Coups de gueule.

Lundi 29 juin 2009 // Divers

Un grand débat sur RMC Info. Le port du voile islamique rebondit en France d’une manière inattendue.

Ce n’est pas tous les jours que je rends un hommage à un député communiste mais là, chapeau bas car enfin, des représentants du peuple laïc et démocrate, décident et font autre chose que de s’acoquiner avec les imams des quartiers pour s’assurer le vote musulman dans leur villes et circonscriptions. Je le dis depuis des années, ce n’est pas parce que l’on accorde des terrains à 1 euro symbolique pour la construction de Mosquées que les municipalités échapperont à la montée de l’intégrisme musulman. Cette volonté d’imposer des règles de vie scandaleuses pour les femmes existe bel et bien. Il ne peut y avoir de compromissions avec ces dictateurs de la foi qui agissent au nom de « la liberté des femmes » et qui sont soutenus par la LDH (ligue des droits de l’homme en France) ouvertement CONTRE Nicolas Sarkozy.

Bien des musulmans sont eux-mêmes choqués de cet intégrisme outrancier que l’on voit s’exprimer dans nos rues et du fait d’être montré du doigt comme de potentiels candidats au Djihad islamique. Ce n’est pas la France qui n’aime pas l’Islam, ce sont les intégristes musulmans qui n’aiment pas notre belle et vieille France laïque .
La croyance dans notre pays relève du privé et doit rester dans la sphère du privé. Ce n’est pas être islamophobe que de le dire. Cette expression inventée par les biens pensants pour faire taire l’opposition des libres penseurs.

Il est interdit de revendiquer le port du foulard islamique. Le respect de comportements particuliers, comme de refuser de serrer la main d’une femme ou de ne pas travailler avec une femme, voire de refuser d’être servi par une femme ou un homme (comme à la Poste). Nous sommes en France, et chez nous la femme est un bien précieux que l’on doit respecter et aimer. Oui aimer car ce sont elles qui donnent la vie.

La femme est un être libre. Elle est l’égale de l’homme.  Les adeptes d’un certain angélisme béat doivent ouvrir les yeux. Les hommes et les femmes naissent libres et égaux entre eux nous dit notre constitution. Si cela ne plaît pas à certains, alors comme l’a dit le Président Nicolas Sarkozy, « rien ne leur interdit d’aller dans un pays plus conforme à leur foi ». La France a une culture, une tradition, une civilisation, et une religion Chrétienne. Que celles ou ceux qui n’admettent pas cette réalité soient chassés de notre Pays, nous ne les retenons pas une seule seconde.

 André Gérin, député PCF du Rhône et une soixantaine de députés de toutes tendances politiques demandent la création d’une commission d’enquête parlementaire sur le port de la burqa (vêtement intégral grillagé au niveau des yeux provenant de l’Afghanistan et que certaines femmes musulmanes portent en France maintenant) et du niqab (version répandue dans les pays du Golfe laissant les yeux apparents).

C’est une initiative qui fait débat au sein de la classe politique et religieuse.

Madame Fadela Amara, secrétaire d’Etat à la Ville, sait de quoi elle parle. Elle va même plus loin et propose d’interdire en France les différentes formes de voile musulman couvrant le corps et le visage.

Le débat relance la question du port du voile en France, pays laïc qui ne reconnaît et ne subventionne aucun culte mais abrite la plus importante communauté de personnes de confession, de culture ou d’origine musulmane en Europe.

Une burqa, c’est un symbole de soumission nous dit Nadine Morano. Sur ce délicat sujet, Madame Nadine Morano, Secrétaire d’État en charge de la Famille et de la Solidarité, met en garde et appelle au débat.

« Attention à ce qu’il n’y ait pas d’atteinte aux valeurs démocratique de notre Pays, à savoir, l’égalité entre les hommes et les femme. Le port de la burqa ne doit pas être imposé. Pour ma part, j’ai du mal à penser que dans la majorité des cas, ce n’est pas imposé par des hommes qui considèrent la femme comme un être inférieur. Il faut l’interdire rapidement, un Décret du Chef de l’État doit être rapidement promulgué. Je ne pense pas que ça mérite un débat.

Pour la laïcité dans les écoles, c’est tranché. (depuis 2004, la France interdit le port à l’école de « signes religieux ostensibles », le voile musulman, la kippa juive, ou encore le turban sikh). Quand certaines personnes portant la burqa, lors d’un contrôle de chèque avec pièce d’identité, dans un supermarché par exemple, refusent de montrer leur visage, cela n’est pas acceptable, parce que c’est une atteinte aux valeurs séculaires de la France et de l’occident. Par ailleurs, quand on voit que certaines femmes ne peuvent pas aller chez le médecin ou dans une maternité pour des soins gynécologiques, parce qu’elles réclament une femme pour se faire examiner, là on n’est plus dans le cadre de l’égalité de l’homme et de la femme. Pour moi, une burqa c’est un symbole de soumission. J’ai du mal à penser qu’une femme puisse mettre un grillage devant les yeux. Il faut condamner l’oppression qui pourrait être faite sur les femmes. 

Ce problème majeur dans notre société ne date pas d’hier. La volonté des intégristes musulmans est d’islamiser les pays dans lesquels ils s’installent. Nous le voyons bien dans les villes le Vendredi où des rues sont coupées à la circulation pour « autoriser » la prière des « fidèles ». Au nom de quoi ? De la sécurité nous disent des édiles peu soucieux de la réprobation de leurs électeurs. La liberté de circuler du citoyen pris en otage par des fanatiques, par des terroristes en puissance, mais n’avons de cesse de leur dire ( PARTEZ, La France ne veut pas de vous) 

La réponse des Imams est : laissez-nous construire des Mosquées dans vos villes ! et quoi plus encore, eux qui ont transformé la Cathédrale d’Alger en mosquée ; Mais nous ne les retenons pas, qu’ils partent vite très vite, et retournent chez eux.

Ce type de chantage fonctionne bien dans beaucoup de villes socialistes mais aussi dans beaucoup de ville de droite qui espère acheter de la paix civile en oubliant qu’ils n’achètent en fait que du vent. Les Musulmans dans leur immense majorité ne souhaitent que vivre en paix dans notre pays. La France, n’est pas leur nation, mais elle leur offre les bienfaits de notre civilisation et de nos connaissances. Respectons la dignité qu’il mérite, les soins médicaux, l’éducation et l’instruction nécessaire pour qu’ils puissent retourner chez eux et ainsi, contribuer à valoriser leur Patrie.

 Je suis de tout cœur avec Nicolas Sarkozy, avec le gouvernement, avec Fadela Amara, avec Nadine Morano. Haut les cœurs Mesdames c’est de votre liberté de citoyenne qu’il s’agit à terme. Debout, si vous ne voulez pas qu’un jour on vous interdise de vivre comme bon vous semble.
 

Répondre à cet article