Cher(e)s ami(e)s internautes.

Merci pour votre fidélité ; les écrits quotidiens seront absents tout le mois de septembre. Vous pouvez cependant parcourir tous les dossiers créés depuis plus de 10 ans et qui figurent sur le site.

Dés le mois d’octobre il vous sera proposé un mensuel auquel vous pourrez participer en me faisant parvenir votre perception des affaires politiques, familiales, sportives ou autres.

Rien ne sera censuré, hormis des articles injurieux et calomnieux.

Je suis attaché aux valeurs chrétiennes, aux valeurs dites républicaines et à une monarchie parlementaire.

Vous pouvez nous contacter en cliquant sur ce lien >>

De Dunkerque à Tamanrasset.

Vendredi 28 janvier 2011 // Le Monde

L’universitaire Pierre Vermeren s’était fait connaître il y a quelques années par un plaisant ouvrage à succès, Le Maroc en transition (1), dans lequel il narrait ses souvenirs de coopérant dans cet agréable pays.

Il a été cette fois sollicité pour rédiger dans la collection Idées reçues un opuscule érudit sur le Maghreb tout entier (en langue arabe, Maghreb est le nom du Maroc alors qu’il désigne en français l’ensemble auquel se rattachent également la Tunisie et l’Algérie) (2).

Le premier paradoxe de l’ouvrage est d’avoir fait appel à un talentueux spécialiste du Maroc pour nous présenter un ensemble qui comprend également l’Algérie compliquée et complexée et la discrète et policée Tunisie. Les murs du Maghreb ne sont en effet pas tous de couleur ocre et tout le monde n’a pas bénéficié de l’intelligence d’un Lyautey ni de la providence chérifienne.

Le deuxième paradoxe, réside dans le choix des idées reçues dont on ne sait trop si elles sont révélatrices de la mentalité des Français ou des idées reçues de l’éditeur ou de l’auteur sur ces mêmes Français. (3) Certaines paraissent surprenantes telles « Les Maghrébins sont des musulmans » ou « Les juifs d’Afrique du Nord sont tous partis ». Idées reçues, vraiment ?

Néanmoins, les réfutations de ces idées supposées préconçues constituent un joli prétexte à brosser le portrait historique, humain et économique des trois pays de la région et y à rechercher traits communs et dissemblances.

Le troisième et ô combien édifiant paradoxe de cet ouvrage réside dans la présentation du Maghreb comme un ensemble assez uniforme. Or toutes les tentatives de rapprochement (sans même parler d’unification) de ces trois pays, malgré leur proximité ethnique, culturelle et religieuse n’ont jamais abouti. Les trois pays se présentent chacun comme une île entourée de la mer ou de l’océan, de voisins hostiles ou du désert. Et leur seule porte de sortie diplomatique, économique et migratoire, c’est la France que la géographie puis l’histoire ont rendue si proche.

Les flux de militaires, de colons, de coopérants puis de touristes dans un sens, ceux d’immigrants légaux, de combattants africains, de rapatriés, d’étudiants puis de familles regroupées dans l’autre sens, ont créé une interpénétration humaine qui a fait de la France le ciment communautaire du Maghreb. Une bien belle idée, celle là.

  1. Pierre Vermeren - « Le Maroc en transition », Ed. La Découverte, 2001, épuisé.
  2. Pierre Vermeren - « Le Maghreb », collection Idées reçues, Ed. le Cavalier Bleu, 128 pages, prix franco : 11€.
  3. Pour les idées reçues en général, il faut évidemment se référer au « Dictionnaire des idées reçues » de Flaubert.

Répondre à cet article