de rédhibitoire, et ce que les Monarchies parlementaires concèdent aux citoyens, à commencer par le respect qu’elles ont des constitutions de leur pays. Les Souverains ne sont ni de droite ni de gauche, ils ne sont pas « esclaves » d’une région, ils sont de France, pour l’Europe, ils signent les documents officiels votés par les élus du peuple. Ils seront à tout jamais les gardiens de notre mémoire, de notre patrimoine, de notre culture, de notre civilisation.

Politiquement, Désiré Glandu, pensait se situer sur l’échiquier du bon sens, il disait qu’il y avait des politiques honnêtes à droite comme à gauche. Il avait cependant une aversion pour l’Extrême gauche, il ne pouvait accepter de côtoyer des politiques se réclamant des Bolcheviks ou pire encore de Trotski.

Il se posait une question sur les motifs d’alliance entre les partis politiques. Une question le taraudait ; Pourquoi les partis de la droite Nationale refusent les voix des électeurs français qui ont voté pour le Front National ? et pourquoi les partis de gauche, acceptent les voix des électeurs français ayant voté pour des partis politiques Trotskistes ?. Comment peut-on avoir de la sympathie pour un tortionnaire, pour un des plus grands criminels du 20° siècle ?. Qui est le Maître a pensé des Théoriciens de « Lutte Ouvrière » et de « La ligue Communiste Révolutionnaire » ; Le criminel, l’assassin de tout un peuple, un être abominable nommé Trotski. Ce criminel fut l’un des principaux dirigeants à la tête du soviet de Petrograd, il favorisa le développement du mouvement révolutionnaire en Allemagne. Commissaire du peuple à la guerre, il organisa l’armée rouge (1918-1920) puis les armées du travail en 1920. Il préconisa la poursuite du communisme à travers le monde, il fonda la IV° Internationale. Il fut avec ses compères Lénine et Staline responsable de près de 80 Millions de morts. Voilà, l’homme qui aujourd’hui, est le Maître à penser d’Arlette Laguillé, et du camarade Olivier Besancenot.

Le camarade Julien Dray, le camarade Lionel Jospin, le camarade Cambadélis, le camarade Henri Weber s’est élu du parti Socialiste, sont « d’anciens » membre de la Ligue Trotskiste, et ce sont ces énergumènes qui veulent délivrer des diplômes de démocratie à Jacques Chirac et à Jean François Fillion, à Emmanuel Valls, à Dominique SK. Il y a de quoi attraper un infarctus du myocarde. On est en droit d’avoir de l’audace, mais à ce point, ça frôle l’aliénation, la dépression, et une psychose capable de tuer et de commettre l’irréparable si d’aventure ces fondamentalistes d’un autre âge parvenaient un jour au pouvoir

Pour Glandu, critiquer les élus du peuple relevé d’injures fait à la démocratie. On a, disait-il, les élus que les électeurs ont choisis. Il ne s’interdisait pas cependant, de porter des appréciations sur des décisions qu’il jugeait positives ou néfastes pour la nation, et pour les citoyens. Ces jugements étaient aussitôt suivis de propositions. La critique sans propositions est démagogique, cruelle, sans intérêts.

Notre ami était opposé à une politique qui tant à supprimer des services publics sous un fallacieux problème d’argent, dès lors que des personnes risquent de se retrouver au chômage, et que sur le plan humain, se typent, de décision « de prétendus intérêts financiers » est tout autant lamentable que des ukases pris par des technocrates pour qui un = deux ; dans l’existence 1+1= trois ou cinq là, est la vérité. En général ceux qui prennent des mesures aussi inopportunes seront balayés aux prochaines élections. Telle est le verdît des urnes en démocratie.

Le monde est en inadéquation avec les droits et les devoirs que les dirigeants et les puissants de la planète inscrivent dans des textes qui font référence. Glandu avait une idée négative de l’ONU, cette instance internationale « fondée en 1945 pour remplacer la Société des Nations », ne sert pas à grand chose, elle est sous la tutelle des Etats Unis d’Amérique qui depuis la chute du totalitarisme marxiste, n’a plus de Nations capables de freiner sa « Dictature ». Les USA détiennent tous les pouvoirs, ceux de nuire au reste du monde, ou au contraire d’apporter leur aide financière aux états qui vivent soit en dessous du seuil de pauvreté ; Seule la Chine sera très bientôt en mesure de mettre à genoux les U S A « vu qu’elle est un peu beaucoup » la banque de la super-puissance économique et militaire.

Il est cependant préférable d’avoir les Etats-Unis pour ami, que se les mettre à dos comme ce fut le cas de la France lorsque Jacques Chirac a pris la tête des pays refusant l’entrée en guerre en Irak des nord Américains et des Britanniques contre l’avis du Conseil de sécurité. Certes, il est bon pour le peuple irakien que Saddam Hussein soit mis hors d’état de nuire. Glandu estimait que la position du Chef de l’État français était juste, mais qu’il ne fallait pas que ce dernier soit le « chevalier Blanc » qui devient « tête de liste » des opposants à une puissance qui par deux fois est venue à notre aide pour nous sauver de l’oppression allemande.

Pourquoi  ? les automobilistes sont verbalisés pour avoir omis de mettre la ceinture de sécurité, et que des élèves de Lycées ou de collèges fument et se droguent sans êtres réprimandés ou mis à la porte de l’établissement, une fois à titre temporaire, puis en cas de récidive à titre définitif ?

Pourquoi ? les crédits pour l’armée ont été augmentés, et que les étudiants qui ne vivent pas dans des villes universitaires ont de nombreuses difficultés à trouver un logement ; Le gouvernement compense-t-il financièrement les jeunes qui doivent se nourrir, se loger, et payer des frais de transport, sans compter la fatigue que cela engendre ? Nos dépenses militaires en Afghanistan seraient bien plus utiles pour réduire notre monumentale dette extérieure, mais surtout, de nombreux soldats Français seraient encore vivants. Mais, que vaut la vie d’un Légionnaire pour nos responsables politiques ?

Pourquoi ? Les gouvernements « gauches et droits » « baissent leur pantalon » face aux syndicats Trotskistes ou Communistes des syndicats « chargés de veiller aux études des étudiants », et qui pourtant, menacent quotidiennement de semer la pagaille, dès lors qu’ils n’obtiennent pas des crédits pour les élèves du primaire et du secondaire. Pourquoi ces mêmes syndicats restent passifs face aux manques de crédit dans l’enseignement supérieur et la recherche, sont insuffisants ? De plus, et malgré la baisse du nombre d’élèves dans le primaire le SNES Trotskiste continue à faire des ravages désastreux pour les étudiants. Les élèves qui en période scolaire doivent rester en dehors des classes parce que ces despotes de « professeurs ou d’instituteurs— institutrices » étaient tout bonnement en grèves. Après avoir fait la démonstration de leur odieux comportement, comment peut-on être étonné de l’attitude désinvolte des élèves !. Des élèves sans éducation, mais, où sont les parents ?, qu’ont-ils appris à leurs chérubins ?

Pourquoi ? des jeunes filles avec le voile islamique sifflent le ministre de l’intérieur ? Pourquoi à Lille les autorités locales ont permis à ces islamistes de disposer d’une piscine « privée » ; Vont-elles un jour faire la loi chez les Gaulois ? Les Français ne vont pas rester passifs, face à ces fanatiques, les populations de France et de Navarre respectent les traditions des pays musulmans lorsqu’ils vont chez eux passer leurs vacances, ils ne demandent rien d’autre que le respect par celles et ceux qui se réclament de la « religion » islamique qu’ils respectent la culture ancestrale du peuple de France.

Pourquoi ? devrions-nous construire des Mosquées, dès lors que chez eux, les islamistes détruisent nos églises ou interdisent toutes religions hormis « l’islam ».

Pourquoi ? le travail en France est surtaxé ? Pourquoi ? les impôts sont aussi pesant au point de dégoûter les Français de créer des entreprises ?

Pourquoi ? le travail est dévalorisé, il n’encourage pas ceux qui perçoivent le RSA à chercher un labeur, vu qu’en percevant « en plus » une allocation logement, avec à la clé un petit travail au « noir », nos assistés préfèrent rester chez eux. Ils sont gagnants, pas d’impôts, la belle vie !

Pourquoi ? les gouvernements, de droite comme de gauche, ont une politique aussi frileuse en ce qui concerne l’emploi ? Glandu, était persuadé qu’il était possible de résoudre pour moitié les demandes d’emplois, si l’on revalorisait le travail manuel, et si l’on donnait à nos chercheurs et aux jeunes qui font des études supérieures les moyens financiers de mener à bien leurs études et ensuite d’obtenir en France les espoirs que les « savants » ont aux Etats-Unis d’Amérique.

La France manque de bras, nos entreprises, nos artisans, nos commerçants, nos paysans, la liste des demandeurs d’empois dans le domaine tertiaire n’est pas exhaustive, ne trouve plus de « compagnons ». Heureusement que nous avons une main-d’œuvre étrangère qui compense [en parti] notre manque de compagnons qualifiés ; Cela, est dû au fait que les divers gouvernements ne se sont jamais impliqués dans une réévaluation du travail manuel. Les jeunes qui souhaiteraient s’impliquer dans la création d’une PME, ne peuvent pas obtenir de l’argent des banques « le régime qui nous baratine sans cesse avec ses droits de l’homme, est incapable de venir en aide aux jeunes qui n’ont pas de parents fortunés » la république n’a de cesse de faire des effets d’annonce, mais reste inerte quant à la nécessité d’aider les véritables créateurs d’emplois.

Nos dirigeants doivent permettre aux « patrons » d’augmenter les salaires de leurs collaborateurs en baissant les charges sociales. C’est une des conditions essentielles pour la relance des embauches. Il est tout autant important de mettre un terme à la paperasserie qui pénalise celles et ceux qui veulent créer des emplois. Une feuille de paie au Royaume-Uni compte à peine cinq lignes ; En France la même feuille compte au minimum 20 lignes. Il y en a ras-le-bol des contrôles intempestifs, des inspecteurs du travail ou d’autres inspecteurs du fisc, qui prennent un plaisir malsain à décourager les patrons. Les chefs d’entreprise de France ne sont pas des esclavagistes en puissance. Il serait utile que des syndicats responsables, apolitiques, défendent le salarié s’il y a des abus justifiés, tous les citoyens ont droit au respect, et à bénéficier d’une juste équité. Nous croyons être libres, c’est faux, seuls les « petits chefs, les trublions de l’activité sociale et directionnelle sont libres, libres de massacrer l’outil de travail ». Les Français respirent de plus en plus mal, ils veulent une « bouffée d’air frais, d’air pur ».

Les patrons, petits ou grands, ne veulent pas d’une Europe où la différence qu’il y a dans la plupart des nations en matière sociale et fiscale est très loin de nos impositions. Les salariés, veulent aussi, obtenir un peu plus d’argent ; Percevoir des salaires plus élevés permettra une relance de l’économie ; Tout est lié ; Patronat, syndicats, salariés, une même revendication. Plus de justice, moins de procureurs, plus de liberté.

L’agroalimentaire est un nouvel eldorado de la délocalisation. Français méfiez-vous ! Le Brésil n’exporte pas seulement du café, des footballeurs et ses danseuses de samba. Sur la planète volaille, le poulet cariaco est devenu roi en trois années. Sous vide, en filets ou en entier, il envahit les rayons des hypermarchés européens et la restauration collective. En 2007, le volume d’exportation de ce pays s’élevait à 627 000 tonnes de viande, aujourd’hui ce tonnage est atteint en quatre mois. Bien entendu, il s’agit de volaille 100%% industriel qui ne voit ni le jour ni la ferme. Ces produits sont le fait d’une délocalisation, une de plus.

Des industriels bretons (Groupe Doux) ont été les premiers à investir dans des usines à poulets au brésil. Ils ont vite été rejoints par les multinationales américaines et des banques locales. Depuis 2001, pas moins de douze coopératives bretonnes liées au groupement Doux, ou à l’ex groupe Bourgoin, sont en cessation de paiement. La liste des produits agroalimentaires emportés en provenance de Nations réparties à travers le monde n’est pas exhaustive, peu à peu ces importations portent un coup fatal au monde paysan.

Il faut espérer que le consommateur soit éduqué, qu’il apprécie la qualité, et que les négociations de l’OMC ne favorisent pas les pays à faible coût de main-d’œuvre. Aider les pays pauvres est normal, le peuple de France a vocation à inciter ses responsables politiques à créer avec les autres nations de la communauté des structures permettant aux pays pauvres de développer leur culture, de leur permettre de pouvoir, un jour, s’auto suffire, mais, pour cela il faut revoir la PAC, et que les Etats-Unis d’Amérique cessent de subventionner leurs propres agriculteurs.

Glandu avait besoin de connaître la position des éleveurs dans sa province

Ses compatriotes lui disaient, que des bovins de l’Aubrac partent en Italie dans la « plaine du Pô » pour se faire engraisser, et qu’ils reviennent en France après avoir subi un traitement aux hormones, et « bénéficier d’une nourriture bien spéciale » que le consommateur ne peut pas vérifier. Le Gouvernement, l’Europe, et d’autres organismes sensés veillés à notre alimentation se polarisent sur la viande britannique, sans se soucier d’autres sources d’alimentation bovine ou autres. Notre bétail est acheté par des maquignons qui font l’aller-retour « Italie France », alors que nous devrions être en mesure de faire venir les aliments chez nous, pour le plus grand bien de nos paysans, et de nos concitoyens, qui pourraient être en mesure de vérifier la »bonne bouffe » de nos animaux.

Il n’y a que la presse qui peut nous aider, ici, nous sommes prisonniers des très gros intérêts de l’import-export, prisonniers de groupes financiers que tout le monde connaît, mais qui sont protégés, voir aidés par des élus corrompus qui perçoivent des « dessous de table » ; nous avons aussi l’intime conviction que des partis politiques bénéficient de somme d’argent, monnayant ainsi le silence d’agents chargés de la répression des fraudes. Si nous avions la possibilité de nourrir notre bétail, ici en Aubrac, il suffirait que l’État nous aide à trouver des réseaux de distribution, car nous n’avons absolument pas confiance dans les élus locaux, ni à la FNSEA qui est, nous ne le savons, plus proche des céréaliers que de nous. Bovet a levé le » Lièvre », espérons qu’il ira loin dans ses démarches.

Si vous connaissez des journaux propres, mais surtout pas à sensations, nous sommes preneurs. Il y a une semaine, nous sommes allés à Laissac »Aveyron », sur 500 vaches laitières que nous avons vues, il y en avait 300, qui venaient de Hollande, des « Macabées », elles ne se tenaient même pas debout. Elles partaient dans les grandes surfaces, elles sont abattues dans des abattoirs de l’Aveyron et du Tarn.. On les retrouve dans les rayons d’alimentation, et les morceaux les moins présentables, se retrouvent en viande hachée, ou transformés en autres choses. Nous envoyons vos bêtes en Italie, parce qu’il n’y a personne qui veut nous les acheter en France. Il existe des réseaux parallèles, les Hollandais non pas les mêmes taxes et impôts que nous, il existe l’Europe du fric, mais pas celle de la justice sociale, des mêmes salaires, de la même TVA.

De Gaule disait que les Français étaient des veaux, il avait raison, nous sommes, nous les petits, victimes de l’ultra— libéralisme, et du capitaliste sauvage. On en crèvera, la seule façon de s’en sortir serait que l’on créait un réseau spécialisé placé sous le contrôle des pouvoirs publics, réseau mis au service des petits éleveurs ; cette conception permettrait de sauver des zones rurales qui peu à peu se désertifient. Nous n’avons plus confiance dans les puissances de l’argent, nous préférons revenir à une parité étatique, du moins ence qui nous concerne. Les maquignons sont commedes hyènes, ils rodent partout à la recherche « du gibier », ils sont protégés par la « mafia » locale, ce sont des tueurs. La mafia Russe n’a rien à leur envier. 95%% du bétail qui par en Italie revient en France ; Imaginez l’argent qui est partagé entre tous les » mafieux » ?

Les restaurateurs locaux ont leurs fournisseurs, savent que les animaux sont nourris à l’herbe et aux céréales, ils servent de la viande de qualité, ce qui n’est plus le cas des grandes surfaces, ou autres réseaux de distribution.

L’homme riche est nécessairement fou au sens le plus profond ; le capitalisme est le « désaccord » c’est-à-dire la folie dans les rapports de l’économie mondiale, nous devons mettre un terme au spectacle que nous inflige une conception de l’agriculture, notamment dans des pratiques honteuses de l’élevage des bovins.

Désiré Glandu souhaite donner son avis sur les sujets ayant un rapport avec l’ordre public.

Une des premières mesures serait de faire respecter les décisions de justice. Pas de remise de peine. Si un criminel est condamné à 30 ans de détention, il doit effectuer l’intégralité de sa peine dans les centrales adaptées pour emprisonner ces individus. Des quartiers sont en feux dans nos banlieues ou dans des fêtes profanes ou religieuses. Nos policiers doivent faire preuve de maîtrise face aux voyous qui n’hésitent plus à utiliser des armes de guerre. Ces délinquants doivent être mis hors d’état de nuire ; Une des solutions serait de les « enfermer » dans des anciennes casernes, ou, pour les plus dangereux les faire « voyager » sur des navires de guerre. Dans les deux cas, les délinquants seraient accompagnés de psychologues, d’éducateurs, et bien sûr, des forces de l’ordre. Un des mérites de cette solution serait de tout faire pour les incérer à nouveau dans notre société. Ils pourraient aider nos gardes forestiers à innover afin que les incendies régressent dans des Provinces comme la Provence et la Côte d’Azur, ou dans les Landes, où les flammes ravagent des forêts et anéantissent une végétation qui existe depuis des siècles. La France, est une Nation sublime, une Nation qui accueille plus de 80 millions de touristes chaque année ; Protégeons notre patrimoine celui que la Royauté nous a laissé. Mettre en prison une jeunesse qui a perdu tous ses repères est une mauvaise solution, les voyous y subissent des actes barbares et sortent avec un « diplôme de caïd.

Le Président Nicolas Sarkozy, a pris des mesures draconiennes en expulsant celles et ceux illégalement entrés en France, qui occupent la rue, et qui commettent des actes délictueux. Ces mesures, sont approuvées par 70%% de citoyens, mais Désiré ne pouvait pas être d’accord sur les mesures énoncées par le Président. Premièrement, une des mesures, est en totale opposition avec l’article PREMIER de la constitution «  Nul ne peut être démise de la nationalité française » ; De plus ce n’est pas avec des imprécations quasi quotidiennes, que l’on résoudra l’insécurité due à la délinquance, celle des voyous des banlieues, ou celle des cols blancs.

Le gouvernement fait en sorte de ne pas renouveler un fonctionnaire sur deux, c’est une erreur. S’il y a trop d’agents de la fonction publique, il vaudrait mieux les répartir dans des disciplines où ils font défaut et surtout remettre sur le terrain les 16 000 policiers et gendarmes qui n’ont pas été remplacés ; il faudrait même en ajouté 4 000 de plus. Il y a 15 ou 20 ans, il était courant de rencontrer des agents de la force publique qui se promenaient à vélo ou à pied, ils étaient présents partout et c’était rassurant. Aujourd’hui nous assistons à des opérations COUP DE POINGT, puis une fois la visite de 100 ou 200 policiers, la jeunesse redevient maître de terrain.

Vu que notre Pays fait partie de la Communauté Européenne, il ne peut rétablir la peine de mort ; Il me semble cependant que la France serait en droit de réhabiliter la peine capitale pour les criminels en série, notamment pour les récidivistes qui tuent des personnes âgées et des enfants ».

La prostitution est un fléau dans la mesure où les filles qui font le plus vieux métier du monde, sont libres et ne subissent pas les tortures d’un souteneur ou d’un réseau de trafic d’êtres humains. En l’an de grâce 2010, la majorité des prostitués sont étrangers, tout comme cette majorité est venue en France suite à des promesses de souteneurs et de réseaux clandestins. Si une fille a le malheur de dénoncer son souteneur et son réseau, elle bénéficie d’une protection policière, et pourra obtenir des papiers ; Mais, ce qu’il y a de très grave, c’est le malheur qui s’abbat sur sa famille restée au pays. La France, est en retard de plusieurs siècles pour tout ce qui concerne la prostitution. L’ouverture de « maisons dites du plaisir » et « contrôlées par la police chargée des mœurs », une police qui par ses compétences, pourrait permettre ENFIN d’offrir une garantie aux femmes qui ont pour unique travail, celui de « vendre » leurs corps. Elles bénéficieraient de tous les avantages d’un travailleur indépendant. Rien n’est facile quand il s’agit de prostitution, ma proposition, en vaut une autre !

Glandu est-il patriote ? Il est amoureux de la langue française ; il trouve que le Ministère de la culture et le Chef de l’État, ne s’implique pas suffisamment dans la protection et la diffusion de notre plus exemplaire et merveilleux panthéisme qu’est notre langue. Il y a peu de temps encore le français était le langage de la diplomatie mondiale, à la Cour des Monarques parler en français était un signe d’érudition et de noblesse. Aujourd’hui, nos minables présentateurs de radio ou de télévision, s’égosillent à employer des phrases ou des mots en Anglais ; Si le radio nous épargne la vue d’individus vulgaires ou ayant une attitude déplacée, ce n’est pas le cas à la télévision. Avant d’en venir au langage, deux attitudes ont choqué notre ami Glandu.

Revenons à la langue de molière

Pourquoi :: La défense du « Français » est lâchement délaissée ? . Lorsque nos enfants regardent des émissions à la télévision, ou lorsqu’ils écoutent les différentes stations de radio, ils entendent trop de mots en langue anglaise, et ne comprennent pas leurs significations en langue française. Quelques exemples :: « Prime Time = en début de soirée ; Timing= Le Chronométrage ou Moment ; Best Of= Les meilleurs moments ; Casting= Meilleur choix ; Briefing= Réunion pour prendre une à plusieurs décisions. etc.

Il y a moins de 70 ans, notre langue devancée l’Anglais, aujourd’hui, pour entendre parler du bon français, il faut aller au Québec, Glandu est un amoureux de la langue Capétienne ou langue de Molière. Pourquoi donc, les autorités françaises et le CSA n’imposent pas aux Stations de Radio ou aux Chaînes de Télévisions de parler Français, pourquoi ?..

Pourquoi le fait de défendre la culture française devient suspect d’un patriotisme malséant, déplacé, voire irrationnel. Il est dû devoir des responsables français et du ministère de la culture de redonner à notre « exception culturelle » ses lettres de noblesse. La musique française, le théâtre français, la comédie française, la chanson française ont toute leur place en ce début de siècle, et dans les années à venir. Nous devons fixer un quota sur le nombre de films et de chansons Nord Américaine ou Anglaise, favoriser l’émergence des films ou des chansons en langue espagnole, Italienne, allemande, Russe.

Nos « amis anglais » ne sont guères européens, ils ont un regard fraternel pour les USA. Les télévisions, toutes chaînes confondues doivent passer des films ou téléfilms français ; Les animateurs doivent parler en français, occultant des phrases ou des appellations en langue anglaise. Les Britanniques doivent comprendre que les « gaulois » accepteront leur musique et leur cinéma que dans la mesure où la France aura la même équivalence chez eux. Ce qui est valable pour le Royaume-Uni, l’est tout autant pour les Etats-Unis d’Amérique. Aidons nos artistes, nos saltimbanques, nos festivals même si cela coûte quelque l’argent, la culture, ça a un prix, c’est la défense d’une culture latine, d’une culture ancestrale, ne soyons pas timorés avec nos comédiens.

Saluons nos frères du Québec, ils sont les parangons du parler français sur le continent américain.

Répondre à cet article